Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Martina Wildner
Les histoires derrière les histoires

Martina Wildner tenant la fameuse statuette Momo lors de la remise du prix allemand de la littérature pour la jeunesse en 2014.
Martina Wildner tenant la fameuse statuette Momo lors de la remise du prix allemand de la littérature pour la jeunesse en 2014. | Photo (détail) : © picture alliance/dpa/Arne Dedert

Depuis plusieurs années, Martina Wildner rencontre un franc succès comme auteure de livres pour la jeunesse. L’adaptation cinématographique de son roman primé Das schaurige Haus (Notre maison hantée) atteint même la cinquième place du classement mondial sur Netflix en 2021. Son destin de romancière n’était pourtant pas tracé d’avance.

De Romy König

Martina Wildner s’est essayée à bien des disciplines. Après avoir pris des cours pratiques de sculpture, elle suit des études islamiques pendant quelques semestres à l’Université d’Erlangen et passe même plusieurs mois à Damas, en Syrie. À 23 ans, son choix se porte finalement sur le graphisme, avec pour spécialisation l’illustration. Elle sort diplômée de la grande école de Nuremberg en 1996.

Martina Wildner se met aussitôt à son compte comme illustratrice et romancière. Elle aurait apparemment vite constaté qu’elle voulait elle-même écrire les textes qu’elle illustrait. Elle raconte sur le portail littéraire « Bücher leben! » que les textes seraient un jour « devenus plus longs » et auraient fait leur chemin, indépendamment de toute illustration.

Aujourd’hui, la romancière a non seulement publié plus d’une douzaine de livres pour la jeunesse mais a aussi reçu plusieurs prix. Son roman Jede Menge Sternschnuppen (« une pluie d’étoiles filantes ») reçoit le prix Peter Härtling en 2003, et son livre Königin des Sprungturms (« la reine du plongeoir ») le prix allemand de la littérature pour la jeunesse en 2014.
 

TERREUR EN ALLGÄU

La « trilogie de la terreur en Allgäu » de Martina Wildner parle d’enfants qui ont peur d’être transformés en arbre, de maisons effrayantes et de lacs terrifiants. La « trilogie de la terreur en Allgäu » de Martina Wildner parle d’enfants qui ont peur d’être transformés en arbre, de maisons effrayantes et de lacs terrifiants. | Photo : © Beltz Verlag Depuis 2012, le travail de Martina Wildner se concentre sur les histoires qui font peur. Sa Trilogie de la terreur en Allgäu, comme elle l’appelle sur son site Internet, parle d’enfants qui ont peur d’être transformés en arbre, de maisons effrayantes et de lacs terrifiants. Dans cette trilogie, son roman Das schaurige Haus comptait parmi les ouvrages en lice pour le prix allemand de la littérature pour la jeunesse en 2012, et a aussi été adapté sur grand écran sous le titre Notre maison hantée. Cette adaptation cinématographique a atteint la cinquième place du classement mondial sur Netflix en 2021.

CLARTÉ ET PROFONDEUR

« Der Himmel über dem Platz » : ce sentiment de ne pas faire partie d’un groupe ou comment intégrer à tout prix une équipe de footballeurs professionnels quand on est une jeune fille. « Der Himmel über dem Platz » : ce sentiment de ne pas faire partie d’un groupe ou comment intégrer à tout prix une équipe de footballeurs professionnels quand on est une jeune fille. | Photo : © Beltz Verlag Martina Wildner poursuit sa route. Dans son dernier livre intitulé Der Himmel über dem Platz (« le ciel au-dessus du terrain ») paru en février 2021, elle s’attaque aux stéréotypes sexistes et raconte l’histoire d’une jeune fille qui veut absolument intégrer une équipe de footballeurs professionnels. Pour le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), le thème principal de l’ouvrage est ce sentiment « de ne pas faire partie d’un groupe ». Le journal encense la « profondeur » et la « clarté poétique » de ce livre raconté à la première personne par une jeune fille qui « pense, parle et, surtout, doute comme le font tous ceux qui ont 13 ans ». Selon le FAZ, ce sont toujours ces histoires cachées derrière l’histoire racontée qui rendent « l’écriture de Martina Wildner si particulière ».