Finale nationale de Slam et Poésie And the winner is…

Finale nationale de slam poésie
Photo (détail) : ©Goethe-Institut / Leïla Decasimacker

Une salle remplie et la force du mot. Lors la Grande Finale Nationale de Slam Poésie, un candidat l’a remporté, devant une audience enthousiaste.
 

Après une édition en 2016 remplie de succès, nous avons de nouveau dit « SLAM alaikum », cette année au Goethe-Institut. La Grande Finale Nationale De Slam Poésie, organisée par la Ligue Sénégalaise de Slam et Africulturban décernait une fois de plus cette année le prix du meilleur slameur du Sénégal. Le thème choisi cette année était «Citoyen du monde».

L’évènement a attiré de nombreux visiteurs le samedi 14 avril 2018 dans la salle Weimar, venus écouter la crème de la crème des slameurs. Chacun des onze candidats avait trois minutes pour convaincre avec un texte un jury composé de Ceptik, Docta, Pr Drame, Pr Dieng et Diamil. Grâce à l’applaudimètre, ils avaient en plus l’opportunité de gagner le prix du public. Mais le but premier du slam n’est pas de gagner des prix mais de partager ses pensées et ses sentiments ainsi que de donner quelques pistes de réflexions sans utiliser aucun accessoire. « C’est la bouche qui donne et les oreilles qui reçoivent », souligne le maître de cérémonie avant de présenter les finalistes.

Puis la compétition a commencé. Les finalistes qui sont venus de toutes les régions du Sénégal comme Louga, Podor, Tamba, Thies, Fatick, Zinginchor, Matam, Zinginchor, Kaolack ou encore Saint Louis ont montré qu’ils ne sont pas sans raison les meilleurs slameurs du Sénégal. Ils ont fait danser les mots en wolof ou en français pour le simple plaisir de jouer avec les mots ou pour émettre certaines critiques sur la société. Parfois les slameurs ont eu droit à un standing ovation des plus de 200 personnes se trouvant dans la salle. Glory, Muwossa, Lajoya, Floraison, Tieriko ou encore Clair MC, grand gagnant de la première édition, ont apporté leur contribution en slamant en marge de la compétition.

Lors de la phase finale, l’audience ne tenait plus en place. Enfin, le jeune poète Al Faruq originaire de la région Zinguinchor a convaincu le jury et l’audience avec son message d’amour humoristique ; l’emportant ainsi face à Aline Soumaré, seule femme de la compétition et redoutable adversaire.

Al Faruq représentera le Sénégal lors de la Coupe d’Afrique du Slam et de la Coupe du monde de Slam en France.

Nous lui adressons toutes nos félicitations et lui souhaitons beaucoup de succès.