Littérature contemporaine

Scène littéraire contemporaine © Goethe-Institut │Photo : Loredana La Rocca

Quoi de neuf sur la scène littéraire germanophone ? Notre lettre d’information vous présente les grands évènements littéraires, les auteurs à découvrir, les nouvelles parutions et les dernières traductions en français.

Vous souhaitez être informé.e.s des nouveautés par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter !
S’abonner / se désabonner

À l'heure des annulations en série des grands rassemblements littéraires du printemps et de la mise en sommeil de la vie culturelle en général, il est plus important que jamais de rappeler l'importance des arts et de la littérature. L'évasion, l'ouverture sur le monde, l'espoir qu'ils nous offrent peuvent être un moteur précieux pour surmonter le repli sur soi et l'inquiétude que notre époque troublée nous inflige.

C'est pourquoi nous avons décidé de vous proposer une infolettre dédiée à la poésie. Vivante, hétéroclite, contemplative, engagée, urbaine ou bucolique, la poésie germanophone contemporaine offre une formidable diversité.

Orientons d'abord le projecteur sur le poète Nico Bleutge, dont l'œuvre encore méconnue en France mérite qu'on s'y attarde. Une sélection de nouvelles parutions en Allemagne puis de traductions parues récemment en France vous donneront un panorama de la vie poétique outre-Rhin.

Bonne lecture et à bientôt !

Actualité : Nico Bleutge

Né en 1972 à Munich, Nico Bleutge a étudié la littérature allemande moderne, la rhétorique et la philosophie à Tübingen. Depuis 2001, il travaille comme critique littéraire pour plusieurs quotidiens de langue allemande. Considéré comme l’une des voix les plus importantes et les plus originales de la poésie allemande contemporaine, il a publié depuis 2006 quatre recueils de poèmes et plusieurs essais. Son œuvre allie la puissance verbale et sonore à une description aiguë, complexe et polysémique des réalités d’aujourd’hui. Dans son dernier essai Drei fliegen. Über Gedichte (C.H.Beck 2020), il plonge dans les univers verbaux d'autres poètes et poétesses pour alimenter sa réflexion sur sa propre écriture. Couronné de nombreux prix outre-Rhin, ses livres ne sont pas encore traduits en français.

C.H. Beck
Lyrikline – Nico Bleutge lit (en allemand)
Empruntez « Drei fliegen. Über Gedichte » sur Onleihe
Empruntez « Nachts leuchten die Schiffe » sur Onleihe

Découvrez ses recueils de poèmes en faisant défiler les images

  • Nico Bleutge Photo (détail) : EkkovonSchwichow

    Nico Bleutge

  • klare konturen. gedichte (C.H.Beck, 2006) © C.H.Beck

    klare konturen. gedichte
    (C.H.Beck, 2006)


    Ce qui semble aller de soi, notre perception, est constamment mise à l'épreuve par le quotidien. La poésie ouvre les sens. Dans son premier recueil, le jeune poète explore ces derniers : regarder, entendre, toucher, parler, scruter et rendre aux mots leur corporéité.

  • fallstreifen. gedichte (C.H.Beck, 2008) © C.H.Beck

    fallstreifen. gedichte
    (C.H.Beck, 2008)


    Dans ce deuxième volume, le poète explore le terrain du souvenir – entre sa propre histoire et les paysages. Ses poèmes sont une immersion dans le passé, ils rendent lisibles les strates et les voix historiques, de l'époque baroque jusqu'aux dernières bribes de la Seconde guerre mondiale sur l'île de Sylt.

  • verdecktes gelände. gedichte (C.H.Beck, 2013) © C.H.Beck

    verdecktes gelände. gedichte
    (C.H.Beck, 2013)


    Rêve et sommeil, crépuscule et obscurité – les contours se brouillent, les images se superposent, les lieux et les scènes se transforment. Dans ce troisième recueil, Nico Bleutge explore les transitions entre les états de veille et de rêve. Ces poèmes sont des expéditions palpitantes dans le royaume de la langue et dans les zones de passage entre la conscience et le monde.

  • nachts leuchten die schiffe. gedichte (C.H.Beck, 2017) © C.H.Beck

    nachts leuchten die schiffe. gedichte
    (C.H.Beck, 2017)


    Le cœur de ce volume est un cycle de dix longs poèmes étroitement liés en termes de langage et de motifs. Avec une grande puissance rythmique, Nico Bleutge montre les strates de temps et les polysémies qui se cachent dans la langue - mais aussi les connexions et les similitudes que la poésie peut révéler.

 

Nico Bleuge Photo : © Ekko von Schwichow

Vidéolitté
​Nico Bleutge : Nachts Leuchten die Schiffe

Le poète Nico Bleutge, couronné de nombreux prix, est l’une des voix les plus importantes et les plus originales de la poésie allemande contemporaine. Il s'entretient avec Guillaume Métayer et lit des poèmes issus de son dernier recueil. En coopération avec le Master MEGEN et Sorbonne Université.

Nouveautés

Kreuzzug mit Hund © Suhrkamp

Kreuzzug mit Hund

Nora Bossong, Suhrkamp, 2018

Dans ce recueil, Nora Bossong quitte la province allemande pour traverser la Méditerranée jusqu'en Terre sainte. Avide de découvertes, elle se met en quête des scènes poétiques des siècles passés et du présent. Presque en passant, elle décrit les hommes, les lieux et les traditions avec un humour subtil et une grande finesse, sans jamais les priver de leur mystère.


Mein Europa © Haymon

Mein Europa

Michael Krüger, Haymon Verlag, 2019

Pendant un an et demi, Michael Kruger a écrit des poèmes dans chaque lieu où il voyageait. Ces lieux sont tous à la périphérie, et il y apprend bien davantage sur lui-même et sur la vie que dans le tumulte des grandes villes. Ainsi est né cet atlas de l'Europe très personnel dans lequel le lecteur parcourt le monde, mais aussi son environnement direct, à travers le regard du poète.


Nimbus © Suhrkamp

Nimbus

Marion Poschmann, Suhrkamp, 2020

Avec poigne et subtilité, humour et douceur, Marion Poschmann tente de réconcilier le lointain et l'intime et de transformer les forces démesurées de la présence extérieure en espace d'intériorité. Nimbus est un hymne à la beauté et au sublime, enthousiasmant et unique en son genre, drôle et philosophique à la fois.


Beileibe und Zumute © Jung und Jung

Beileibe und Zumute

Ursula Krechel, Jung und Jung, 2021

Ursula Krechel excelle dans tous les genres. Pour son roman Terminus Allemagne, elle avait reçu le Prix du livre allemand. Mais sa carrière a commencé au théâtre – et depuis des décennies, elle est une voix incontournable de la poésie germanophone. Dans ce nouveau recueil, elle dépeint le présent avec une poésie à la fois délicate et drôle. Elle trouve une langue vive et harmonieuse pour décrire aussi bien le quotidien que les souvenirs personnels ou collectifs.


sommerschaumsernte © Kiepenheuer und Witsch

sommerschaums ernte

Kathrin Schmidt, Kiepenheuer und Witsch, 2020

Les poèmes de Kathrin Schmidt parlent du temps qui passe, du vieillissement, de l'adieu. Cependant ils sont tout sauf immobilité. Tout se meut – poussé par l'amour, la réflexion et l'humour. Elle parle du corps, de l'extinction de la nature autour de soi, de la famille. De tout ce qui reste et des choses qui disparaissent.


Dämonenräumdienst © Suhrkamp

Dämonenräumdienst

Marcel Beyer, Suhrkamp, 2020

Dans chacun de ces longs poèmes de quarante vers exactement, un nouveau personnage s'empare de la liberté que lui laisse la stricte contrainte, raconte des histoires, paraphrase des traductions, fait des associations – en bref : ils en voient de toutes les couleurs, au point qu'à la fin on se dit : C'est sérieux ! Il est grand temps d'appeler le service de déblayage des démons.


Schiefern © Suhrkamp

Schiefern

Esther Kinsky, Suhrkamp, 2020
 
Ce livre est dédié à l'ardoise, cette roche sédimentaire protéiforme et fissile, et aux îles Slate écossaises. Les poèmes du recueil posent la question des origines géologiques et des définitions de cette roche métamorphique, explorent la flore et les oiseaux et survolent l'histoire des hommes impliqués dans le dur labeur d'extraction de l'ardoise.


Im Glasberg © Schöffling & Co.

Im Glasberg

Nadja Küchenmeister, Schöffling & Co, 2020

Nadja Küchenmeister a depuis longtemps trouvé sa place dans la jeune génération de poètes. Avec ce troisième recueil, elle affirme sa voix bien particulière. Ses poèmes sont à la fois doux et sans concession. Nadja Küchenmeister maîtrise l'art de créer des images qui ne nous quittent plus, renouvelant ainsi sans cesse notre regard sur le monde et ouvrant des portes dont on ne soupçonnait même pas l'existence.


Traductions

Les variations de la citerne © Actes Sud

Les variations de la citerne

Jan Wagner, Actes Sud, 2019
Traduction : Julien Lapeyre de Cabanes et Alexandre Pateau
Titre original : Regentonnenvariationen

Dans ce recueil de poèmes, on trouve la nature dans toutes ses formes les plus variées. Jan Wagner fait écumer l’angélique jusqu’à l’éblouissement, cueille les chatons et dépeint les figuiers-étrangleurs avec lyrisme, zoome et agrandit jusqu’à ce que le regard s’aiguise et qu’on ait le sentiment d’avoir – pour un instant au moins – effleuré au plus près l’essence des choses. En Allemagne, Jan Wagner est unanimement considéré comme le poète le plus doué, le plus inspiré et le plus original de sa génération.


Presque un chant © Gallimard

Presque un chant

Durs Grünbein, Gallimard, 2019
Traduction : Jean-Yves Masson et Fedora Wesseler
Titre original : Gedichte

L'œuvre du poète, riche d’une interrogation sur la manière dont la science et la technique affectent notre perception du monde et de l’homme, opère une révision de tout l’héritage de la poésie occidentale avec une distance érudite qui n’appartient qu’à lui. Mais le sens du merveilleux et une profonde fidélité aux impressions venues de l’enfance affleurent également dans la centaine de poèmes de ce recueil.


Khlebnikov pleure © Editions Unes

Khlebnikov pleure

Anne Seidel, Unes, 2020
Traduction : Laurent Cassagnau
Titre original : Chlebnikov weint
 
Ce premier livre d’Anne Seidel se déploie comme un regard à la fois scintillant et rétrospectif, fait de très lents déplacements qui soulèvent délicatement paysages, histoire obscurcie et souvenirs. Regard transsibérien, glissement en errance à travers la nuit, à la fragile vibration d’une bougie, mais « regard qui ne sait rien de lui-même ». Poésie d’éclats, de reflets électriques sur la neige, livre miroir où figures du passé et du présent se superposent à travers la brume.


Crayons combustibles © Éditions Unes

Crayons combustibles

Thomas Kling, Unes, 2020
Traduction : Aurélien Galateau
Titre original : brennstabm

« D’où viens-tu ? » est la question du poète en ouverture de ce livre. Dans un vrombissement de guêpes, crayons combustibles assure une continuité entre les langues, le temps et les hommes. « Quand la liaison s’interrompt », Kling active les « protocoles mémoriels », perturbe le langage, ravive l’oralité du poème et bouscule la rigidité alphabétique, pour nous accompagner jusqu’au lever du jour, vers la lumière.


Attraction terrestre © La Dogana

Attraction terrestre

Wulf Kirsten, Dogana, 2020
Traduction : Stéphane Michaud
Titre original : Erdanziehung

Critique du régime de la République démocratique allemande, le poète cible avec humour le système sous lequel il a vécu et qui s’est effondré en 1989. Il retrouve également dans ce recueil la veine paysagiste et écologique qui est au cœur de son œuvre. Né en 1924 dans les environs de Dresde, il est lauréat de nombreux prix littéraires en Allemagne et membre de l’Académie des Beaux-Arts de Berlin.


Poèmes © Vagabonde

Poèmes

Hans-Magnus Enzensberger, Vagabonde, 2021
Traduction : Patrick Charbonneau
Titre original : Gedichte

Surtout connu en France pour ses romans et ses essais politiques et sociologiques, Hans Magnus Enzensberger n'en est pas moins un immense poète, reconnu comme tel outre-Rhin depuis toujours ; Cette anthologie rassemble 78 poèmes issus de plusieurs recueils depuis les années 1980, offrant ainsi une superbe sélection de son œuvre poétique.


Foliesophie © érès

Foliesophie

Urs Jaeggi, Erès, 2019
Traduction : Alain Jadot
Titre original : Folliesophie

Ce volume présente l'intégralité de l'œuvre poétique d’Urs Jaeggi, écrivain, plasticien et poète d'origine suisse allemande. L'auteur, par ailleurs essayiste spécialisé en sociologie et philosophie sociale, y exprime son souci de l'état du monde. Convaincu que la critique sociale ne peut se manifester qu'à travers un travail sur la langue, il s'emploie à jouer de toutes les possibilités de celle-ci.


Plier une hirondelle © Les inaperçus

Plier une hirondelle

Margret Kreidl, Les inaperçus, 2020
Traduction : François Mathieu
Titre original : Eine Schwalbe falten

Plier une hirondelle est le monologue d’une femme. C’est une boucle. Une femme raconte une histoire. C’est l’histoire d’un oiseau, dit-elle et commence à gazouiller. C’est l’histoire d’une femme, dit-elle et commence à faire des rimes. C’est l’histoire de deux sœurs – composée sous forme de fragments. Fragments assemblés non sans ruptures. À l’image du souvenir qui demande une composition sans cesse renouvelée.


Pour aller plus loin

Traductions littérature

Vous trouvez ici une liste des traductions de l'allemand parues récemment sur le
marché français ainsi que des traductions à paraître dans les mois à venir.





Contact

Vous avez des questions ou des suggestions concernant cette offre ? N'hésitez pas à nous contacter ! Aurelie.Marquer@goethe.de