Conférence Georg Baselitz et la tradition du laid

Dr. Cathrin Klingsöhr-Leroy; Ach rosa, ach rosa, Georg Baselitz A gauche : © Florian Holzherr, à droite : © Georg Baselitz 2018 / Jochen Littkemann, Berlin

Ma, 25.09.2018

Musée Unterlinden

1, rue d'Unterlinden
68000 Colmar

Par Dr. Cathrin Klingsöhr-Leroy

Un cycle de conférences organisé par le Musée Unterlinden et le Goethe-Institut dans le cadre de l'exposition Corpus Baselitz permet, grâce à l’intervention de spécialistes de la question du corps dans l’art et/ou de l’œuvre de Baselitz, d’ouvrir de nouvelles perspectives de réflexions sur le travail de l’un des plus grands artistes contemporains allemands.

« Georg Baselitz et la tradition du laid »
C’est avec ces mots que Georg Baselitz évoque son ancrage dans la tradition picturale allemande romantique : « Mon pays est l’Allemagne. Mon origine est l’Allemagne et en tant que peintre, je suis pour ainsi dire deux Allemands. La tradition des peintres allemands est une tradition du ‘laid’. De Dürer à Nolde en passant par Caspar David. » Ainsi, Baselitz reliait-il sa peinture à une esthétique du laid et les émotions profondes provoquées par son art au style pictural expressif qui marque, aujourd’hui encore, ses œuvres.

Dr. Cathrin Klingsöhr-Leroy
Directrice du Musée Franz Marc à Kochel am See. Après ses études en histoire des arts, archéologie et littérature allemande à Ratisbonne, Bonn et Paris et une bourse postdoctorale de la Fondation allemande pour la recherche (DFG), Cathrin Klingsöhr-Leroy effectue un volontariat aux Bayerische Staatliche Museen. Elle est ensuite commissaire de la Fondation Fritz Winter auprès des Bayerische Staatsgemäldesammlungen. Ses expositions et publications tournent principalement autour de l’art du XXIe siècle. Par ailleurs elle est coauteure de Georg Baselitz. Tierstücke: Nicht von dieser Welt (2014).


En partenariat avec le Musée Unterlinden

Retour