Littérature contemporaine

Scène littéraire contemporaine © Goethe-Institut │Photo : Loredana La Rocca

Quoi de neuf sur la scène littéraire germanophone ? Notre lettre d’information vous présente les grands évènements littéraires, les auteurs à découvrir, les nouvelles parutions et les dernières traductions en français.

Comme chaque année en ouverture de la Foire du livre de Francfort, la somptueuse Salle impériale du Römer a été le lieu de consécration du meilleur roman en langue allemande de l’année. Le Prix du livre allemand a été décerné à l’écrivain allemand d’origine bosniaque Saša Stanišić pour son livre Herkunft, paru en 2019 aux éditions Luchterhand. Une décision qui a ravi l’ensemble de la scène littéraire en Allemagne, entérinant l’image du jeune prodige de la langue allemande et de l’écriture dont il bénéficiait depuis la parution de son premier livre en 2006.

Une décision qui fait aussi écho au Prix Nobel de littérature 2019 décerné quelques jours plus tôt à l‘écrivain autrichien Peter Handke, dont les prises de position pendant la guerre en ex-Yougoslavie ont déclenché une grande polémique en Allemagne et en France, et bien sûr dans les Balkans. Saša Stanišić a consacré une grande partie de son discours de remerciement à cette affaire, relançant l’éternelle question de savoir si l’art doit être jugé aussi en fonction des positions politiques de l’artiste. Ce débat montre une nouvelle fois la force de la littérature et l’importance de son rôle dans notre monde. C’est d’ailleurs le monde entier qui s’est réuni cette année encore à Francfort pour fêter la littérature et encourager la diffusion des lettres et des idées.

Ce rendez-vous annuel est pour nous l’occasion de vous présenter le lauréat bien sûr, mais aussi les autres finalistes du Prix, quelques nouveautés et une sélection d’ouvrages traduits récemment en français.

Actualité : Prix du livre allemand 2019

  • Saša Stanišić reçoit le Prix du livre allemand 2019 © Sascha Erdmann

    Saša Stanišić reçoit le Prix du livre allemand 2019

  • Herkunft © Luchterhand

    Herkunft

  • Avant la fête © Stock

    Avant la fête

  • Vor dem Fest © Luchterhand

    Vor dem Fest

  • Pièges et embûches © Stock

    Pièges et embûches

  • Fallensteller © Luchterhand

    Fallensteller

  • Le soldat et le germanophone © Stock

    Le soldat et le germanophone

  • Wie der Soldat © Luchterhand

    Wie der Soldat

  • Saša Stanišić © Katja Saemann

    Saša Stanišić

Saša Stanišić

Né de mère bosniaque et de père serbe, Saša Stanišic a quatorze ans quand il doit fuir la ville de Višegrad, alors que la guerre embrase la Yougoslavie. Il se réfugie avec ses parents en Allemagne, où il choisira de rester après leur départ vers les États-Unis, alors qu’il a tout juste dix-sept ans. Après des études à l’Institut allemand de littérature de Leipzig, il s’installe à Hambourg, où il vit encore actuellement. En 2008, son premier roman, Le Soldat et le gramophone, traduit dans 32 langues, est une des révélations de la rentrée littéraire. Son deuxième roman, Avant la fête, a été couronné par le prix de la Foire de Leipzig en 2014. Puis vient son recueil de nouvelles, Pièges et embûches (2018), et enfin le roman qui lui vaut la plus grande consécration littéraire en Allemagne, Herkunft (« Origine »), paru en 2019 et qui paraîtra en France en 2021 chez Stock, son éditeur de toujours. Tous ses livres sont traduits par Françoise Toraille.

 
Herkunft

Saša Stanišić, Luchterhand, mars 2019

Un roman autobiographique sous forme de fragments et d’arabesques sur l’origine, sur le fait de trouver une nouvelle langue, et sur le devenir d’un écrivain. Sur des chemins sinueux, Herkunft nous emmène à Višegrad, en Bosnie, dans le village des grands-parents, et à Heidelberg, où atterrit l’adolescent lorsqu’il fuit la guerre. Malicieux et plein d’humour, le narrateur parvient à rendre légers les sujets les plus graves : ici la littérature panse les plaies.

La justification du jury :

"Saša Stanišić est un conteur hors pair qui se méfie du récit lui-même. Derrière chaque phrase de ce roman se cache l'indisponible origine, qui est le moteur du récit. Elle n'est disponible que sous forme de fragment, de fiction, de jeux avec les possibilités de l'histoire. L'auteur fait honneur à ses lecteurs avec son imagination débordante et les libère des conventions de la chronologie, du réalisme et de l'évidence formelle. "L'hésitation n'a encore jamais raconté une bonne histoire", fait-il dire à son narrateur. Avec beaucoup d'esprit, il oppose ses propres histoires aux narratifs des faussaires de l'Histoire. Herkunft dépeint le tableau d'un présent qui ne cesse de se renouveler par le récit. Un "autoportrait avec aïeux" qui devient le roman d'une Europe des trajectoires de vie."


Prix du livre allemand
Site Internet Luchterhand
Critiques (Perlentaucher)

Emprunter le livre électronique dans « Onleihe »


 

Nouveautés

Als ich jung war © Hanser

Als ich jung war

Norbert Gstrein, Hanser Verlag, juillet 2019

Au départ, ce n’est qu’un baiser. Franz est photographe, il immortalise les couples au « plus beau jour de leur vie », jusqu’au jour où la mariée meurt pendant la fête. Et meurt à l’endroit précis où Franz avait lui-même embrassé une fille quelques semaines plus tôt. Choqué et perturbé, Franz fuit jusqu’aux États-Unis. Mais là aussi, quelqu’un meurt. Que sait-on des autres ? Et de soi-même ? Animé d’une furieuse envie de vivre et d’une  immense soif de bonheur, Franz prend des chemins sur lesquels aucune certitude ne l’accompagne.

Winterbienen © C. H. Beck

Winterbienen

Norbert Scheuer, C.H. Beck, juillet 2019
 
Eifel, janvier 1944 : Egidius Arimond, professeur de latin et d’histoire mis prématurément à la retraite, est en grand danger, entre ses histoires de femmes, son épilepsie et, surtout, ses tentatives téméraires de faire passer des Juifs en Belgique occupée en les cachant dans des ruches. Lorsqu’il arrive à court de médicaments, qu’il entame une liaison avec la femme du Kreisleiter et est finalement dénoncé par la Gestapo, sa situation semble désespérée.

Das flüssige Land © Klett-Cotta

Das flüssige Land

Raphaela Edelbauer, Klett-Cotta, août 2019

Après la mort de ses parents dans un accident, Ruth, physicienne, part pour Groß-Einland, lieu mystérieux situé sur une sorte d’immense cavité. Le gouffre semble influencer la vie des habitants d’une étrange manière, mais personne ne veut en parler. Pas même lorsqu’il devient évident que l’équilibre même de la localité est menacé. Un premier roman plein de suspense, aussi impressionnant que fantastique, au sens propre du terme.

Kintsugi © S. Fischer

Kintsugi

Miku Sophie Kühmel, S.Fischer, août 2019

Dans une maison au bord d’un lac, à la fin de l’hiver, la lumière est crue, l’air glacial. Reik et Max viennent d’arriver. Ils célèbrent leur amour, qui vient d’avoir vingt ans. Ils ont seulement invité Tonio, leur plus vieil ami, et Pega, la fille de celui-ci, vingt ans elle aussi. Ils ont prévu un week-end calme, mais seul le lac le restera. Quatre voix s’entremêlent, créant un roman choral, dans un véritable huis clos psychologique. Premier roman.

Brüder © Hanser

Brüder

Jackie Thomae, Hanser Berlin, août 2019

Ils ont le même père, inconnu, et qui ne leur a donné que leur peau mate, ce qui, grandissant en RDA, les distingue de tous les autres. Mick vit une vie sans attaches. Le monde change, mais il ne le voit que distraitement. Gabriel est architecte à Londres, père de famille, il a du succès. Mais voilà que dans une situation banale, il perd son sang-froid et se retrouve dans le rôle de l’agresseur. Les questions que se posent les deux hommes sont les mêmes. Leurs vies ne pourraient pas être plus différentes.

Nicht wie ihr © Kremayr & Scheriau

Nicht wie ihr

Tonio Schachinger, Kremayr & Scheriau, août 2019

Ivo a toujours su qu’il était particulier. Il est l’un des footballeurs les mieux payés au monde. Il roule en Bugatti, il a une femme sublime et deux enfants qu’il aime plus que tout. Mais lorsque son amour de jeunesse réapparaît dans sa vie, le solide édifice se met à trembler. Plus qu’un roman sur le monde du sport de haut niveau, ce livre traite avec un grand naturel de thèmes tels que l’appartenance, l’immigration, la peur constante de la relégation, les idéaux de virilité et l’amour.

Miroloi © Hanser

Miroloi

Karen Köhler, Carl Hanser, août 2019

Un village, une île, un monde entier: le premier roman de Karen Köhler nous propulse dans la tête d’une jeune fille qui, en tant qu’enfant trouvée, grandit dans une communauté isolée. Ici, seuls les hommes ont la parole, la lecture est interdite aux femmes, la tradition et les lois sacrées règnent sur toute la vie. Miroloi est l’histoire d’une jeune fille qui se révolte de tout son être : contre les structures sociales de ce monde et pour la liberté. Un roman brûlant et brillant.

Schutzzone © Suhrkamp

Schutzzone

Nora Bossong, Suhrkamp, septembre 2019

Mira Wendler est diplomate et elle a certaines qualités : elle sait écouter et faire parler les plus taciturnes. Après des séjours à New York et au Burundi, elle a atterri à Genève, au bureau des Nations Unies, où elle compte bien continuer à mener son combat pour la paix dans le monde. Mais lorsque son rôle dans l’élucidation du génocide au Burundi est interrogé et alors qu’elle entame une relation avec un ami d’enfance, toute sa vie bascule.

Traductions

Peter Holtz- autoportrait d’une vie heureuse © Fayard

Peter Holtz- autoportrait d’une vie heureuse

Ingo Schulze, Fayard, août 2019
- trad. Alain Lance et Renate Lance-Otterbein

Titre original : Peter Holtz- Sein glückliches Leben erzählt von ihm selbst

Peter Holtz, orphelin né en RDA, se bat depuis toujours pour un monde meilleur, convaincu qu'il faut abolir l'argent afin de permettre le triomphe d'une démocratie chrétienne-communiste à laquelle il croit fermement. Suite à la chute du Mur, il devient millionnaire en travaillant dans l'immobilier. Il se demande comment il a réussi d'une façon si éclatante et quoi faire de son argent. Avec humour et poésie, l’auteur emblématique Ingo Schulze invente un personnage inédit et truculent !

La défense du paradis © L'Atalante

La défense du paradis

Thomas von Steinaecker, août 2019
- trad. Claire Duval

Titre original: Die Verteidigung des Paradieses

Recueilli à l’âge de quatre ans avec son robot-fennec, Heinz est le plus jeune d’une communauté de six membres, réfugiés dans les hauteurs des Alpes depuis la « Chute ». Celui qui se croit le dernier enfant sur terre entreprend de tenir son journal où il est tour à tour personnage, historien, conteur, philosophe. Dans cette dystopie post-apocalyptique, l’auteur nous livre une œuvre d’une impressionnante virtuosité littéraire qui touche au cœur de l’actualité de ce XXIe siècle et interroge l’avenir de l’humanité.

La fabrique des salauds © Belfond

La fabrique des salauds

Chris Kraus, Belfond, août 2019
Trad. Rose Labourie

Titre original : Das kalte Blut

Deux patients réunis dans la chambre d'un hôpital bavarois. L'un est Konstantin Solm, un vieil homme avec une balle nichée dans la tête. Un soir, il commence à raconter son histoire. L'histoire des Solm est l'histoire d'un ménage à trois électrique, qui nous entraîne dans de terrifiantes zones d'ombres. Des destins où passions, violences et trahisons règnent en maîtres avec, en creux, le portrait d'une Allemagne à l'agonie et la naissance d'une nouvelle ère.

Le journal du pupille Jean Genet © Verdier

Le livret du pupille Jean Genet

Josef Winkler, Verdier, septembre 2019
- trad. Bernard Banoun

Titre original : Das Zöglingsheft des Jean Genet

Ni récit autobiographique, ni essai critique, ce livre est un témoignage de reconnaissance de Josef Winkler à l’égard de Jean Genet pour le rôle fondamental qu’il a joué dans sa création, une percée sensible dans le monde imaginaire qui les rapproche. Au fil des chapitres, il évoque les puissants effets de la lecture et ce qu’il y a trouvé de lui-même. Les phrases entrelacées des deux écrivains composent un récit d’initiation qui donne aux deux œuvres un tranchant que rien ne saurait émousser.

Faserland © Hébus

Faserland

Christian Kracht, Phébus, septembre 2019
- trad. Corinna Gepner

Titre original : Faserland

Traversée de l’Allemagne des années 1990, de fête en gueule de bois et du nord au sud, Faserland est un roman culte. Une jeunesse privilégiée s’y ennuie beaucoup, boit, se drogue et parfois désespère. Un narrateur ironique y conduit sa barque comme il peut – jusqu’au milieu du lac de Zürich. Comparé à Jay McInerney et Bret Easton Ellis, Christian Kracht s’est immédiatement imposé sur la scène littéraire allemande.

Nouvel an © Actes Sud

Nouvel an

Juli Zeh, Actes Sud, septembre 2019
- trad. Rose Labourie

Titre original: Neujahr

Des vacances de Noël en famille sur l’île de Lanzarote. Le premier janvier, Henning, jeune père de famille enfourche un médiocre vélo de location et entreprend, par défi, une ascension harassante jusqu’au village de Femes. C’est un homme épuisé qui arrive au sommet de la montagne. Tel un voile qui se déchire, il lui semble retrouver un lieu maudit de sa petite enfance, une expérience traumatisante dont la romancière ressuscite alors chaque instant enfoui dans sa mémoire.

Le renard et le Dr. Shimamura © Jacqueline Chambon

Le renard et le Dr. Shimamura

Christine Wunnicke, Jacqueline Chambon, septembre 2019
- trad. Stéphanie Lux

Titre original: Der Fuchs und Dr. Shimamura

Éminent professeur de neurologie, le Dr Shimamura revient sur des épisodes de sa vie et en particulier sur son étude des cas singuliers de femmes atteintes d’un mal ancestral au Japon : la possession par le renard. Il part étudier à Paris auprès du célèbre Pr Charcot et tente de connecter sa propre culture à celle de la médecine française. L’auteure nous fait pénétrer dans les arcanes de la culture nippone de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1920 en créant une atmosphère éthérée, comme autant de scènes d’estampes.

Les variations de la citerne © Actes Sud

Les variations de la citerne

Jan Wagner, Actes Sud, octobre 2019
- trad. Julien Lapeyre de Cabane et Alexandre Pateau

Titre original : Die Regentonnenvariationen

Dans ce recueil de poèmes, on trouve la nature dans toutes ses formes les plus variées. Jan Wagner fait écumer l’angélique jusqu’à l’éblouissement, cueille les chatons et dépeint les figuiers-étrangleurs avec lyrisme, zoome et agrandit jusqu’à ce que le regard s’aiguise et qu’on ait le sentiment d’avoir – pour un instant au moins – effleuré au plus près l’essence des choses. En Allemagne, Jan Wagner est unanimement considéré comme le poète le plus doué, le plus inspiré et le plus original de sa génération.