Rencontre littéraire Katja Lange-Müller

Portrait de Katja Lange-Müller Photo (détail) : © Heike Steinweg

Jeu, 06.02.2020

Goethe-Institut Paris

17 avenue d'Iéna
75116 Paris

Bas de casse

Dialogue entre l’auteure et sa traductrice Barbara Fontaine
 
Bas de casse conte la fin d’une petite imprimerie privée dans les années 1970 en RDA, à travers le portrait de ses employés : Manfred, l’imprimeur qui parle aux machines ; Fritz, le roi de la linotype ; Willi, le vieux taciturne ; et la narratrice, pas douée pour le métier, que Fritz surnomme « Puppi, l’éléphante pompette et manchote ». Les destins de ces quatre personnages se croisent dans ce lieu de travail qui n’a rien d’anodin. C’est un monde qui s’achève, celui de l’imprimerie à l’ancienne, dans un pays qui voit tout ce qui a trait à la chose imprimée d’un œil méfiant.

Savant mélange d’humour, de tendresse et de mélancolie, ce roman sert magistralement la description d’un métier et d’un milieu disparus. Bas de casse s’attache à des êtres désaxés, laissés-pour-compte, brisés, des marginaux qui ne trouvent pas leur place dans une société grise, morne et sans espoir, celle de l’Allemagne du Mur. Des égarés qui se révoltent discrètement, sourdement, contre leur quotidien. Une révolte bien souvent aussi invisible qu’inutile.
 
Née en 1951 à Berlin-Est (RDA), Katja Lange-Müller est une écrivaine allemande, membre de l’Académie des arts de Berlin. Auteure de nombreux romans, elle a été récompensée par les prix littéraires les plus prestigieux outre-Rhin. Après Vilains moutons (2007), Bas de casse est son deuxième roman traduit en français.
 
Traductrice de l'allemand vers le français, Barbara Fontaine a entre autres traduit Robert Menasse et Hans-Ulrich Treichel. Elle a obtenu le prix André Gide pour sa traduction d'Un pays invisible de Stefan Wackwitz et dirigé l'atelier de traduction du Programme Goldschmidt de 2010 à 2012.
 
En coopération avec les éditions inculte-Dernière Marge
 

Retour