Dorothea Rentz

Soixante-treize / deux-mille-seize

Dorothea Rentz et Martial Manesse © Goethe-Institut Lyon
Dorothea Rentz et Martial Manesse
Chanson « Soixante-treize / deux-mille-seize »

D’après Charles Trenet : « Douce France »

Au piano : Martial Manesse
 

Audio wird geladen
1er couplet :
Il revient à ma mémoire la rentrée de soixante-treize,
Je débarquai d’Allemagne, j’étais drôlement à l’aise,
Avec mes diplômes en poche j’entrai rue Emile Zola :
Petit Institut pas moche, l’équipe me prit dans ses bras.
 
1er refrain :
*Chers collègues : Kathrin, Christel, Margrit, Ute,
Teschemacher, Ingrid Neumann, Herr Stachura, Vianneyte !
*Die Entsandten : Treviranus und Enzweiler,
La grande dame avec l’artiste, ont partagé mon bonheur.
*Je vous aime, et vous donne ce poème,
Je vous aime, dans la joie et la douleur.
*Cette équipe du début de ma carrière, difficile de m’en défaire,
Je l’ai gardée dans mon cœur.
 
2e couplet :
J’ai couru de classe en classe, à Bellecour, François Dauphin,
Quelques mois dans la Fac Catho, leurs locaux étaient moins bien
Nos élèves nous appréciaient, peu importaient les locaux,
Poursuivant l’apprentissage, l’entente franco-germano
 
2e refrain :
*Soixante-treize était une année balaise,
(Mais) deux-mille-six un grand malaise : à nous renverser le cœur !
*deux-mille-seize, Goethe de nouveau à l’aise,
Kostenrechnung sans malaise, une équipe renouvelée !
*Je vous aime et vous donne ce poème
Je vous aime, dans la joie et la douceur.
*Altes Goethe, bleib gesund und ohne Nöte,
Alles Gute, junges Goethe
Je te gard’rai dans mon Cœur,
Je te gard’rai dans mon cœur, mon cœur.


Dorothea Rentz (Dolli)