Littérature contemporaine

Scène littéraire contemporaine © Goethe-Institut │Photo : Loredana La Rocca

Quoi de neuf sur la scène littéraire germanophone ? Notre lettre d’information vous présente les grands évènements littéraires, les auteurs à découvrir, les nouvelles parutions et les dernières traductions en français.

Depuis 2005, le Prix de la Foire du Livre de Leipzig récompense les meilleurs ouvrages germanophones dans trois catégories : fiction, non-fiction et traduction. Doté de 60 000 euros, ce prix est soutenu par le Land de Saxe et par la ville de Leipzig. La Foire du Livre de Leipzig, deuxième foire littéraire allemande après celle de Francfort, s’est tenue cette année du 21 au 24 mars.

Cinq auteurs étaient en compétition dans la catégorie fiction : Kenah Cusanit avec son roman Babel, qui se déroule à Bagdad en 1913, Matthias Nawrat et son roman Der traurige Gast, qui questionne le sens de la vie à travers des images puissantes, Wintersbergs letzte Reise, premier roman écrit en allemand du Tchèque Jaroslav Rudiš, avec pour toile de fond l’Europe centrale des deux siècles précédents, le roman d’Anke Stelling Schäfchen im Trockenen, qui fait de la question du logement le thème principal de son livre et un sujet brûlant de société, et enfin Feridun Zaimoglu avec son dernier roman Die Geschichte der Frau, dans lequel dix femmes prennent la parole pour réécrire l’histoire de l’humanité.

C’est le roman d’Anke Stelling qui a remporté l’adhésion du jury : « Schäfchen im Trockenen est un roman rude et mordant, qui veut faire mal et doit faire mal, qui proteste contre la quête incessante du retour au calme, qui ouvre une brèche dans ce que nous croyons être des évidences et nous libère l’esprit pour une pensée - espérons-le - plus claire. »

Cette infolettre vous propose de découvrir la lauréate mais aussi les autres finalistes du Prix, quelques nouveautés et une sélection d’ouvrages traduits récemment en français.

Actualité : Prix de la Foire du Livre de Leipzig - 2019

  • Anke Stelling reçoit le Prix de la Foire du Livre de Leipzig © Leipziger Messe/Stefan Hoyer

    Anke Stelling reçoit le Prix de la Foire du Livre de Leipzig

  • Schäfchen im Trockenen © Verbrecher-Verlag

    Schäfchen im Trockenen

Anke Stelling

Anke Stelling est née à Ulm et a grandi à Stuttgart. Après un passage à Berlin, elle s’installe à Leipzig et entame ses études au Deutsches Literaturinstitut. De retour à Berlin, elle écrit des romans et des scénarios. Son premier roman Bodentiefe Fenster (Verbrecher Verlag) est sélectionné pour le Prix du Livre Allemand et reçoit le Prix Melusine-Huss en 2015.

Bibliographie (sélection) :
Gisela (mit Robby Dannenberg, Ammann, 1999)
Nimm mich mit (mit Robby Dannenberg, S. Fischer, 2002)
Glückliche Fügung (S. Fischer, 2004)
Horchen (S. Fischer, 2010)
Bodentiefe Fenster (Verbrecher Verlag, 2015)
Erna und die drei Wahrheiten (cbt, 2017)
Fürsorge (Verbrecher Verlag, 2017)
Schäfchen im Trockenen (Verbrecher Verlag, 2018)

« Schäfchen im Trockenen »

Verbrecher Verlag, août 2018

Resi aurait dû se douter qu’une sous-location entre amis n’était pas la meilleure solution pour se loger, car c’est bien connu, l’amitié s’arrête quand l’argent entre dans la partie. Dans la vieille clique de Resi, l’amitié s’est fragilisée avec le temps. Elle aurait dû savoir qu’avec la fondation d’une famille, certains membres de cette clique se replieraient sur eux-mêmes et qu’elle devrait faire avec. Dans les années 1980, on croyait encore que tout le monde avait les mêmes chances. Mais voici la narratrice confrontée à la dure et décevante réalité.


Prix de la Foire du Livre de Leipzig
Site Internet
Critiques (Perlentaucher)

Emprunter le livre électronique dans le « Onleihe »


 

Nouveautés

Wo wir zu Hause sind © KiWi

Wo wir zu Hause sind

Maxim Leo, Kiepenheuer & Witsch, février 2019

L’auteur se lance sur les traces des membres de sa famille ayant fui l’Allemagne dans les années 1930, dispersés aujourd’hui dans le monde entier. Il fait la connaissance de certains d’entre eux, tombe sur des lettres, des photos, des journaux intimes et découvre un sentiment d’appartenance au-delà des frontières. Cette quête se prolonge aujourd’hui, quand ses cousins et cousines décident de s’installer dans la ville de leurs ancêtres, Berlin.

Georg © Hanser

Georg

Barbara Honigmann, Hanser, janvier 2019

Le nouveau roman autobiographique de Barbara Honigmann est à la fois une tentative de rapprochement vers son père et une déclaration d’amour posthume à un homme hors-du-commun. L’histoire de la vie de cet homme entraîne le lecteur à travers le monde : Francfort, Paris, Londres, Berlin, le Canada, et, plus tard, la RDA. L’auteure raconte avec humour et tristesse sa famille juive-allemande et communiste, montrant à quel point nos parents déterminent notre vie.

Der Trost runder Dinge © Suhrkamp

Der Trost runder Dinge

Clemens J. Setz, Suhrkamp, février 2019

Pendant la Première guerre mondiale, un soldat alsacien découvre la constellation du « Grand Gaillard », si effrayante qu’il n’en parle à personne. Un jeune homme tombe amoureux d’une fille aveugle, Anja, et constate que les murs de son appartement sont recouverts d’injures. Marcel, seize ans, inscrit sur le mur des toilettes d’un sex-club son numéro de portable et le nom Suzy. Un livre plein de faux-semblants et de trompe-l’œil, une langue radicale et un récit palpitant.

Enteignung © Fischerverlag

Enteignung

Reinhard Kaiser-Mühlecker, S. Fischer, février 2019

Un journaliste retourne sur les lieux de son enfance et écrit pour un journal local moribond. Puis il entame une liaison et est embauché dans la ferme d’un constructeur de pylônes, dont les terres ont été confisquées. Qu’arrive-t-il quand on rencontre des gens qui luttent quotidiennement pour leur existence, leur amour et leur vie ? Un roman bouleversant sur les ruptures sociales et sur une époque d’incertitudes profondes - la nôtre.
 

Babel © Hanserverlag

Babel

Kenah Cusanit, Carl Hanser Verlag, janvier 2019

Ce roman nous renvoie un siècle en arrière : l’Empire Allemand est à la traîne dans la course coloniale et cherche à étendre son influence et gagner des trophées à tout prix. En 1913, dans les environs de Bagdad, un archéologue torturé par une crise d'appendicite, Robert Koldewey, s’emploie à accomplir un devoir biblique : exhumer Babylone. Mais peu avant que la Première Guerre Mondiale n’éclate, le champ de l’archéologie et la politique sont étroitement liés. Babel est à la fois un roman d’aventure et d’histoire.

Der traurige Gast © Rowohl

Der traurige Gast

Matthias Nawrat, Rowohlt Verlag, février 2019

Berlin, l‘hiver de l’attentat du marché de Noël de l’Église du Souvenir. Un homme sans nom pose un regard nouveau sur les personnes de son entourage : Dariusz, le pompiste, qui fut autrefois chirurgien et eut un fils. Eli, le tapageur spécialiste de la survie. Ou encore Dorota, la vieille architecte polonaise dont l’énergie intellectuelle est à la fois troublante et contagieuse. Un livre sur la survie, où la beauté l’emporte sur la peur.


 

Winterbergs letzte Reise © Luchterhand

Winterbergs letzte Reise

Jaroslav Rudiš, Luchterhand Literaturverlag, janvier 2019

Un infirmier en gériatrie alcoolique et un vieil Allemand des Sudètes voyagent en train à travers l’Europe centrale. Jan Kraus accompagne des malades incurables jusqu’à Berlin dans leurs dernières heures. Ses récits éveillent chez son patient Wenzel Winterberg l’envie de se mettre en quête d’un amour perdu. Leur périple révèle chez chacun d’eux des secrets et des traumatismes, étroitement liés à l’histoire de l‘Europe centrale, et qui ne les quitteront plus.

Die Geschichte der Frau © KiWi

Die Geschichte der Frau

Feridun Zaimoglu, Kiepenheuer & Witsch, février 2019

Ce livre donne la parole à dix femmes hors-du-commun, de l’Antiquité à nos jours. Des femmes, dont la vision n’a pas traversé le temps. Parce que les hommes l’ont empêché, ont caché la vérité et fait du mensonge une vérité. Ces femmes qui n’avaient d’autre choix que de se taire et rester invisibles, et avaient tout un mieux un rôle décoratif. Voici qu’elles prennent la parole – haut et fort.

 

Traductions

La capitale © Verdier

La capitale

Robert Menasse, Verdier, janvier 2019
- trad. Olivier Mannoni

Titre original : Die Hauptstadt

Un cochon fou sème la panique dans le centre de Bruxelles. Dans le même quartier, un homme est assassiné d’une balle. Ces péripéties sont le point de départ d’un incroyable manège qui a pour décor l’Union européenne. Couronné par le Prix du Livre allemand 2017, La Capitale est plébiscité par le jury : «  Le livre de Menasse indique clairement que l'économie seule ne nous prépare pas à un avenir pacifique. »
 

Olga © Gallimard

Olga

Bernhard Schlink, Gallimard, janvier 2019
- trad. Bernard Lortholary

Titre original : Olga

Olga vit chez sa grand-mère. Herbert, fils d'un industriel, habite la maison de maître. Leur amour résiste à l'opposition de sa famille et à ses multiples voyages. En mission en Arctique, il ne donne plus signe de vie à Olga, devenue maîtresse d'école. A la fin de sa vie, elle raconte son histoire à un jeune homme qui, bien plus tard, va découvrir la vérité sur cette femme d’apparence si modeste.
 

Hors de soi © Grasset

Hors de soi

Sasha Marianna Salzmann, Grasset, janvier 2019
- trad. Claire de Oliveira

Titre original : Außer sich

Alissa part à la recherche d’Anton, son frère jumeau disparu. Comme seul indice, une carte postale envoyée d’Istanbul. Elle débute son enquête dans la métropole turque, se cherchant elle-même autant que ce frère avec qui elle a grandi à Moscou, juste après la chute du régime soviétique. C’est dans une ville tentaculaire secouée par une violence politique inédite qu’Alissa se plonge dans le passé familial. Chronique familiale autant que roman de formation, finaliste du Prix du livre allemand 2017.

L’ombre d’un père © Métailié

L’ombre d’un père

Christoph Hein, Métailié, janvier 2019
- trad. Nicole Bary

Titre original : Glückskind mit Vater

Konstantin Boggosch n’a jamais connu son père, nazi notoire et criminel de guerre. Toute sa vie, il n’a cessé de fuir ce lourd héritage. Son frère Gunthard, à l’inverse, est fier de son héritage et s’estime trahi par son pays. Malgré leurs efforts, ni l’un ni l’autre ne parviendront à échapper à l’histoire. Dans ce formidable roman d’apprentissage et d’aventure, le grand intellectuel et écrivain Christoph Hein retrace 60 ans d’histoire allemande.


 

Scott est mort © Slatkine & Cie

Scott est mort

Anne von Canal, Slatkine & Co, février 2019
- trad. Isabelle Liber

Titre original : Whiteout

Hanna est glaciologue, en expédition sur la base antarctique d’Amundsen-Scott. L’équipe de chercheurs est tendue, on annonce une tempête, un Whiteout, ce moment redoutable où ciel et sol se confondent dans une unique blancheur. Hanna reçoit alors un mail de son frère, une seule ligne qui lui apprend la mort de sa meilleure amie d’enfance, disparue vingt ans plus tôt sans aucune explication. Un roman poétique sur la perte, la mémoire et la solitude.
 

Terminus Berlin © Le Tripode

Terminus Berlin

Edgar Hilsenrath, Le Tripode, février 2019
- trad. Chantal Philippe

Titre original : Berlin… Endstation

Écrivain de la Shoah et de l’exil, Edgar Hilsenrath livre avec Terminus Berlin son roman le plus poignant (le dernier), celui du retour désenchanté en Allemagne. Son héros, alter ego littéraire de l’auteur, retrouve le pays natal près de trente ans après avoir quitté l’Europe et ses fantômes. Lesche, traumatisé par son expérience du ghetto, peine à trouver sa place dans un Berlin marqué par le consumérisme et la chute du Mur, et encore hanté par les démons du fascisme.

Les îles aux pins © Stock

Les îles aux pins

Marion Poschmann, Stock, mars 2019
- trad. Bernard Lortholary

Titre original : Die Kieferninseln

Gilbert Silvester, chercheur en anthropologie, part sur un coup de tête pour Tokyo. Inspiré par ses lectures, il souhaite aller voir la lune au-dessus des îles aux Pins. Il rencontre Yosa, un étudiant japonais, et cherche à le détourner de son projet de suicide. Les voici qui entament un improbable périple à travers le Japon. Un roman d’une délicatesse magistrale, émouvant et plein d’humour, finaliste du Prix du livre allemand 2017.

 

Retour à Budapest © Quidam éditeur

Retour à Budapest

Gregor Sander, Quidam éditeur, janvier 2019
- trad. Nicole Thiers

Titre original : Was gewesen wäre

Pour ses 44 ans, Paul offre à Astrid un séjour à Budapest. Avec ce voyage, il cherche à en savoir plus sur le passé d’Astrid, mais les réponses à ses questions vont dépasser ses attentes. Car c’est justement là que, vingt-cinq ans plus tôt, Astrid a rencontré son premier amour, Julius. Qu’elle n’a jamais vraiment oublié… Dans un récit fragmenté vertigineux, l’auteur dévoile, entre passé et présent, la continuité enfouie de la vie de ses personnages. Rien ne ressemble à ce que l’on croit.