Groupe du mois Mine

Mine
Mine | ©Simon Hegenberg

C’est grâce à un mélange de rythmes et de mélodies minimalistes savamment superposés que la chanteuse Mine (alias Jasmin Stocker) nous plonge dans un nouveau monde musical. Sa voix claire et très présente chante son propre vécu, tout en dissimulant ses mots derrière une série d'onomatopées et de métaphores. Ce qui compte le plus pour sa musique : « L'art se trouve toujours en première ligne ».

 

Mine et son chemin vers la musique

La chanteuse de 33 ans grandit dans un petit village non loin de Stuttgart et prend des cours de chant et de musique dès son plus jeune âge. C’est seulement à l’âge de 20 ans qu’elle décide de faire de sa passion son métier. Elle se spécialise en chant de jazz lors de ses études au Conservatoire de Musique à Mayence. À la fin de ses études en 2011, elle enchaîne avec un master de Producing et Composing à l'académie de Pop du Bade-Wurtemberg. C'est là-bas qu'elle noue de précieux contacts dans le milieu de la musique pop allemande, avec par exemple Florian Sitzmann, le producteur des Söhne Mannheims qui, en 2012, produit Herzverleih (Prêt de cœur), le premier EP de Mine.

Et la lune se moque de nous...

Son style de musique ne rentre dans aucune catégorie. Mine le décrit comme un mélange de musique pop, hip-hop, folk, électro et jazz. Elle écrit ses propres textes et compose sa propre musique et aborde souvent le thème de la relation amoureuse : « Le thème principal est en tous cas cette petite lutte entre le cœur et la tête, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont incompatibles. » Lorsqu’elle compose ses chansons, Mine essaie beaucoup de choses, elle crée des tapis sonores, expérimente avec des rythmes différents, fait des samplers etc. avant d’avoir le résultat voulu. Dans ses chansons, outre des instruments classiques, on y entend aussi de l’autoharpe ou encore de l’omnichord.

sur scène Avec tout un orchestre : un projet de financement participatif

Habituellement, Mine part en tournée avec un nombre réduit de musiciens. En 2013, elle se lance un défi : elle veut donner un concert avec un orchestre à ses côtés. C'est elle-même qui écrit les arrangements : « Cela m'a toujours titillé de composer des chansons pour un grand ensemble d'instruments. » Afin de financer un concert d'une telle ampleur, elle lance en mars 2013 une collecte de financement participatif en ligne via la plateforme Startnext, où elle réussit à récolter 10.000 euros en seulement 80 jours. Le 15 juin 2013, elle donne son premier concert « Mine-et-orchestre » dans le Capitol à Mannheim qui affiche complet ce soir-là. Elle a choisi elle-même les musiciens, des étudiants et des diplômés du Conservatoire de Musique de Mayence pour la plupart.

Après ce franc succès, Mine relance une collecte de financement participatif en octobre 2016, cette fois pour un concert dans le club berlinois Huxley’s Neue Welt. Elle réunit l'argent nécessaire en peu de temps, et le 22 avril 2017, Mine se produit de nouveau avec un orchestre. Elle a également convié des artistes comme Bartek, Edgar Wasser, Fatoni, Ecke Prenz et le chœur berlinois des pubs. Une vidéo de la tournée sortira en DVD un peu plus tard.

Je t'efface et je danse en même temps (vinaigre sur sucre)

Ton soleil s'éteignit, mes lumières s'allumèrent
Cela devenait inconfortable
Et tout ce qui a été nôtre fut trempé dans l'acidité
Je t'arrache en deux morceaux, je me fiche de ce qui t’empêche de dormir
Car toi, tu es toujours pour moi
le vinaigre qui dissout le sucre


Dans le clip de Essig auf Zucker (Vinaigre sur Sucre), Mine traduit le texte de la chanson simultanément en langue des signes. Elle en a eu l'idée lors d'un Poetry Slam qui était traduit en langue des signes. « J'étais surprise de voir combien de malentendants étaient venus – et je me suis sentie un peu triste de ne pas avoir réfléchi avant à cette thématique. » Le chœur de l'église que l'on entend à la fin de la chanson est aussi inhabituel.

Son succès grandit

Mine peut toujours compter sur le soutien de ses fans comme elle a pu constater lors de son action de crowdfunding. Depuis un petit moment, Mine n'est plus une artiste régionale ; elle s'est fait un nom à travers toute l'Allemagne. Avec son style et la diversité de ses chansons, elle se distingue de certains chanteurs de pop allemande qui jouent tous le même registre. En septembre 2016, elle reçoit le prix de la culture pop dans la catégorie « artiste solo préférée ». Elle se produit aussi en première partie d’artistes connus comme Lukas Graham ou encore Samy Deluxe et participe au clip Offenes Herz (À cœur ouvert) de ce dernier en 2014. Elle est invitée plusieurs fois dans l’émission TV-Noir sur la chaîne ZDF et s’est récemment produite avec le Rundfunktanzorchester Ehrenfeld (RTO) ainsi qu'avec AB-Syndrom dans le Neo-Magazin Royale. Lors de sa tournée allemande à l’automne 2018, elle se déplaçait seulement avec un trio de musiciens et non pas avec un orchestre entier.

Mine a sorti pas moins de trois albums ces trois dernières années, elle garde ce rythme et sort un quatrième album intitulé Klebstoff (Colle) au printemps 2019. Le premier single éponyme est sorti la semaine dernière et le clip ne saurait coller plus à l'actualité. Pour celui-ci, Mine a posé un panneau au centre-ville de Berlin sur lequel est écrit : « Je ne suis pas mon meilleur moi – si tu te retrouves dans cette phrase, écris ton nom sur moi ». Dans la vidéo on peut voir ainsi des passants de tous âges qui signent sur la veste blanche de Mine. La vidéo reflète le contenu de la chanson qui parle des choses négatives qui nous collent à la peau. 



En mai prochain, Mine sera en tournée et se produira dans de nombreux festivals estivaux. Nous restons donc curieux et pourrons nous réjouir de la musique que Mine nous prépare par la suite !

DISCOGRAPHIE :

2012: Herzverleih (EP)
2014: Mine
2016: Das Ziel ist im Weg
2017: Alle Liebe nachträglich (mit Fatoni)
2018: Mine und Orchester (Live in Berlin)