Jo Lendle rencontre les éditeurs sénégalais et les étudiants du département d'allemand

Jo Lendle trifft senegalesische Editoren und die deutsch Studierenden Studenten
Goethe-Institut/ Stéphanie Nikolaïdis

Dans la matinée du mercredi 13 juillet, dernier jour du séminaire, Lendle a rencontré les représentants des maisons d'édition établies à Dakar. Après les mots de bienvenue de Bouya Fall, le directeur de la maison d'édition Hanser Verlag Johannes Lendle a pris la parole pour se présenter d'abord aux éditeurs présents avant de faire une brève présentation de sa maison d'édition. 

Il informera les éditeurs que Hanser Verlag a été créé en 1928 et que Hanser est, à côté des éditions Suhrkamp, le plus important éditeur de littérature en Allemagne. Hanser Verlag a sa maison mère à Munich mais compte des bureaux à Berlin et en Suisse. Hanser publie 200 livres par an et les 2/3 sont consacrés à la littérature, 1/3 sont des fictions et 1/3 des livres publiés sont traduits dans d'autres langues.

À cette rencontre étaient présents les représentants des maisons d'édition suivantes : NEAS (créées en 1972, la plus vieille maison d'édition sénégalaise), Abis Éditions dont le représentant dirige actuellement Afrilivres qui regroupe 34 maisons d'édition africaines, NARA Éditions (Lauréates du Prix de l'Édition en 2015), Harmattan Sénégal (créée en 2009), ARED (spécialisée surtout dans la publication en langues nationales pulaar et wolof), Amalion (bilingue : français et anglais, publie essentiellement des auteurs africains), OSAD et ARED qui sont des maisons d'édition ayant le statut d'ONG et Kusoma Group qui existe depuis seulement deux ans et qui fait aussi bien dans l'édition physique que numérique et distribue au Sénégal et en Côte d'Ivoire. Il y avait aussi BLD éditions (Bibliothèque – Lecture – Développement) représentées par la fondatrice madame Antoinette Fall Corréa actuelle présidente de l'association sénégalaise des éditeurs (ASE). Cette maison d'édition créée en 1994 a pour objectif de promouvoir la culture et l'éducation, elle est spécialisée en littérature de jeunesse et ses publications sont en français, Wolof, Pulaar.   

Ces spécialistes de l'édition sont, tant au niveau local qu'à l'international, très dynamiques et travaillent au sein d'associations nationales et internationales à l'amélioration des conditions de production et de distribution. Les discussions ont été très intéressantes et parfois même très passionnées et portaient entre autres sur la présence et la promotion des auteurs africains sur le marché du livre en Allemagne, les questions d'édition et de distribution. Une caractéristique particulière de ces maisons d'édition est qu'à coté de l'édition proprement dite d'autres activités allant dans le sens d'une meilleure présence et de la promotion du livre mais aussi de répondre aux défis de l'heure (piraterie, concurrence déloyale des « librairies par terre ») sont menées.  

On peut citer parmi celles-ci l'ouverture par Harmattan Sénégal d'une librairie à Dakar et prochainement à Saint Louis et Ziguinchor mais aussi une émission télé, « le monde des livres », diffusée une fois par mois sur la RTS, ARED (Associates in Research and Education for Development) qui, à côté de l'édition, a un important volet formation avec la mise en place en 2009, en collaboration avec le Ministère de l'Éducation nationale du Sénégal, de programmes pour l'école présentement en application dans 200 classes. Il y a aussi une émission à la télévision 2STV animée par Sada Kane, c'est un forum de discussion autour d'un livre avec des spécialistes (une émission a déjà été diffusée avec la version pulaar de l'Aventure Ambiguë de Cheikh Hamidou Kane). Jo Lendle prend une dernière fois lors de cette rencontre avec les éditeurs la parole pour informer que le chiffre d'affaires de la maison d'édition Carl Hanser s'élève à environ 50 millions d'euros et que les 6% sont destinés à la promotion.    

Dans l'après-midi de cette dernière journée du séminaire, Jo Lendle a rencontré, toujours dans cette salle Weimar, les étudiants du Département de Langues et Civilisations Germaniques de l'UCAD, venus en très grand nombre, pour une séance de lecture. Grande a été sa surprise d'apprendre qu'un des étudiants présent dans la salle a déjà écrit un livre édité par la maison d'édition Edilivres. Lendle lira lui-même un extrait de son livre Was Wir Liebe Nennen que certains étudiants connaissaient déjà. Les étudiants ont participé activement durant l'explication de texte et ont posé beaucoup de questions à l'auteur.

À la fin de la séance de lecture Lendle dira qu'il a été très impressionné par les Sénégalais avec qui il a beaucoup échangé durant ce séminaire de trois jours. Il s'est réjoui que les étudiants aient, durant la séance de lecteur, non seulement participé activement en posant beaucoup de questions pour comprendre le texte ou l'œuvre, mais surtout que c'était des questions intelligentes.

Le dernier mot revenait enfin à Madame Bouya Fall qui a clôturé le séminaire en remerciant vivement Jo Lendle et tous les participants.