Projet scolaire Comment ma ville peut-elle devenir plus durable?

Une ville plus durable
©Stéphanie Nikolaïdis

Cette question a été abordée par des élèves lors d'un atelier dans trois écoles à Dakar et Rufisque fin juin. L’objectif était de les amener à une réflexion sur l’impact qu’ils peuvent avoir sur leur environnement.

Selon le dernier rapport de l'ONU sur la protection du climat, la pollution et la destruction de l'environnement causent un quart des décès et des maladies dans le monde. Les auteurs du Global Environment Outlook, publié en mars 2019, appellent les décideurs à prendre des mesures immédiates pour faire face aux problèmes environnementaux urgents et atteindre les objectifs de développement durable ainsi que d'autres objectifs environnementaux convenus au niveau international, tels que dans la Convention de Paris.

Cependant, la réflexion et le changement ne peuvent pas être seulement entre les mains des politiques, mais doivent être repensés à tous les niveaux. La sensibilisation des jeunes générations à la nation de « durable » et à la protection de l'environnement revêt une grande importance car elle joue un rôle décisif dans le façonnement de l'avenir de notre planète.

À cet effet, le Goethe-Institut et l'ONG Trees for the future se sont associés pour organiser du 18 au 20 juin des ateliers sur le développement urbain durable au Lycée Moderne de Rufisque, au Lycée Thierno Saidou Nourou Tall et au Lycée Galandou Diouf avec des élèves de 13 à 17 ans.

L'atelier était divisé en trois parties. Tout d'abord, un extrait du documentaire français Demain (Cyril Dion, Mélanie Laurent, 2016) a été projeté afin de donner une impulsion à la discussion qui a suivi sur les conséquences négatives de la déforestation face aux effets positifs du UrbanGardeninget de la permaculture.

Ensuite les élèves ont été encouragés à rechercher activement des solutions créatives et à développer des idées de projets concrets pour un Dakar et un Rufisque plus verts. En petits groupes, les jeunes ont échangé leurs réflexions qui, dans toute leur diversité, ont trouvé leur place sur de grandes affiches. La meilleure idée émise a reçu des points, ellea été partagée et discutée avec les autres élevés lors d'une présentation finale.

Dans les groupes, on constate un désir récurrent d'avoir plus d'espaces verts dans les lieux publics pour traîner et se réunir et plus d'espace pour que les enfants puissent jouer tranquillement. Un projet concret proposé par les élèves du Lycée Moderne de Rufisque est la construction d'une université locale. Non seulement le trajet jusqu'à Dakar est très coûteux pour de nombreux étudiants. Mais aussi l'utilisation des transports publics fonctionnant au pétrole contribue également de manière significative à l'augmentation de la pollution atmosphérique.

Si nous regardons aussi en dehors des écoles, nous remarquons que pour les plus jeunes et les moins jeunes, le désir de changement et d'un environnement plus propre et plus vert est omniprésent. Seule la mise en œuvre concrète semble souvent être un obstacle. Dans la dernière partie de l'atelier, les élèves ont démontré la rapidité avec laquelle les idées peuvent être mises en pratique sur place :  Sous la direction de Mohamed Traoré, directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest de Trees for the future, les jeunes ont planté des arbres ensemble dans les cours d'école. Pour assurer la durabilité du projet lui-même, les élèves ont pris en charge le parrainage des arbres et, on l'espère, s'occuperont intensivement de leurs nouveaux colocataires dans les années à venir.

Reste à savoir ce que chaque individu peut faire dans la vie quotidienne pour vivre de manière plus durable, plus consciente, plus responsable et pour faire sa part afin que les prévisions dévastatrices du rapport de l'ONU ne deviennent une réalité. Au cours de l'atelier, par exemple, uneélève a suggéré que les « 3 R » devraient être observés plus systématiquement : Réduire, Réutiliser, Recycler. Moins de plastique, plus d’achats d'occasion et la réparation d’un smartphone sont des gestes à encourager.

Les ateliers ont donné beaucoup de joie et d'espoir, nous pouvons encore initier le changement aujourd'hui, tous ensembles, à travers les générations. Pour un demain plus durable.