Les Recommandations de Nuremberg
Des contenus appropriés à une offre précoce de langue étrangère

Le choix des contenus d’apprentissage thématiques et linguistiques se conforme aux intérêts de l’enfant et au développement de sa psychologie d’apprentissage. Les contenus devraient correspondre aux intérêts de l’enfant et élargir ceux-ci, s’adresser à ses sentiments, encourager son engagement, son imagination et sa créativité et lui procurer du plaisir.

Les contenus de l’apprentissage précoce des langues étrangères complètent et différencient la vision du monde que l’enfant construit dans sa langue maternelle ou qu’il a déjà construite. Ils suivent une progression sémantique et pragmatique et renoncent largement à une progression grammaticale. Autant que possible, les contenus devraient être transmis via des matériaux d’apprentissage authentiques. On recommande des textes simples comme des rimes, des chansons, des proverbes, des contes, des histoires. Les textes non authentiques rédigés pour des objectifs scolaires devraient se conformer à la langue authentique et à des types de textes authentiques, et tenir compte des formes dialogiques et narratives.

Pour pouvoir développer les compétences linguistiques dans les domaines « Ecouter », « parler », « Lire » et «Ecrire », et la capacité communicative d’agir dans l’environnement de l’enfant, les apprenants ont besoin de vocabulaire et de structures langagières adaptées à l’environnement de vie de l’enfant. Les programmes scolaires devraient prescrire non seulement le choix des thèmes mais aussi les structures à acquérir dans le contexte thématique, structures qui devraient être intégrées dans les albums et les manuels.

Une formation à la prononciation devrait faire partie intégrante de l’offre pédagogique. Les médias audiovisuels, avec des enregistrements de native speakers, sont à privilégier. Les moyens paralinguistiques comme les gestes et la mimique ainsi que les autres moyens linguistiques liés étroitement à la dimension sociale et culturelle des usages dans la langue-cible (formules de salutation, apostrophes, formes de politesse entre autres), sont aussi un élément capital dans les contenus de la transmission précoce.            
 

Recommandations :

Les contenus fondamentaux de l’offre linguistique précoce devraient par exemple aborder les thèmes généraux ci-dessous et initier au vocabulaire adéquat. Les contenus en question devraient être insérés dans des contextes communicatifs.

Thèmes et situations

  • Culture quotidienne et enfantine :
    L’enfant dans différents contextes, par exemple moi et ma famille/mes amis, le jardin d’enfants/l’école, les jeux, les loisirs, le sport, les animaux, les voyages, les saisons/le temps, la nourriture, le corps /la santé, les vêtements, les fêtes et les coutumes, la protection de l’environnement /la relation durable à l’environnement etc. 
  • Découvrir le monde : 
    Dans le cadre des thèmes ci-dessus, sont transmises de nouvelles expériences et connaissances sur soi-même et son entourage. 
  • Aspects civilisationnels vus sous un angle interculturel:
    Grâce à des exemples, découvrir le quotidien/les mœurs et coutumes du pays de la langue-cible et les mettre en rapport avec son propre environnement. 
Vocabulaire
  • Dans le cadre des thèmes et des situations ci-dessus, un vocabulaire adapté à l’enfant devrait être acquis, si possible à partir de toutes les catégories de mots.
Dans le choix des contenus pertinents pour la prononciation et les structures linguistiques, les aspects suivants devraient être pris en compte :

Prononciation
  • Il convient de veiller précocement à une prononciation et à une intonation correctes.
  • Il faudrait que l’enfant en apprentissage prenne conscience des différences entre la langue maternelle et la langue étrangère.
  • Pour la formation à la prononciation, des exercices d’écoute et de parole devraient être proposés :
Structures linguistiques et usage : 
  • Les intentions communicatives devraient être insérées dans des structures syntaxiques simples (essentiellement des propositions indépendantes), surtout quand il s’agit de prestations productives dans la communication orale directe. Pour les textes de compréhension (textes audio et textes de lecture), des structures plus complexes peuvent être aussi progressivement introduites en vue d’un enrichissement du langage réceptif. 
  • Dans l’enseignement précoce, introduire une certaine proportion de règles linguistiques et un aperçu des normes peut contribuer à une plus grande transparence et poser le fondement de réflexions linguistiques ultérieures. Pour autant, il ne s’agit pas de faire un cours de grammaire et ces principes devraient être tirés des contenus ou des aspects communicatifs. Les exercices schématiques, l’introduction déductive des règles de grammaire et l’utilisation de concepts métalinguistiques ne correspondent pas du tout à l’état de développement cognitif des enfants âgés de quatre à dix ans et ne servent pas l’objectif visé, à savoir un usage communicatif de la langue. 
Parmi les contenus pertinents de la transmission précoce de la langue étrangère, il faut aussi compter les moyens extra- et paralinguistiques qui font partie intégrante de la communication directe :

Moyens de communication non-verbaux
  • Les situations de communication devraient être accompagnées aussi bien par des actions pratiques de soutien (par exemple en montrant quelque chose, en imitant une action etc.) que par les moyens paralinguistiques du langage corporel (la gestuelle, les mimiques, l’attitude corporelle, le contact corporel et visuel etc.). Grâce à leur enracinement culturel, les moyens paralinguistiques peuvent contribuer de manière décisive à la réussite ou à l’échec de la communication. 

Informations complémentaires