Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Des actions climatiques créatives
Les activistes qui ne laissent pas indifférent

Le groupe d'activistes Extinction Rebellion Spain a marché pour la « mort des océans ».
Le groupe d'activistes Extinction Rebellion Spain a marché pour la « mort des océans ». | Foto (détail): Sara Garchi, Agislaos Koulouris und Federico Tisa © Extinction Rebellion Spanien

Depuis la nuit des temps, l'art et la contestation vont de pair ; et il en va de même pour l'activisme climatique. Dans cet article, nous te présentons nos cinq manifestations artistiques préférées pour dénoncer le changement climatique à travers le monde.

De Carmen Huidobro et Belén Hinojar

Il n'est pas rare de trouver des activistes à proximité des réunions politiques. Et ils rivalisent d'ingéniosité pour faire passer leur message.

1. Quand le G7 rencontre... Pikachu ?

Oui, tu as bien lu. Le sommet réunissant les sept grandes puissances mondiales en 2021 a accueilli un invité inattendu : Pikachu. Un groupe d'activistes anonymes et indépendants a enfilé le costume du célèbre Pokémon pour réclamer que le Japon mette fin à ses émissions de carbone d'ici 2030. Tu peux revoir cette action dans ce reportage vidéo du journal The Guardian.
 

2. Une baleine sur la Gran Vía à la rescousse des océans

Lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat en 2019 à Madrid (COP25), le groupe d'activistes Extinction Rebellion Spain a marché pour la « mort des océans ». Une trentaine de personnes vêtues d'habits bleus représentaient la mer, tandis que d'autres brandissaient le squelette d'une baleine, long de trois mètres et constitué de papier journal recyclé. Grâce à cette action, les activistes ont atteint leur objectif : attirer l'attention des passants et faire la une des médias du pays. Dans cette vidéo disponible sur leur chaîne YouTube, ils détaillent le processus de fabrication de cette immense sculpture.
 

3. Paris sous la banquise

Ça a l'air dingue, mais ça s'est vraiment passé. À l'occasion de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) en 2015, l'artiste plasticien Olafur Eliasson et le géologue Minik Rosin ont ramené dans la capitale française pas moins de 80 tonnes de glace prélevées dans un fjord près de Nuuk, au Groenland. La veille du sommet, l'œuvre a été exposée sur la place de la République à Paris, formant une horloge. Jour après jour, la glace a fondu, donnant ainsi à l'opinion publique un avant-goût des conséquences du changement climatique. Cette œuvre d'art a tellement fait sensation que même les Nations Unies l'ont immortalisée dans une vidéo.
 

4. Des meetings aquatiques

C'est sans conteste notre action favorite. En 2009, le gouvernement des Maldives a tenu un conseil ministériel installé sur les fonds marins, sous l'égide du président Mohamed Nasheed, afin de souligner la réalité de la lutte contre le changement climatique. Lors de cette réunion aquatique, les ministres ont signé une déclaration appelant à accroître les efforts en vue de limiter les risques de crise climatique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. En effet, n'oublions pas que les États insulaires tels que les Maldives font partie des pays les plus menacés par la crise climatique en raison de l'augmentation du niveau de la mer. Ironiquement, ce sont pourtant eux qui contribuent le moins à cette problématique. De nombreux médias à travers le monde avaient couvert l'événement. Clique ici si tu veux voir l'action de tes propres yeux.
 

5.  Au vu et au su de tous

Nous nous souvenons tous des terribles incendies qui ont ravagé l'Australie au début de l'année 2020. Pourtant, le gouvernement australien ne semble pas avoir compris ce message : plus la température augmente, plus le pays risque de s’enflammer. Au lieu de s'en soucier, il poursuit sa politique comme si de rien n'était et encourage les émissions de gaz à effet de serre au lieu de les restreindre. Un collectif en grande partie anonyme, mais comptant également dans ses rangs quelques artistes méconnus comme @ontheleans et @tammy_one a donc décidé de placarder des affiches dénonçant l'inaction de l'exécutif australien. Elles ont fleuri dans les rues du pays, ornées d'un QR code permettant de faire un don à une organisation de protection du climat. Pour te donner une idée de l'ampleur de leur succès, le hashtag #bushfirebrandalism caracolait en tête des tendances – même en Espagne. Cet article du Guardian reprend l'ensemble des affiches de la campagne.

Nous espérons que cet article de la quatrième saison t'a plu. La suite débarque dès la semaine prochaine sur la Toile. Rendez-vous sur les réseaux sociaux !