Silke Lambeck, illustrations de Barbara Jung
Mein Freund Otto, das wilde Leben und ich

Silke Lambeck, Mein Freund Otto, das wilde Leben und ich, Gerstenberg 2018
© Gerstenberg
Matti et Otto vivent à Berlin-Mitte et sont amis depuis que leurs mères ont fait ensemble de la gymnastique postnatale. Sur cette base solide, les deux enfants ont grandi et sont devenus des élèves de fin d’école primaire tout à fait adorables. Tous deux ont appris à se débrouiller dans la vie et à affronter les défis, toujours avec la certitude d’avoir un véritable ami à leurs côtés.
Un jour, la professeure de musique a l’idée de faire faire du rap à ses élèves et, via Youtube, elle invite à son cours un jeune rappeur qui vient de Neukölln, un autre arrondissement berlinois. L’idée fonctionne ; en tout cas, tous les élèves sont intéressés. Sauf Otto qui ne sait pas chanter, mais heureusement, Matti n’est pas loin. Les deux amis réfléchissent alors à ce qui fait un bon rap. Être un peu moins sage semble être une des conditions sine qua non. C’est ici que commence cette histoire maline et vraiment amusante. Otto et Matti s’essaient à une vie plus dévergondée et apprennent ainsi à surmonter le préjugé qu'une vie agitée peut être éprouvante, mais ils apprennent aussi que la persévérance et l’engagement sont récompensés.
Les illustrations de Barbara Jung mettent en valeur le style narratif humoristique de Matti, le narrateur à la première personne. Avec ce roman policier urbain et moderne (Emil et les détectives ne sont pas bien loin), Silke Lambeck écrit avec succès un récit d’aventures et une histoire d’amitié actuels qui devraient plaire autant aux adultes qui la liront peut-être à des enfants, qu’aux enfants qui sont en âge de lire eux-mêmes. Des personnes que l'on dit bien placées nous ont parlé d’une suite, et l’on s'en réjouit d'avance ! 

Jule Pfeiffer-Spiekermann, Pinselfisch