Séminaire La promotion de la lecture avec Xenia Bühler

La promotion de la lecture avec Xenia Bühler
Photo (détail) : Stéphanie Nikolaidis

Du 11 au 12 juillet la pédagogue de théâtre Xenia Bühler a dirigé au Goethe-Institut un atelier de deux jours regroupant douze participants d'âges et de professions différents. Avec Xenia, on avait en face de nous une femme active, passionnée, avec un sourire contagieux.

À l'aide du livre pour enfants « Je suis plus fort que toi », elle a travaillé avec nous durant ces deux jours à différents exercices lors desquels il nous fallait démontrer nos talents de comédiens. En outre, elle nous a montré différents jeux joués en groupe où il nous fallait non seulement faire preuve d'ingéniosité mais aussi être concentrés.

Sur la base du livre pour enfants on a ainsi commencé à travailler et à adapter dans notre travail théâtral différentes scènes historiques. Le résultat de notre interaction créative était notamment un clapping – chœur durant lequel chaque participant a intégré sa propre touche originale en tapant des mains. Le chœur nécessitait beaucoup d'intuition dans le rythme et une coordination avec le groupe, ce qui était au début un véritable défi.

Pour l'un de ses nombreux exercices, Xenia avait apporté une écharpe en soie bleue. Elle nous a demandé de mimer en prenant cette écharpe comme notre unique ustensile. Elle pouvait se transformer entre nos mains en n'importe quelle chose – à l'exception d'une écharpe. Après un début créatif mais lent, notre imagination commençait à prospérer et elle se transformait entre nos mains en une guitare, en un peigne, un serpent, un miroir et même en un lit.

Un autre exercice intéressant appelé « guider et être guidé » nécessitait surtout une chose : faire confiance. Après que nous nous soyons formés en groupes de deux, l'un se plaçait derrière l'autre et posait ses deux mains sur ses épaules. Ensuite il commençait à le guider à travers la salle. Celui qu'on guidait devait fermer les deux yeux et ne se laisser mener que par les mains de son partenaire. On remarquait rapidement qu'il fallait faire un grand effort pour faire confiance aveuglément au partenaire qui nous guidait.
Par la suite on a échangé les rôles et celui qui guidait devait à son tour être guidé. Après que chaque partenaire ait joué les deux rôles, Xénia nous réunis pour procéder à un petit tour d'horizon durant lequel on pouvait échanger sur l'expérience qu'on venait de vivre. Il s'est avéré que beaucoup de participants ont trouvé plus difficile le fait de guider l'autre que d'être guidé soi-même – ils se sentaient responsables vis-à-vis de l'autre et voulaient faire de leur mieux pour ne pas trahir la confiance qu'ils ont placée en eux.

L'autre exercice s'appelait «sculpteur et statue ». Pour jouer ce jeu, nous nous sommes encore une fois organisés en groupes de deux personnes. Une personne jouait le rôle du sculpteur et « façonnait » son partenaire comme une statue en faisant bouger ses bras, ses jambes, ses épaules et sa tête dans une position donnée dans laquelle il devait rester par la suite. Xenia nous a donné des directives pour notre sculpture : le sculpteur devait dans un premier temps « modeler » la sculpture d'un homme très prétentieux, ensuite celle d'un homme particulièrement triste.
Conformément à cette indication on a formé nos statues et il en résultait d'une part des figures avec des poignées en l'air, avec un menton tiré vers le haut et les mains posées sur les hanches et d'autre part des figures avec le dos courbé, des têtes baissées et des bras croisés sur la poitrine.

En résumé, l'atelier de Xenia Bühler était passionnant, diversifié et riche en enseignements. Elle nous a montré que pour faire une pièce de théâtre, peu de choses suffisent. Souvent une petite graine (par exemple en forme de livre pour enfants ou une écharpe) suffit pour stimuler la fantaisie. On n'a point besoin d'une grande scène, de lourds rideaux ou de projecteurs. On a appris que le plus important pour faire une pièce de théâtre ce sont surtout les acteurs, le public et l'envie que les acteurs ont à l'interaction sociale.

En outre Xenia nous a inculqué l'importance du travail de groupe. Son leitmotiv « Le groupe est plus intelligent que l'individu » nous a accompagné tout au long de ce workshop et ceci n'a cessé d'être confirmé durant tout l'atelier – surtout lorsqu'il s'agissait de mettre en pratique, de manière créative, des scènes tirées du livre pour enfants ; à chaque fois qu'une personne était à court d'idées, c'était le groupe qui la stimulait en apportant une contribution ou l'aidait à améliorer avec de petits détails.

En résumé les exercices et jeux de Xenia Bühler nécessitaient beaucoup de coordination, de concentration et d'attention. À chaque fois, elle a un peu relevé le niveau de chaque exercice de sorte qu'il devenait délicat et varié. Pour Xenia, ce n'était pas seulement notre travail corporel qui était important, mais aussi notre travail mental c'est pourquoi elle nous incitait toujours à faire valoir nos propres idées lors des mises en scènes et des adaptations du livre.

À la fin de cet atelier de deux jours les participants ont appris beaucoup de choses – allant de l'interaction dans un groupe jusqu'à l'expression corporelle. La collaboration entre les participants était sans cesse au cœur de cet atelier. En somme Xenia nous a gratifié d'un atelier original et constructif durant lequel le rire était toujours au rendez-vous.