Débat Männerphantasien / Fantasmâlgories

Klaus Theweleit (Extrait) © Max Theweleit

Lu, 11.01.2016

Goethe-Institut Paris

17 avenue d'Iéna
75116 Paris

Klaus Theweleit

En coopération avec l’Arche Éditeur
À l’occasion de la parution en janvier 2016 de la traduction française de l’ouvrage de Klaus Theweleit sous le titre Fantasmâlgories chez L’Arche Éditeur

En présence de l’auteur et de son traducteur Christophe Lucchese.
Modération : Jonathan Littell

Männerphantasien de Klaus Theweleit paru en 1977 chez Verlag Roter Stern, fait figure de référence dans la recherche sur le lien entre le fascisme et le genre.
À l’aide de la psychanalyse, l’auteur a tenté d’analyser la structure mentale de la personnalité fasciste.
Dans cette œuvre colossale, quelque six cents pages et plus de cent illustrations, il cherche à cerner les fantasmes d’une masculinité encline au fascisme et à la violence à partir de la littérature des Corps Francs allemands de l’entre-deux-guerres.
Son ouvrage, qui reste encore à découvrir en France, consacrée à la question du rapport entre pouvoir et genre, transgresse allègrement les limites des disciplines académiques. L’édition française a été raccourcie et sort en un seul volume.

L’entretien sera mené par Jonathan Littell, dont le roman à succès Les Bienveillantes, récompensé par le Prix Goncourt 2006, a été influencé par l’ouvrage Männerphantasien de Klaus Theweleit.

 

Retour