Basis, la plateforme de production et d’exposition Une recette à succès made in Francfort

basis e.V. |Projekroom Elbestrasse Frankfurt
© basis e.V. 2010

L’association « Basis » a été fondée dans le but de procurer à de jeunes artistes des ateliers à bon prix. Mais ce projet situé à Francfort est désormais devenu beaucoup plus qu’un lieu de production d’art contemporain. Dans la salle d’exposition, on trouve des stars montantes. Plusieurs programmes d’échanges favorisent la création d’une mise en réseau des artistes sur le plan international.

Des baraques à döners, des bordels et au milieu de cela, des bars branchés : le Bahnhofsviertel, le quartier autour de la gare de Francfort, est un endroit où se télescopent des univers très différents. Une porte métallique sans prétention qui conduit à une arrière-cour idyllique, puis une cage d’escalier et nous arrivons au deuxième étage. C’est ici que se trouve l’atelier de Jan Buchczik. L’illustrateur étudie encore à l’École d’Arts Appliqués d’Offenbach, ville voisine de Francfort, il veut passer son diplôme à l’automne. Mais il a d’ores et déjà beaucoup de succès. Ses illustrations, dessinées sur ordinateur, paraissent dans l’hebdomadaire die Zeit, dans le magazine du Süddeutsche Zeitung ; le Guardian en Grande-Bretagne et le New York Times ont également déjà embauché l’artiste.

Depuis environ deux ans, Buchczik a son studio dans l’un des trois ensembles d’ateliers que compte l’association Basis à Francfort. « Basis est un bon endroit pour travailler », déclare l’illustrateur. Il compte parmi les quelque 150 artistes qui ont trouvé ici un poste de travail subventionné. La somme qu’il paie pour son atelier, partagé avec un autre créatif, est loin d’atteindre le prix d’un loyer standard du Bahnofsviertel de Francfort, surtout depuis que le quartier chaud de la ville s’est transformé en un quartier à la mode.

Un manque d’ateliers abordables

Basis est née d’un manque. À Francfort, l’une des villes les plus chères d’Allemagne, on a longtemps manqué d’ateliers à des prix abordables, ce qui constitua un gros problème pour la Ville dans son rôle de haut-lieu artistique. Certes, beaucoup de jeunes artistes talentueux venaient à Francfort pour étudier à la célèbre École des Beaux-Arts, la Städelschule, mais ils en repartaient sitôt leurs études terminées pour aller vers des contrées où la vie est moins chère. Aujourd’hui, plusieurs comités de défense s’opposent à cette évolution, artistes et créatifs s’unissent pour mettre en place des séjours en atelier – soit en utilisant provisoirement des espaces abandonnés, soit dans le cadre de projets à long terme.
  • basis e.V. Gutleutstrasse 8-12 Photo : Günther Dächert | 2014-© basis e.V
    basis e.V. Gutleutstrasse 8-12
  • basis e.V. | Journée des Ateliers de Francfort (FAT) en 2014 Photo : Frithjof Kjer © basis e.V
    basis e.V. | Journée des Ateliers de Francfort (FAT) en 2014
  • basis e.V. | Entrée Gutleutstrasse, Frankfurt © basis e.V
    basis e.V. | Entrée Gutleutstrasse, Frankfurt
  • basis e.V. Exposition Claus Richter Photo : Günther Dächert | 2016-© basis e.V
    basis e.V. Exposition Claus Richter
  • basis e.V. Exposition | Rumors of Glory | 2017 Photo : Frithjof Kjer © basis e.V
    basis e.V. Exposition | Rumors of Glory | 2017
  • basis e.V. | Vernissage Mohamed Bourouissa | 2016 Photo : Katrin Binner © basis e.V
    basis e.V. | Vernissage Mohamed Bourouissa | 2016
  • basis e.V. | Salle de lecture Gutleutstrasse 8-12 Photo : Günther Dächert | 2015-© basis e.V
    basis e.V. | Salle de lecture Gutleutstrasse 8-12
  • basis e.V. | Atelier Bois Elbestrasse Photo : Günther Dächert | 2016 © basis e.V
    basis e.V. | Atelier Bois Elbestrasse
  • basis e.V. | Studio | Gutleutstrasse 8-12 Photo : Günther Dächert | 2014-© basis e.V
    basis e.V. | Studio | Gutleutstrasse 8-12
 
La plateforme Basis existe depuis 2006. Le projet est soutenu par la Ville de Francfort. En 2016, la Ville a racheté au Land de Hesse le bâtiment principal de la plateforme dans lequel se trouvent la plupart des ateliers et des salles d’exposition, afin de garantir le maintien du projet. Basis veut soutenir de manière ciblée des créatifs qui se professionnalisent et qui sont prêts à se lancer dans leur carrière. Ils ont la possibilité d’utiliser les ateliers pendant une période maximale de six ans. Selon le directeur artistique de Basis, Felix Ruhöfer, le succès du projet est perceptible. « Année après année, nous remarquons que les artistes décident de plus en plus de rester à Francfort. »

Plus qu’un ensemble d’ateliers

Basis ne se réduit effectivement pas à un ensemble de trois bâtiments abritant des ateliers d’artistes. Il ne s’agit pas seulement de retenir des artistes dans la ville mais aussi de les intégrer dans un réseau international. C’est la raison pour laquelle deux autres caractéristiques sont déterminantes pour le projet : une salle d’exposition avec de l’ambition et un programme d’échanges dédié aux jeunes créatifs.
Les expositions de la plateforme Basis, sont en règle générale réservées à des artistes qui réalisent une carrière internationale. Des artistes, et leur nombre n’est pas négligeable, dont les noms sont aujourd’hui dans toutes les bouches, y ont eu leur première grande exposition individuelle dans l’espace germanophone. Les photographes Tobias Zielony et Sven Johne, les artistes Michaela Meise et Keren Cytter furent exposés chez Basis avant de découvrir les grands musées. Felix Ruhöfer affirme que le débat avec de jeunes représentants de l’art contemporain est important. « Nous ne voulons pas être un ensemble d’ateliers hermétique, mais nous ne voulons pas non plus être une société des beaux-arts. » Tout est dans le mélange des genres.

Des artistes du monde entier

Au fil des ans, les programmes d’échanges ont pris toujours plus d’importance. Des artistes sont invités à chaque fois pour une période de trois mois. Les créateurs viennent de Strasbourg, Helsinki, Anvers, Séoul, Kuala Lumpur ou de la région Nouvelle-Aquitaine. Ils logent dans un appartement de l’un des trois bâtiments où se trouvent les ateliers et réalisent leurs expositions à Francfort. En échange, les artistes de Basis ont à disposition des ateliers dans les villes partenaires. « Il est important que les jeunes artistes puissent entrer en contact avec d’autres réseaux. », affirme Felix Ruhöfer.

On voit que Basis imprègne la scène artistique de Francfort au succès que remportent sur le marché de l’art certains artistes qui ont été accueillis sur la plateforme. Anne Imhof qui a reçu en mai 2017 le Lion d’or à la Biennale de Venise, y a eu pendant longtemps un atelier. Sandra Kranic, une artiste qui a fait des expérimentations à partir de feux d’artifice, a exposé il y a peu à la Biennale de São Paulo et le duo d’artistes Özlem Günyol et Mustafa Kunt a récemment reçu le prix HAP-Grieshaber 2017. La plateforme Basis de Francfort, c’est aussi beaucoup d’histoires de réussite à raconter.