Le revenu de base sans condition
« Il nous rend plus libres dans notre façon de penser et d’agir »

Henrik Maaß et deux gagnantes du revenu de base en Allemagne
Henrik Maaß et deux gagnantes du revenu de base en Allemagne | Photo (détail) : © Christian Stollwerk

En Allemagne, Henrik Maaß a bénéficié d’un revenu de base sans condition, recevant ainsi 1 000 euros par mois pendant un an. Sa conclusion : cela pourrait être l’État-providence de demain.
 

De Ula Brunner

Monsieur Maaß, vous avez été le gagnant d’un revenu de base sans condition. Pendant une année entière, chaque mois et jusqu’en juin 2018, vous avez reçu 1 000 euros sur votre compte, comme par magie. Vous vous souvenez du moment où vous avez appris la nouvelle ?

Ma copine Rebecca et moi avons heureusement regardé à deux fois ce mail qui annonçait « Vous avez gagné » et ressemblait vraiment à un spam. On a sauté de joie dans notre appartement, on n’arrivait pas à réaliser. C’est devenu concret seulement lorsque les premiers 1 000 euros sont arrivés sur le compte, juste comme ça. Nous étions soulagés et reconnaissants.

Mein Grundeinkommen (« Mon revenu de base »)

Depuis 2015, le projet allemand Mein Grundeinkommen rassemble de l’argent par crowdfunding pour constituer des revenus de base. Dès que la somme atteint 12 000 euros, elle est offerte à une personne tirée au sort. L’heureux élu reçoit 1 000 euros par mois pendant un an, et la somme n’est soumise à aucune déduction ni condition pour l’usage qui en est fait. Le montant se situe au-dessus du revenu vital minimum fixé actuellement à 735 euros par mois.

Qu’avez-vous fait de cet argent ?

Autre chose que ce qui était prévu au départ. Ma copine et moi sommes agriculteurs. Nous faisions des projets pour construire notre propre ferme. Un an de revenu de base aurait naturellement été le bienvenu pour augmenter notre apport personnel. Mais ma copine tombait régulièrement malade et ne pouvait plus travailler. L’argent a alors servi à payer le diagnostic et les médicaments coûteux, ainsi que nos besoins quotidiens. Nous avons toujours privilégié une alimentation et des vêtements issus du commerce équitable et visons une faible empreinte écologique. Cela coûte plus cher, et grâce au revenu de base nous avons pu conserver notre mode de vie durable. On s’est seulement offert un piano d’occasion. Dans l’ensemble, notre vie n’a pas vraiment changé. Mais pour moi le revenu de base est un grand enrichissement, pas simplement au niveau financier.

C’est-à-dire ?

Il nous rend plus libres dans notre façon de penser et d’agir, même si ce n’est évidemment pas un remède miracle pour sauver le monde. Il nous libère de peurs existentielles, et c’est une condition importante pour voir plus loin que le bout de son nez. Je me suis par exemple impliqué davantage en matière de politique agricole et j’agis en faveur de la souveraineté alimentaire.

S’engager en matière de politique agricole : Henrik Maaß lors d’une manifestation en 2017
S’engager en matière de politique agricole : Henrik Maaß lors d’une manifestation en 2017 | Photo (détail) : © Henrik Maaß

L’idée d’un revenu de base sans condition est très controversée. Ses partisans espèrent un État social plus simple et plus efficace qui préserve la dignité de l’individu et permet une participation égale à la société. Ses opposants craignent surtout que l’on se repose sur ce matelas social. Pouvez-vous nous parler de vos expériences ?

Parmi tous les gagnants du revenu de base que j’ai rencontrés, personne n’a quitté son travail (rires). Certains ont utilisé l’argent pour une formation continue, pour d’autres il a servi de base pour commencer une nouvelle vie. Tout le monde souhaite apporter sa contribution à la société, peu importe comment. Cela ne se mesure pas forcément à travers la croissance économique, il y a aussi les soins aux personnes âgées ou malades, l’engagement dans une communauté locale ou en politique. Il ne s’agit pas seulement de gagner de l’argent pour pouvoir se nourrir soi ou sa famille. Cette année de revenu de base nous a prouvé à ma copine et à moi qu’un support financier aide énormément en cas de situations difficiles.

Il existe désormais des modèles de revenus de base très différents les uns des autres. Certains sont donnés en contrepartie d’un travail social. Qu’en pensez-vous ?

Un revenu de base soumis à des conditions perd son avantage même. Mais s’il est vraiment sans condition, c’est-à-dire un revenu à la portée de chacun, on peut alors démonter le système administratif coûteux des prestations sociales. Les contrôles des ressources, les assurances retraite ou chômage deviennent alors inutiles. Bien sûr, il faudrait réfléchir à la forme concrète que cela prendrait, je ne suis pas expert en la matière. Mais l’absence de conditions apporte une certaine légèreté : elle libère des capacités toutes autres.

Une somme égale pour chaque citoyen tous les mois, la fin des allers-retours humiliant aux services d’aide sociale... En quoi un tel concept de système social changerait notre vivre ensemble ?

Disposer fondamentalement de moyens de subsistance apporterait une sérénité ou un calme autre à notre société. De nombreuses agressions dues à la pression constante de subsister disparaîtraient. Je crois que la vie en communauté serait plus agréable et plus créative. Chacun chercherait davantage un travail qui ferait sens à ses yeux. Ça m’énerve que la politique ne prenne pas ce sujet au sérieux et se limite au contraire au minimum vital. Nous devrions mener un débat public plus fort sur le revenu de base sans condition. Si nous nous engageons tous en ce sens, la politique doit aussi réagir. Je suis confiant dans le fait qu’il sera mis en place à moyen terme, améliorant ainsi l’avenir de tous.

 

Henrik Maaß, né en 1985, est un agriculteur diplômé et qualifié. De juillet 2017 à juin 2018, il a reçu par l’intermédiaire de l’association Mein Grundeinkommen un revenu de base sans condition s’élevant à 1 000 euros par mois. Henrik travaille comme chargé de recherche à l’Université de Hohenheim, en Allemagne.

Qu’est-ce que le revenu de base sans condition ?

Le revenu de base sans condition (en allemand : Bedingungsloses Grundeinkommen / BGE) est un concept socio-politique selon lequel tous les citoyens et citoyennes reçoivent mensuellement une aide de l’État, sans devoir fournir de contrepartie. Le revenu de base fait profiter tous les individus des ressources de la société, qu’ils soient dans le besoin ou non. Le principe est discuté dans le monde entier et testé ici et là au sein de projets pilotes. En Allemagne, il n’existe pas de droit légal au revenu de base.