Le prêt en ligne Le prêt en ligne se montre persuasif

Onleihe
Onleihe | Photo (détail) : © Lech Rowinski

Le prêt en ligne, la plate-forme digitale de prêt leader des bibliothèques en Allemagne est confrontée à un certain nombre de défis. Quels sont les plus grands ? Le directeur General Jörg Meyer y répond.

Mr Meyer, quel rôle joue les bibliothèques publiques dans le marché du livre numérique des maisons d’éditions ?

Elles jouent un rôle de plus en plus minime. Cela est dû au fait que le marché du livre numérique s‘accroit de façon disproportionné et que les bibliothèques n’ont pas à leur disposition un budget médiatique plus élevé. Selon l’association professionnelle Bitkom 286 millions d’euros furent dépensés pour des livres numériques en 2013. Le budget de toutes les bibliothèques publiques ne s’élève qu’à 100 millions au total. Ainsi, elles dépensent entre un et deux pourcent pour les livres numériques. En 2009 c’était que 30 pourcent. Ce développement reflète le monde physique, dans lequel les bibliothèques publiques ont un à deux pourcent de part sur l’ensemble du marché du livre. De ce fait ils ne sont en aucun cas le fossoyeur du marché des livres numériques en Allemagne.

Y a-t-il une tendance de la part des maisons d’éditions, à limiter les licences des livres numériques pour les bibliothèques ?

Présentement je ne vois pas une tendance. Certaines maisons d’éditions réfléchissent sur une durée de validité déterminée. Cependant on comprend tout à fait le faible pouvoir d’achat des budgets des médias, si bien que les durées de validités sont plus longues contrairement aux Etats Unis. Ensuite les prix pour le prolongement sont réduits de façon considérable. Le groupe de la maison d’édition Thieme introduira en été 2014 une durée de validité des licences déterminée à deux ans, mais le prix de prolongement est réduit à 50 pourcent. Après le médium reste illimité dans le stock de la bibliothèque. D’autres maisons d’éditions vont jusqu’à quatre ans. Mais ce ne sont que de rares cas sur les 1200 contrats des maisons d’éditions..

Les différentes types de licences

Dans quelle mesure le prêt en ligne peut-il correspondre aux souhaits des usagers de la bibliothèque selon les réserves actuels ?

Dr. Jörg Meyer, directeur général Onleihe Dr. Jörg Meyer, directeur général Onleihe | © ekz Ce qui est positif pour les bibliothèques ce sont nos Ainsi les licences XL permettent d’avoir des droits pour les prêts parallèles des médias récents. La bibliothèque acquiert un ouvrage au triple du prix de la version reliée. En échange jusqu’ à 20 utilisateurs peuvent emprunter simultanément le même médium dans le domaine de la littérature générale et jusque à 25 dans le segment des livres spécialisés. Si cette quantité s‘épuise, deux exemplaires avec une licence séquentielle restent en stock. Actuellement nous offrons environ 20000 ouvrages qui ont ce type de licence.

Les maisons d’éditions telles que C.H Beck ou le Kosmos-Verlag affirment clairement que les licences de bibliothèques sont plus cher que le les licences d’utilisation privées. Est-ce que ce type de licence pourra s’imposer ?

Que les maisons d’éditions demandent un prix assez élevé pour les licences séquentielles utilisées à la bibliothèque est l’exception absolue. Les bibliothèques « punissent »cela à travers un plan d’achat extrêmement réduit, afin que ce model ne puisse s’imposer.

Quel est l‘état des négociations avec les maisons d’éditions du groupe Holtzbrinck tels que Fischer, Rowohlt et Kiwi-, qui refusent jusqu’à présent le prêt en ligne ?

Nous sommes dans des entretiens détaillés. Cependant, je ne peux donner aucune information sur l’état actuel. Je vous prie de comprendre.

Assurer une bonne qualité des données

Quels progrès observe-t-on en ce qui concerne l’intégration renforcée des ouvrages en langues étrangères ?

Les ouvrages en langues étrangères constituent un défi, en particulier en ce qui concerne la qualité des métadonnées. En fin de compte nous devons garantir que les contenus ne sont pas de nature polémique, pornographique ou même choquante. Quel logiciel de gestion de bibliothèque peut traiter les caractères chinois et cyrilliques ? En travaillant avec un personnel spécialisé en langues étrangères nous essayons ainsi de satisfaire aux exigences d’une bonne qualité des données. Présentement, nous sommes en train de saisir les ouvrages russes. Les éditeurs étrangers ont fréquemment peur de la piraterie. Là aussi on doit se montrer persuasif. Notre objectif pour le prêt en ligne est d’augmenter de façon systématique le stock des ouvrages en langues étrangères. Nous le faisons facilement avec l’anglais, le français et l’espagnol. Pour ceci il y aura des élargissements significatifs de l’offre à court terme.

Qu’en est-il des ouvrages issus du domaine de l’allemand comme langue étrangère ?

Là aussi, nous essayons de façon permanente d’élargir l’offre. Cependant il y a des maisons d’éditions de manuels scolaires qui sont encore très réservés par rapport à la passation de la licence.

Le prêt en ligne doit être objet d'une relance et sera regroupé sous le mot-clé « nouveau prêt en ligne ». Qu’en est-il?

C’est le grand projet de l’année prochaine. Nous devons ouvrir la plate-forme pour encore plus de contenu, qui vise au moins un million d’ouvrages. Nous devons introduire plus de contenu en langues étrangères, pour nous ouvrir à des modèles de licences flexibles et sur l’utilisation accrue en ce qui concerne le nombre de téléchargements, de même que de pouvoir répondre sur l’intensification de l’utilisation mobile des services. Pour cela une haute stabilité et efficacité des actions internes doit être assurée. Et surtout nous devons tenir compte de la convivialité d’utilisation. Le moteur de recherche du prêt en ligne est évidemment perfectible. Là, l’utilisateur demande la performance du niveau Google.

Y aura-t-il pour la première fois une possibilité de rendre les ouvrages empruntés avant la date d’expiration du délai?

Il y aura aussi dans le systeme en vigueur des changements à ce sujet. En ce qui concerne les livres numériques le retour prématuré doit être possible au troisième ou au quatrième trimestre de l’année 2014. Cependant à travers les systèmes actuels du Digital Rights Management, des limites nous sont fixées. Un téléchargement sans DRM n’avantage pas les maisons d’éditions, on doit accepter ces cadres. Cela concerne naturellement l’administration sur le terminal, comme au système propriétaire d’Amazon Kindle. Je considère plutôt invraisemblable que Amazone s'occupe des intérêts des bibliothèques et que le monde Kindle s’ouvre.

Est-ce que les maisons d’éditions réagissent avec circonspection concernant le prêt en ligne ?

Au contraire, je signe chaque semaine de nouveaux contrats de coopération.
 

Le prêt en ligne des Instituts Goethe :

Peu importe, que ce soit en Égypte ou au Viêtnam: Dans le monde entier plus de 60 bibliothèques du Goethe-Institut le prêt en ligne . Le choix est grand: il y a des milliers de medias qu’ on peut emprunter en ligne, par exemple des livres pour enfants, des romans de jeunesse, des livres de littérature contemporain, des livres spécialisés, ainsi que des journaux quotidiens et hebdomadaires, de même que les livres de cuisines, les livres audio et des matériels d’ apprentissage de la langue allemande.