Groupe du mois Adel Tawil

Homme avec cheveux noirs bouclés, habillé en noir
Adel Tawil | Universal photo de presse 2017

Adel Tawil est un précurseur. Il est l’un des premiers chanteurs allemands qui obtient un grand succès avec des chansons très personnelles. Durant sa carrière, il passe par différentes étapes : membre d’un boys band, un des deux « moi » dans le duo Ich + Ich (Moi + Moi), le projet musical avec Annette Humpe, et enfin en solo avec ses chansons et sa voix. Et dans ce cas, « le meilleur pour la fin » prend tout son sens.
 

« L’allemand est une langue très précise. Souvent, il n’y a pas beaucoup de place pour l’ambivalence. Écrire des paroles pleines d’émotions, chez nous ça devient vite trop sentimental. » (Interview avec nordbuzz.de, avril 2017)

Adel Tawil est un précurseur. Il est l’un des premiers chanteurs allemands qui obtient un grand succès avec des chansons très personnelles. Durant sa carrière, il passe par différentes étapes : membre d’un boys band, un des deux « moi » dans le duo Ich + Ich (Moi + Moi), le projet musical avec Annette Humpe, et enfin en solo avec ses chansons et sa voix. Et dans ce cas, « le meilleur pour la fin » prend tout son sens.

Le grand public se reconnaît dans les sentiments qu’il exprime à travers ses chansons. Tawil réussit à ne pas dépasser la ligne fine entre la pop émotion et la pop kitsch, car il sait très bien doser les émotions dans ses chansons. Peut-être grâce à son parcours musical singulier qui l’a mené vers une carrière solo pleine de succès.

Le chanteur, né à Berlin en 1978 d´une mère tunisienne et un père égyptien, reçoit, selon ses dires, une éducation libérale. Déjà pendant son adolescence, Tawil est à l’aise sur scène. Il devient membre du boys band Boyz dans les années 1990. Le succès arrive vite, mais comme pour la plupart des boys bands, il est de courte durée. À ce moment-là, Tawil n’est qu’une ex pop-star et doit repartir de zéro. Il fait l’expérience de la dureté du milieu : on devient vite célèbre, mais on peut aussi rapidement retomber dans l’oubli.

Sa deuxième carrière débute en 2002 quand la musicienne Annette Humpe vient dans son studio d’enregistrement. Ils se rendent vite compte qu’ils vont musicalement très bien ensemble, même si Annette est de 28 ans son aînée, et ils créent le duo Ich + Ich (Moi + Moi). Le projet est une réussite pour Tawil, mais en 2010 les deux musiciens se séparent après trois albums communs. C´est surtout l’album Vom selben Stern (De la même étoile) en 2007 qui rencontre le plus grand succès.
 

L’ENVOL EN CARRIÈRE SOLO


Après presque 20 ans dans le monde de la musique, Adel Tawil a suffisamment d’expérience pour se lancer dans une carrière solo. Il a créé son propre style musical en coulisses et il peut maintenant le présenter au public. Il n’est plus « juste » un membre d’un boys band ou un des deux « Ich » ; à présent, c’est de lui qu’il s’agit.

Son premier album Lieder (Chansons) est peut-être le premier album avec seulement son nom dessus, mais on voit bien que c’est un musicien avec déjà beaucoup d’expérience. Cette fois-ci, il ne veut pas être une pop star. Sa musique est un travail vrai d’artiste. On le remarque dans la chanson qui a donné son nom à l’album : Lieder est une ode à tous les artistes qui l’ont influencé tout au long de son cheminement musical. On y retrouve beaucoup de titres et de citations de nombreuses chansons. C’est comme un jeu : on écoute le texte et on essaie de deviner les titres. 4 minutes pour s’amuser.
 
 
L’album a été un grand succès en Allemagne. Le chanteur a trouvé son public. Ce n’est pas souvent que le deuxième album rencontre autant de succès que le premier, mais Adel Tawil l’a fait.
 

POP + SENTIMENTS = SUCCÈS

Entre les deux albums solo, il faut mentionner la coopération réussie avec le duo allemand SDP pour la chanson Ich will nur dass du weißt (Je veux seulement que tu saches), en 2015. Après un album live et une tournée, Tawil sort son deuxième album So schön anders (Joliment différent). Le titre de l’album le dit déjà : c’est beau d’être différent. Mais ce n’est pas tout. Celui qui est différent suscite notre intérêt. Tawil parle dans une interview d´une fascination pour l’Autre qui a quelque chose que nous n’avons pas. Et de cette fascination peuvent alors naître des projets pleins de succès, comme pour Tawil et Humpe. Et qu’est-ce qui est différent chez Adel Tawil ? Il n’a pas peur des sentiments et il sort un album quasi autobiographique avec des textes très personnels.

Après le succès de son premier album, il traverse une période difficile sur le plan personnel. Le divorce devient ainsi l’un des sujets principaux sur le deuxième album, reflété dans les chansons Mein Leben ohne mich (Ma vie sans moi) et Ist da jemand (Y-a-t-il quelqu’un). L’album n’est pourtant pas pathétique car le chanteur trouve beaucoup de raisons pour célébrer la vie. L’accident qui lui a presque couté la vie en 2016 (il s’est brisé quatre vertèbres cervicales) change sa manière de penser. C’est pourquoi on trouve sur l’album les chansons qui symbolisent la joie de vivre comme Sensation (Sensation) et Bis hier und noch weiter (Jusqu’ici et encore plus loin) – encore une coopération réussie avec les rappeurs allemands KC Rebell et Summer Cem.
 

Ce n’est pas seulement grâce aux chansons pop pleines d‘émotions que Adel Tawil est « un peu singulier ». Il n’a pas peur d’écrire des chansons engagées. Bien au contraire : il considère cela comme son devoir de thématiser les sujets actuels dans sa musique. La crise migratoire ou les attaques terroristes, qui nous accompagnent depuis quelque temps, sont traitées dans ses chansons, Eine Welt, eine Heimat (Un monde, une patrie) et Gott, steh mir bei (Dieu, soutiens-moi) sont les plus remarquables. Plus d’unité, de paix et de tolérance – un message qu’on ne peut jamais trop répéter.

J’ai pas lu la Bible
J’ai pas le Coran sur moi
Mais quand je vois tout ça:
Dieu, soutiens-moi!
 

 
 

DISCOGRAPHIE :

Lieder (2013)
So schön anders (2017)