Mathias Enard
Georg Trakl

« Tout avance donc irrésistiblement vers la fin. Une certaine Europe, plusieurs Empires et Georg Trakl. Georg qui n’est bien sûr qu’un accident, une des conformations possibles de l’humain. Une des monstruosités possibles de l’humain. Mystérieux, drogué, incestueux. Tout avance vers la fin et la décomposition. [...] »

Mathias Enard : Georg Trakl - Lebensschein

Mathias Enard | Georg Trakl © Wikimedia

Mathias Enard

Né en 1972 à Niort, Mathias Enard étudie à l’École du Louvre avant d’étudier le farsi et l’arabe à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). Écrivain et  traducteur, il vit à Barcelone. Mathias Enard a fait de longs séjours au Moyen-Orient. Paraît en 2011 son roman Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants puis, en 2013, Rue des voleurs. Ses romans ont reçu de nombreux prix — notamment le prix Goncourt 2015 pour Boussole, un roman hanté par les crispations identitaires et la tragédie humaine qui ravage la Syrie.

(sources : Actes Sud, L'Obs, Hanser Literaturverlage

Georg Trakl

Georg Trakl est né en 1887 à Salzbourg. Il est l'authentique héritier autrichien de Rimbaud. Son seul havre de paix est la maison de Ludwig von Ficker, l'éditeur du périodique Brenner, où paraissent ses poèmes de 1912 à 1914. Après la bataille de Grodek (titre de son dernier poème), Trakl meurt d'une surdose de cocaïne à l'hôpital militaire de Cracovie où il est pharmacien, ne supportant plus son sentiment d’impuissance face aux mourants. À ses débuts, il subit les influences du symbolisme et du néoromantisme. À partir de 1910, il crée un nouveau langage poétique correspondant au « chaos infernal de rythmes et d'images » qu'il sent en lui. Hölderlin et Rimbaud déterminent sa vision apocalyptique du monde. Seul un mince recueil de ses poèmes a été publié de son vivant, en 1913. Ses derniers poèmes ont paru dans le Brenner en 1915.
 
(source : Larousse)