Groupe du mois Samy Deluxe

Visage de l'artiste avec chapeau
Samy Deluxe | © Universal Music

Depuis la fin des années 90, Samy Deluxe fait partie intégrante de la scène de rap allemand, aux côtés de « Fettes Brot » et des « Absoluten Beginnern ». C’est un musicien à succès qui aborde des sujets à la fois légers et très personnels. En plus de la musique, « Wickeda MC », comme il se nomme parfois, s’essaie aussi dans la mode et a fondé l’association « DeluxeKidz e.V. ». Concernant son style musical et les thèmes qu’il aborde, le rappeur hambourgeois présente plusieurs facettes.

La vraie vie comme source d’inspiration 

Comme d’autres avant lui avant de percer réellement, le rappeur hambourgeois écrit principalement des textes mettant en valeur son statut de rappeur génial le plus doué de la scène allemande. C’est seulement plus tard qu’il découvre la possibilité d’utiliser sa musique comme support pour s’exprimer aussi sur sa vie, le racisme en Allemagne ou encore sur d’autres thèmes percutants.

C’est en 1977 que Samy Sorge alias Samy Deluxe naît à Hambourg. Il grandit avec sa demi-sœur, sa mère allemande et son beau-père à Eppendorf, un quartier plutôt chic de Hambourg. Son père originaire du Soudan quitte le pays lorsque Samy a deux ans. On retrouve l’absence du père, la colère qui en découle et plus tard le pardon dans ses tubes Vatertag (Fête des pères) et Vater im Himmel (Père dans les cieux), ce sont certains des premiers thèmes plus sérieux qu’il a abordés. Il écrit également des chansons pour son propre fils Elijah Malik qui vit avec sa mère de l’autre côté de l’Atlantique aux Etats-Unis : Superheld (Superhéro), Doppelt VIP (Double VIP). Une des thématiques les plus récurrentes est certainement la quête d’identité en tant qu’Allemand de couleur confronté au racisme dès son plus jeune âge dans le quartier bien bourgeois d’Eppendorf. Dans son tube Weck mich auf (Réveille-moi), Samy se plaint de la xénophobie et d’autres problèmes qui prédominent selon lui dans l’Allemagne de 2001 :

« Entouré de skinheads,
qui donnent la mort aux Turcs et aux Africains
pendant que les flics restent sur le côté
afin d’éviter les problèmes […] »


Au cours de sa carrière, le Hambourgeois s’engage dans différentes initiatives soutenant l’égalité des chances et l’entente mutuelle, comme celle de l’association « DeluxeKidz e.V. » qui organise des projets culturels pour des jeunes.
 


Le rap allemand sur la vague du succès

Le jeune Samy Deluxe s’inspire des artistes de rap américain Run DMC et Public Enemy et écrit ses textes en anglais. Il fait ses débuts sur scène avec le groupe No Nonsense. Ensuite, le leader des Absolute Beginner, Jan Eißfeldt, qui est aussi à la tête du label indie Eimsbusch, le signe. Pour son premier album solo dont le titre porte son propre nom, il reçoit un disque d’or en 2001. Il collabore en 2006 avec New Era et Reebok pour une ligne de casquettes et de sneakers avec son logo dessus. En 2014, Samy Deluxe obtient son deuxième disque d’or pour son album SchwarzWeiss (NoirBlanc), qui occupe pendant plusieurs semaines le hit-parade d’albums. Avec plus d’un million de disques vendus, Samy Deluxe est devenu l’un des plus grands rappeurs en Allemagne. En parallèle à sa carrière de musicien, il fait aussi des apparitions à la télévision : en 2005 lors du Bundesvision Song Contest, en 2014 sur DMAX dans une documentation de six épisodes intitulée Männlich Deluxe et en 2016 dans l’émission Sing meinen Song – Tauschkonzert (Chante ma chanson- échange de concert).

Des rimes, du rythme et du reggae


Le rappeur hambourgeois est connu pour l’emploi de nombreuses métaphores ainsi que pour des structures de rimes complexes en combinaison avec des changements de temps et de rythme comme on peut le constater dans son tube Poesie Album :

« Der Richter und Henker für Dichter und Denker
Er stürzte ab, denn er war von der Dürre matt
Und stand zu dicht am Geländer
Von meinem Hotel Suite-Balkon
Und das war's aus mei'm Poesiealbum
Und darauf reimt sich grobe Viehhaltung »

« Le juge et le bourreau pour poètes et penseurs
Il chute, car il était blafard à cause de la sècheresse
Il était trop près de la rambarde
de mon hôtel suite-balcon
c’est tout de mon album de poésie
et ça rime avec élevage de bétail »


Samy compose son rap comme il l’entend. Parfois, il tourne le dos à son flow d’origine : il expérimente ainsi sur son album de 2009 Dis wo ich herkomm (Là d’où je viens)
avec des passages de reggae et de chant dans la chanson Bis die Sonne rauskommt (Jusqu’à ce que le soleil se lève).
 

Le livre éponyme plus ou moins autobiographique paraît en même temps que l’album, en 2009. Samy Deluxe dit y livrer ses réflexions sur son pays, l’Allemagne. Par rapport à son identité d’Allemand, il y sonne plus mature et plus serein qu’à l’époque de Weck mich auf (Réveille-moi). Malgré des sons reggae plutôt gais, on trouve aussi des mélodies plus mélancoliques dans cet album qui soulignent un certain mal du siècle. Samy explique ces états d’âme, que l’on retrouve sur tous ses albums, dans une interview avec laut.de : « C’est juste un truc de fondamental pour moi, tu comprends ? On n’a pas soi-même choisi de vivre, maintenant il faut faire avec. »

Avec son album Berühmte letzte Worte (Derniers mots célèbres) (2016), il revient à son flow d’origine. Le single Haus am Mehr en collaboration avec Nena reste dans le hit-parade des singles pendant des semaines. Son album Halbum Deluxe Edition paraît fin 2017 avec en tout sept chansons. Malgré ses expérimentations et ses mélodies tristes, Samy Deluxe est un artiste incontournable de la scène hip hop allemande.

DISCOGRAPHIE :

2001: Samy Deluxe
2004: Verdammtnochma!
2009: Dis wo ich herkomm
2011: SchwarzWeiss
2012: Verschwörungstheorien mit schönen Melodien 
2014: Männlich
2016: Berühmte letzte Worte
2017: Deluxe Edition