Table ronde en ligne Benédicte Savoy

Portrait de Bénédicte Savoy avec des statues africaines en arrière-plan © David Ausserhofer

Ma, 18.05.2021

En ligne

Le combat africain pour son art

Il y a cinquante ans, l'Afrique se battait déjà pour ses œuvres d’art, qui, pendant l’ère coloniale, étaient transportées par milliers dans les musées européens. Même si l’Occident était d’un certain soutien à l’Afrique, le combat n'a pas seulement été vain, il est tout simplement tombé aux oubliettes. Les arguments des Occidentaux pour invalider les demandes de l’Afrique et empêcher de trouver des solutions sont étonnamment similaires à ceux que l’on peut retrouver dans les discours d’aujourd’hui. Bénédicte Savoy (Technische Universität Berlin) s’entretiendra avec l’auteur Arno Bertina. La rencontre aura lieu via la plateforme Zoom et sera modérée par Michaela Wiegel (Frankfurter Allgemeine Zeitung).
 
Bénédicte Savoy est professeur d'histoire de l'art à l’université technique de Berlin et au Collège de France à Paris. En 2016, elle a été récompensée du prix Leibniz de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (Fondation allemande pour la recherche). Elle a mené un travail de recherche conséquent portant sur le vol d’œuvres d'art et l'art spolié et est l'une des voix les plus éminentes dans le débat sur la restitution des objets culturels spoliés dans les collections occidentales. Elle a co-rédigé avec Felwine Sarr le rapport largement acclamé pour Emmanuel Macron portant sur la restitution des biens culturels africains aux pays d'origine. En 2021 paraît son nouveau livre Afrikas Kampf um seine Kunst: Geschichte einer postkolonialen Niederlage (éd. C.H. Beck).
 
Né en 1975, Arno Bertina est romancier. Également collaborateur de revues telles que La NRF, Esprit, Prétexte et Critique, il co-anime Inculte, une publication bimestrielle littéraire et philosophique. Il est aussi l'auteur de fictions et d'adaptations pour Radio France.
 
Michaela Wiegel est correspondante politique du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung à Paris depuis février 1998. Michaela Wiegel a fait une partie de ses études en sciences politiques, histoire et philosophie dans la capitale française. Diplômée de l'Institut d'Études Politiques de Paris en 1993, elle s'installe en Amérique, à l'Université de Harvard.
 
Dans le cadre du projet « Le livre politique » avec la Heinrich-Böll-Stiftung France et la VHS Erding
 

Retour