Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)
Rachel Leah Jones Rachel Leah Jones | © Philippe Bellaiche

Cut it out – Filmer contre la censure

Des réalisateurs de 20 pays filment contre la censure. Chaque film, de 45 secondes maximum, envoie un signe de solidarité aux personnes de tous les pays qui souffrent des restrictions de la liberté d’expression et souligne les dangers de la censure qui menacent également les sociétés libérales.

Cut it out – Filmer contre la censure 


À l’initiative du Goethe-Institut, des réalisateurs renommés de 20 pays réalisent des courts-métrages contre la censure de 45 secondes chacun. Les films envoient un signe de solidarité aux personnes de tous les pays dans lesquels la liberté d’expression est restreinte. Ils souhaitent sensibiliser au danger de la censure qui menace également des sociétés soi-disant libérales.

Les 14 premiers films seront montrés à l’occasion du lancement international du projet et distribués sur les réseaux sociaux. D’autres suivront au cours des semaines suivantes. La chaîne culturelle franco-allemande ARTE s’est jointe au projet en tant que partenaire média.

Les réalisateurs du projet sont originaires des pays suivants : Angola, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Chine, Allemagne, Géorgie, Grande-Bretagne, Indonésie, Israël, Autriche, Philippines, Pologne, Roumanie, Russie, Thaïlande, République tchèque, Turquie, Hongrie, États-Unis et Vietnam.

Cut it out - Filmer contre la censure


Un directeur de musée est licencié car son approche ne correspond pas à l’historiographie nationale. Une université libérale perd sa licence sans indication de motifs. Le ministère de la Culture contraint un organisme de soutien au cinéma à citer nommément les relecteurs qui approuvent le soutien de films mal vus politiquement. Un journaliste enquête sur des soupçons de corruption au niveau de l’État et se voit menacer d’un procès.

Nous sommes les suivants


Dans les autocraties classiques, on connaît ça depuis longtemps : répression de la contestation politique, des opinions divergentes, des oppositions. La censure est cependant de plus en plus utilisée comme instrument politique (et culturel) même dans des États qui se définissent comme démocratiques. Même si ces États invoquent des exigences supérieures pour se justifier, cela masque souvent d’autres intentions. David Kaye, rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté d’expression, a fait le constat suivant fin 2016 : « Ce qui me préoccupe particulièrement, c’est le fait que beaucoup de gouvernements se servent de raisons légitimes en soi – par exemple la défense de la sécurité nationale ou de l’ordre public ou des droits de la personne – comme prétextes pour cibler des opinions mal vues ou des critiques contre l’État et ses représentants. » Au regard des immenses défis politiques, sociaux, technologiques et écologiques dans le monde, beaucoup de gens semblent considérer la liberté d’expression comme une chose superflue. Mais cet aspect secondaire est trompeur. Les libertés d’expression et artistique sont absolument nécessaires pour construire l’avenir. Elles constituent en effet la base des processus d’échange sans lesquels il est impossible de faire face à tous ces défis présents et futurs.

Ce qui n’est pas là ne peut pas disparaître


Plus problématique encore que l’acte de censure lui-même : ses conséquences psychologiques. La censure entraîne l’autocensure. Et celle-ci n’est aucunement un effet secondaire. C’est seulement au moyen de l’autocensure que l’acte de censure provoque les effets étendus qui constituent son véritable but. Alors qu’il est encore possible faire obstacle à une attaque isolée menée par la censure, car on peut la critiquer au moins de façon théorique en tant qu’évènement, l’autocensure ne peut être démontrée. Comment alors entendre le non-dit, lire le non-écrit ? Cela n’a pas disparu, car cela n’a jamais été là. Il y a près de quarante ans, Ingeborg Drewitz lançait déjà cet avertissement dans le livre « Mut zur Meinung » [Avoir le courage de s’exprimer, NDT], édité par elle : « Il ne faut pas croire que les cas de censure abordés dans ce livre se réduisent aux conséquences d’une hystérie publique et peuvent être négligés, et ne voir alors dans ce livre que le résumé d’une évolution inéluctable. Au contraire, une tendance à la prudence, à un « mieux vaut ne pas en parler » s’est immiscée dans nos habitudes. »

Le roi à la chasse


Interrogé sur le phénomène de la censure, Temur Butikashvili, l’un des réalisateurs participants, a évoqué le prince, moine, diplomate et écrivain géorgien du 18e siècle Sulchan-Saba Ordeliani, qui a écrit la fable « Le roi et le peintre ». L’auteur y raconte l’histoire d’un royaume dont le seigneur souhaite faire réaliser un portrait de lui. On lui présenta un peintre qui, après avoir appris sa mission, tombe dans le désarroi. En effet, le roi était borgne. « Si je le peins avec deux yeux sains », pense le peintre, « on m’accusera de mensonge ». « Mais si je le peins avec un seul œil, cela va également lui déplaire – je suis condamné à mourir ! » Mais alors que le peintre continuait de se plaindre de son sort, une idée lui vint. Il peignit le roi, dont la passion pour la chasse était connue de tous, en train de viser avec un fusil et de plisser les yeux. Cette image plut au roi et permit au peintre d’échapper à la mort.

Films

 Cut it out – Films against Censorship | Temur Butikashvili Cut it out – Films against Censorship | Temur Butikashvili

Temur Butikashvili

Géorgie | 2018 | Géorgien avec sous-titres anglais

Né en 1961. A réalisé plusieurs films de fiction, documentaires et courts-métrages, notamment pour la télévision, qui se distinguent par un mélange d’observations minutieuses de la société et un humour très personnel. Obtient en 2009 la bourse du Berliner Künstlerprogramm du DAAD. 

 Cut it out – Films against Censorship | Rachel Leah Jones Cut it out – Films against Censorship | Rachel Leah Jones

Rachel Leah Jones

USA / Israël | 2018 | Anglais

Née à Berkeley, a grandi à Tel Aviv. A étudié la sociologie et obtenu un MFA en Media Arts Production. Ses films documentaires comprennent le plus souvent un élément de critique sociale : 500 Dunam On the Moon, Gypsy Davy et Roshmia. Engagée dans des projets médias progressistes à Tel Aviv, Jérusalem et New York. Elle décrit ainsi ses qualités essentielles comme réalisatrice : « Soif de complexité, encline à avoir la rage, un profond amour de la vérité. »

Cut it out - Films against Censorship | Ana Luiza Azevedo Cut it out - Films against Censorship | Ana Luiza Azevedo

Ana Luiza Azevedo

Brésil | 2018 | Portugais avec sous-titres anglais

Née en 1959. Études artistiques. Co-fondatrice de la société de production Casa de Cinema de Porto Alegre. Scénariste et réalisatrice depuis 1984 pour le cinéma et la télévision. Récompensée plusieurs fois pour son travail varié dans des festivals de cinéma internationaux. Ses films les plus importants sont Barbosa (1988), Ventre Livre (Liberation, 1994) et Antes que o mundo acabe (Before the world ends, 2009).

 Cut it out – Films against Censorship | Wang Wo Cut it out – Films against Censorship | Wang Wo

Wang Wo

Chine | USA | 2018 | Chinois | Anglais

Né en 1967. Études de graphisme et communication visuelle à l’Université Tsinghua. Professeur à l’école de cinéma Li Xianting depuis 2008. Ses documentaires et courts-métrages traitent de thèmes sociaux et politiques actuels avec lesquels il souhaite toucher un large public. A Filmless Festival (2015) documente l’arrêt violent du 11e festival du film indépendant de Pékin par la police.

Cut it out – Films against Censorship | Anat Even Cut it out – Films against Censorship | Anat Even

Anat Even

Israël | 2018 

Née en 1960. Études artistiques et de mise en scène aux États-Unis. Réalisatrice de documentaires et productrice depuis 1992. Reçoit le premier prix du festival du film de Leipzig en 2001 pour Asurot (Enchaînées). Ce film documentaire aborde de façons très variées le présent et l’histoire de l’État israélien et du conflit israélo-palestinien : « Je suis une personne politique et une réalisatrice politique. Je ne peux pas regarder à travers la fenêtre sans ce regard. » 

 Cut it out – Films against Censorship | Aysun Bademsoy Cut it out – Films against Censorship | Aysun Bademsoy

Aysun Bademsoy

Allemagne | Turquie | 2018 | Turque avec sous-titres anglais

Née en 1960. Études de journalisme et de théâtre. Depuis 1989, a réalisé de nombreux documentaires sur des thèmes interculturels, par exemple des policiers allemands ou des footballeuses issues de l’immigration. Ses films ont souvent été présentés à la Berlinale. Voilà ce qu’elle dit à propos de l’identité culturelle : « On fait de vous une femme turque. » 

Cut it out - Films against Censorship | J.P.Sniadecki Cut it out - Films against Censorship | J.P.Sniadecki

J. P. Sniadecki

USA | 2018 | Chinois | Anglais

Né en 1979. Anthropologue et réalisateur. Travaille en Chine et aux États-Unis. Ses films font partie de la collection des musées d’art moderne de New York et San Francisco. Ils ont été montrés à la bienniale du Whitney, la biennale de Shanghai, au Guggenheim et dans de nombreux festivals du cinéma internationaux. Cofondateur de la série Cinema on Edge, qui montre des films chinois indépendants. En 2017, il a expliqué : « Beaucoup de mes films naissent comme réaction à un lieu. »

Cut it out – Films against Censorship | Petr Vaclav Cut it out – Films against Censorship | Petr Vaclav

Petr Vaclav

France | République tchèque | 2018 | Français avec sous-titres anglais

Né en 1967. Études de mise en scène à la FAMU de Prague. Ses films documentaires et de fiction ont été présentés et récompensés dans les festivals internationaux les plus importants. Réflexion souvent douloureuse sur la réalité. Nikdy nejsme sami (We are not alone, 2016) a reçu le prix du public à la Berlinale : « J’ai voulu montrer un monde dans lequel la liberté humaine est très relative. »

  Cut it out – Films against Censorship | Avi Mograbi Cut it out – Films against Censorship | Avi Mograbi

Avi Mograbi

Israël | 2018 | Hébreux avec sous-titres anglais

Né en 1956. A réalisé depuis 1989 de nombreux films documentaires expérimentaux dans la tradition du cinéma vérité. Approche critique de la politique de son pays. Nombreuses participations à des festivals, entre autres à Cannes, ainsi que des récompenses internationales. Cofondateur de l’organisation israélienne des droits de l’homme Breaking the Silence. À propos de son travail, il explique : « Beaucoup peuvent se voir comme des mouches immobiles sur un mur. Moi, je me vois comme une mouche dans la soupe – l’engagement est total. »   

  Cut it out – Films against Censorship | Thi Nguyen Cut it out – Films against Censorship | Thi Nguyen

Thi Nguyen

Vietnam | 2018 | Anglais

Née en 1973. Réalisatrice et vidéaste. L’histoire complexe et traumatisante du Vietnam se trouve au cœur de sa création. Son film documentaire le plus connu, Love Man Love Woman (2007), aborde la situation des hommes homosexuels dans son pays. Fondation en 2009 de l’HanoiDocLab, une école de films documentaire. Obtient en 2015 une bourse du Berliner Künstlerprogramm du DAAD. Elle décrit ainsi ses recherches : « C’est compliqué d’être réalisatrice indépendante au Vietnam, tu n’as pas un accès facile aux archives historiques. »

 Cut it out – Films against Censorship | Nikolai Nasedkin Cut it out – Films against Censorship | Nikolai Nasedkin

Nikolai Nasedkin

Russie | 2018 | Anglais

Né en 1954. Études de peinture en 1970-1974. Nombreuses expositions individuelles et communes depuis 1982. Dessins, peintures, installations et récemment de plus en plus de vidéos. Ses travaux se concentrent notamment sur le thème du souvenir : « Tant que nous ne nous confronterons pas à l’horreur du stalinisme, nous ne serons pas libres. » 

 Cut it out – Films against Censorship | Popo Fan Cut it out – Films against Censorship | Popo Fan

Popo Fan

Chine | 2018

Né en 1985. Réalisateur et militant. Participe en 2017 à la Berlinale Talents. Il aborde la visibilité LGBT dans le cinéma à travers les thèmes du mariage homo (New Marriage), de la transexualité (Be A Woman) et du féminisme (The VaChina Monologues). Organise le festival du film gay à Pékin. Lorsqu’en 2014, son documentaire Mama Rainbow a disparu des services de streaming chinois, il a porté plainte contre la censure d’État : « Nous espérons que la censure des films fera l’objet d’une remise en question publique. »

  Cut it out – Films against Censorship | Phil Mulloy Cut it out – Films against Censorship | Phil Mulloy

Phil Mulloy

Grande-Bretagne | 2018 | Anglais

Né en 1948. Études de peinture et de mise en scène. Travaille comme artiste d'animation depuis les années 80. S’empare de problèmes sociaux dans un style minimaliste, grotesque et déformant. Reçoit beaucoup d’éloges, de récompenses, tandis que ses courts-métrages et films animés suscitent un rejet violent : « Récemment, un de mes films a été tour à tour décrit comme brillant et comme un déchet– c’est tout de même exceptionnel ! »

Cut it out – Films against Censorship | Didi Danquart Cut it out – Films against Censorship | Didi Danquart

Didi Danquart & Bastian Klügel

Allemagne | 2018 | Anglais
Interdit aux moins de 18 ans

Didi Danquart: Né en 1955. Études de psychologie et de sociologie. Sa trilogie allemande Conditio Humana I-III examine au travers d'une fiction les différentes facettes de l’histoire allemande et constitue, avec plus de 20 films documentaires, le cœur de son œuvre.
Bastian Klügel: Né en 1986. Producteur, réalisateur et auteur indépendant depuis 2015, fondateur de la production cinématographique filmfaust, Klügel & Reichel GbR. 


Partner

© ARTE