Enter Africa à la gamescom 2019 Changer la perception de l’Afrique grâce aux jeux

Yves Afoutou au gamescom
Photo : Ayatundé Moses

Suite à sa participation à la gamescom 2019, le plus grand salon de jeux vidéo en Europe, nous avons rencontré Yves Afoutou qui a représenté le Sénégal pour le projet Enter Africa. 

Du 20 au 24 août, le Kölnmesse, un site événement dans la ville de Cologne, a été mobilisé par la gamescom : 11 bâtiments, une superficie totale de 218.000 m², 1153 exposants et environ 373.000 participants que l’on appelle “Human Wave” (Vague humaine). La participation de représentants venus de 15 pays africains à la gamescom 2019, a permis de faire tomber quelques préjugés sur le gaming en Afrique.    
 

Yves, comment se passait votre journée au quotidien?

Les journées étaient particulièrement chargées. Nous étions logés à Dusseldorf, une ville paisible et plutôt bourgeoise car à Cologne il n’était plus possible de trouver un logement. La gamescom a une telle ampleur que les gens réservent leur hébergement un an à l’avance.
Tous les jours, nous nous rendions à Cologne en train. Le planning était très chronométré, nous nous levions très tôt aux environs de 5h et prenions le petit-déjeuner à 6h pour pouvoir prendre le train à 8h.
Le stand était accessible au public de 9h à 20h. Un tour de travail de 1h par binôme était réparti entre les 25 membres de l’équipe Enter Africa. Le travail sur le stand était intense, il fallait être debout toute la journée, ce qui ne m’a pas trop posé de problèmes car mon métier est facilitateur de formations. Il fallait donc échanger avec les visiteurs sur les projets et opportunités qu’offre le continent africain et les accompagner pour qu’ils jouent aux jeux.

Quelle était la perception des visiteurs?

Sept jeux mobiles conçus en Afrique ont été sélectionnés pour notre stand. J’ai présenté l’un d’eux nommé « HA !! BUGGY » réalisé par Dadja Bassou, consultant indépendant en développement d’application mobile et également membre de l’équipe Enter Africa Sénégal. Certains visiteurs étaient à priori un peu sceptique concernant ces jeux Made in Africa, ils pensaient qu’ils seraient un peu trop faciles d’y jouer mais après les avoir expérimenter, leur perception a complètement changé et ils ont réalisé que non seulement les jeux étaient fun, de qualité mais en plus relevaient d’un véritable niveau de challenge ou parfois de complexité.
Outre ces jeux vidéo, l’attraction principale du stand Enter Africa était le jeu de plates-formes BUSARA. Il se présente avec des cartes et des tableaux en bois conçus à Addis-Abeba, le tout emballé dans un packaging en wax aux motifs réalisés expressément en Côte d’Ivoire pour le projet. Le jeu a rencontré un vif succès auprès du public non seulement parce qu’il s’agissait d’un des rares jeu de plates-formes présenté mais aussi grâce à son authenticité et à la chaleur sociale qu’il a procuré.  

Stand Enter Africa au gamescom Photo : Yves Afoutou Quel est l’apport d’une participation à un tel salon?

C’est une belle opportunité et un vrai tremplin pour nous d’avoir participé à ce salon pour exposer une partie de l’écosystème du gaming africain, qui regorge de multiples talents méconnus faute de présence sur la scène internationale. Il existe un véritable fossé que nous avons commencé à combler grâce à cette représentation de l’Afrique au gamescom, le monde a désormais ouvert les yeux sur une réalité qu’il ne connaissait pas et nous avons pour devoir de satisfaire cette curiosité en répondant positivement.
En échangeant avec le responsable du stand de Microsoft, j’ai pu lui donner un aperçu sur le comportement des joueurs au Sénégal qui utilisent essentiellement les supports tablette et smartphone. Cela s’explique par une vulgarisation du mobile à travers des opérateurs de téléphonies motivés par des couts élevés, l’absence de distributeur et l’inaccessibilité des matériaux de gaming (PC-Gamer, Console) en Afrique. De là, la réflexion s’est portée sur comment le fabricant pourraient répondre au mieux aux besoins locaux. Comme par exemple, à travers son projet XCLOUD et sa manette Xbox One, il pourrait mettre à disposition sur le mobile quelques jeux de son catalogue et promouvoir ainsi le cloud gaming mobile (possibilité de jouer en ligne) en Afrique.
J’ai également pu constater qu’il y a un manque criant d‘informations sur les données du gaming en Afrique et qu’il y a un véritable besoin des entités basées en Europe d’avoir un aperçu de ces chiffres.
 
Un des objectifs du projet Enter Africa est de déconstruire les stéréotypes et les préjugés qui sont associés au continent africain. Grâce à cette participation à la gamescom 2019, cet objectif a été atteint et on peut dire que la perception de certains sur l’Afrique a changé.