Joseph Beuys et le désir d’agir
Qu’en serait-il si l’on tenait pour meurtre l’abattage d’un arbre ?

7000 Eichen - Stadtverwaldung statt Stadtverwaltung - Dennhäuser Straße, une sculpture sociale de Joseph Beuys, initiée à la Documenta 7 de Kassel en 1982.
7000 Eichen - Stadtverwaldung statt Stadtverwaltung - Dennhäuser Straße, une sculpture sociale de Joseph Beuys, initiée à la Documenta 7 de Kassel en 1982. | Photo (détail) : Baummapper (CC-BY-SA-3.0)

Joseph Beuys avait de nombreuses cordes à son arc, et ses idées sont toujours actuelles. Avec la participation du spécialiste de Beuys, le professeur Eugen Blume, nous examinerons le désir propre à Beuys de porter le mouvement écologique vers l’avant en révélant à chaque homme sa capacité d’agir.

De Lena Kronenbürger

Professeur Blume, vous êtes spécialiste de Beuys et dirigez en compagnie de Catherine Nichols le projet « beuys 2021 ». Quel événement fêtez-vous à proprement parler, en dehors du jubilé officiel des 100 ans de Joseph Beuys ?

A vrai dire, ce n’est pas la figure héroïque de Beuys que nous célébrons ; nous nous interrogeons plutôt sur le caractère inhabituel des questions posées par Beuys à la société, que nous rapportons au contexte actuel.

Beuys a vécu de 1921 à 1986. Quels sont, parmi les questions de société que Beuys a pu vivre de son temps, celles qui demeurent pertinentes aujourd’hui en France, en Allemagne et peut-être même à échelle mondiale ?
 
C’est dans la dernière partie de sa vie que Beuys s’est détaché de la machinerie des musées pour se consacrer à des projets sociaux et écologiques de grande ampleur. Ce qui l’intéressait, c’était de devenir acteur du mouvement écologique, de poser des jalons et, par là-même, de ne plus seulement se cantonner à la théorisation mais d’agir dans la pratique.

L’un des célèbres exemples de son travail pratique est la campagne qu’il réalisa dans le cadre de la manifestation artistique documenta 7 en 1982 : durant des années, Beuys s’est attelé avec d’autres volontaires à la plantation de 7000 chênes à Cassel. Pensez-vous que cet acte soit une transcription de la célèbre déclaration de Joseph Beuys, affirmant que « tout homme est un artiste », pour désigner la capacité de chacun à planter un arbre et à participer à la constitution de la vie politique et sociale ?

Oui, absolument. Cette célèbre phrase, „tout homme est un artiste », aussi banale puisse-t-elle paraître, est étonnamment riche de sens : le premier mot, « tout », ou « chacun », signifie que chaque homme vivant sur cette planète est concerné, peu importe son sexe, sa couleur de peau ou ses origines culturelles. L’homme n’est pas sommé de devenir artiste ou de développer ses talents d’artiste ; l’homme est, par nature, artiste. Que cela signifie-t-il ? Si tout homme est artiste, quelle conception se faire alors de l’art ? Il ne peut s’agir ici de la définition de l’artiste au sens traditionnel du terme, à savoir quelqu’un qui dessinerait de façon exceptionnelle, écrirait à la perfection ou jouerait remarquablement au théâtre. Cette définition fait référence au contraire à quelque chose que chaque homme porte en lui, à savoir la puissance créatrice et les possibilités qui en découlent d’exercer une activité en lien avec la création. Beuys relie l’homme et sa faculté de penser au processus de création et à la capacité que chacun a d’agir. Il part du principe que tous les hommes présentent ces capacités, bien qu’ils ignorent souvent en disposer. Chaque homme se doit ainsi de trouver un chemin pour libérer sans entrave ce potentiel qui est en lui.

Ne pas attendre que quelqu’un nous y convie, mais entrer en action, telle est la devise. Aujourd’hui, Greta Thunberg en est un bon exemple, qui a su montrer jusqu’où pouvait conduire une telle initiative.

Eugen Blume

Se poster devant le Parlement avec une pancarte, en tant que simple écolière, pour manifester contre le changement climatique – ce simple geste a abouti à un mouvement monumental. Un modèle qui prouve que tout un chacun recèle bien plus de force qu’il ne le présume ; à lui de trouver le courage de la mettre en action.

Beuys n’a pas seulement cru en ce pouvoir de l’homme, mais aussi en celui de la nature, par le seul fait de la considérer comme sujet à part entière. Cela n’est le cas que dans peu de pays, comme en Equateur, où la nature est conçue comme un sujet de droit. En partant de cet état de fait, on reconnaît à la nature les droits qui lui reviennent. Dans quelle mesure Beuys s’est-il intéressé à la question des droits dont les animaux et la nature pourraient se voir dotés ?

Les animaux sont apparus assez tôt dans l‘œuvre de Beuys. Dans les années 1950, alors que Beuys était reconnu pour son travail de sculpteur et de dessinateur, une série d’animaux fit son apparition dans ses œuvres, et en particulier des cerfs et des lapins, qui y tiennent un grand rôle. Beuys eut tôt la conviction que les formes traditionnelles, au même titre que les sculptures, n’étaient plus les moyens adaptés pour prétendre apporter un réel changement. C’est la raison pour laquelle il devint professeur et homme politique. En 1967, il fonda le Parti Etudiant Allemand dont les principaux membres étaient des animaux.

​La reconnaissance d’animaux comme membres réguliers d’un parti montre la conviction qu’avait Beuys quant à la nécessité de reconnaître un statut juridique aux plantes et aux animaux.

Eugen Blume

Si l’on prend comme exemple le cas de la déforestation de la forêt tropicale au Brésil : qu’en serait-il si chaque arbre détenait un statut juridique et que l’abattage d’arbres aussi massifs revenait à commettre un meurtre, qui serait poursuivi en justice ? On aurait alors la possibilité d’intenter un procès contre une telle folie.

Vous avez été le commissaire de nombreuses expositions des œuvres de Beuys et avez également consacré votre thèse à l’artiste. Qu’est-ce qui, hier comme aujourd’hui, explique votre admiration pour Beuys ?

C‘est sa conception de l’art comme étant l’unique façon de réformer la société. Autrefois, je me suis dit qu’il devait être un sacré un fou furieux ! Mais quand j’ai découvert cette faculté de repenser entièrement la société et le monde du point de vue de l’art, je n’avais plus que cette idée en tête. A cet égard, Beuys demeure une figure d’exception. Il n’existe aucun artiste qui ait repoussé les limites aussi loin qu’il ne l’ait fait.

jOSEPH bEUYS ET LA fRANCE

Beuys a entretenu une relation étroite avec la France à travers la Révolution française de 1789. Il utilisait leur devise "Liberté, égalité, fraternité", qu'il reliait à l'économie, au droit et à la vie intellectuelle dans sa triple structure : égalité devant la loi, liberté de l'esprit et fraternité dans l'économie. Le révolutionnaire Anacharsis Cloots, originaire de Kleve, a été exécuté sous Robespierre. Beuys s'est identifié à lui au point de signer parfois son nom Anacharsis Beuyscloots. Il est important de noter que Cloots a internationalisé les idées de révolution et a introduit la performance comme une action politique.

 

à PROPOS DE NOTRE INTERLOCUTEUR

Le professeur Blume fut jusqu’en 2016 directeur de la Galerie Nationale de la gare de Hambourg – Musée d’Art contemporain – à Berlin. Il est le commissaire de la collection Marx et exerce comme professeur émérite à la haute école d’art de Braunschweig. Il dirige actuellement le projet beuys 2021 de la région Rhénanie-du-Nord-Westphalie en collaboration avec l’université Heinrich Heine de Düsseldorf.