Au coeur de la littérature "Ces Moments-là", savoir profiter de l’instant

Ces moments-là
©Stéphanie Nikolaïdis

La quatrième de couverture du roman intitulé ‘’Ces Moments – là’’  de Ndèye Fatou Fall Dieng nous parle d'un rendez-vous dix ans plus tard…. Dix ans plus tard qui nous font penser à la Place Des Grands Hommes de Patrick Bruel.
 

« On s'était donné rendez-vous dans dix ans. Même jour même heure même pomme…On verra quand on aura 30 ans sur les marches de la place des grands hommes… »
 
Sauf que Rafael Ly et Alia Jamal n'avaient pas 30 ans dix ans plus tard. Leur place des grands hommes se trouvaient à l'Université Gaston Berger…Et on est loin d’une simple histoire d'amitiés entre étudiants d'un même campus…
 
Ce roman a une forte portée philosophique, tellement subtile, qui passe inaperçue si tant est qu’on lit de façon superficielle ou qu’on juge vite aussi.
 
L’auteur, Ndeye Fatou Fall Dieng est une pimpante jeune dame qui de prime abord semble très peu goûter au plaisir de la lecture et l’écriture. Et pourtant, juriste d’entreprise, titulaire d’un Master 2 en droit privé à l’Université Gaston Berger, elle est un rat de bibliothèque.
 
Sa culture livresque est immense, en atteste les citations à chaque début de chapitre. Elle n’a pas tout lu mais elle en connait un bon nombre : des extraits de la bible, du coran, des citations de Gandhi, des extraits de paroles de chansons, des locutions latines, cette langue qui la fascine tant…
 
Son roman raconte une histoire vu sous l’angle des deux narrateurs que sont Alia Jamal et Rafael Ly. Elle nous fait revivre une actualité qui en un moment a ressorti les côtés les plus noirs des êtres humains. La période de la maladie à Virus Ebola où un pays comme le Sénégal a préféré le repli sur soi plutôt que de tendre la main à ses voisins qui souffraient.
Et si le virus était arrivé au Sénégal ? Le Sénégal de la fiction de celle qui se fait appeler aussi Falia[1] est entouré de pays que sont Krimar, la Cerra Bellone…et la maladie n’est pas Ebola mais Avoli.
Des morts à profusion, il y en a dans la fiction de Ndèye Fatou. Ses personnages centraux perdent des amis, et des parents proches…et ont du mal à faire le deuil. Tout comme Ndèye Fatou dans la vraie vie…
 
A travers cet exercice d’écriture, elle a su exorciser ses démons, faire face à la disparition de cet ami qu’elle a négligé après leur séparation : lui orienter à Dakar, elle à Saint – Louis. Après l’annonce du deuil, on imagine aisément Ndèye Fatou traversé les 5 étapes du deuil comme élaboré par  Elisabeth Kübler-Ross [2].  Dans la période du "Choc et du déni", on l’imagine s’enfermer sur elle-même, éviter ce cours de droit qui lui rappelle toujours ce funeste moment de l’annonce, sa "colère" face à la sensation de négligence, d’abandon de cette personne et la place de l’importance qu’il avait dans sa vie mais comment elle l’a négligé, la phase de "négociation" où on essaye de faire revenir cet être cher parti à la vie, la "dépression et la douleur" qui si elles perdurent peuvent devenir pathologique mais elles ouvrent la voix à "l’acceptation".
Prendre conscience, se dire que tout va changer. Que dorénavant, il s’agira de prendre le temps de vivre, de vivre les instants présents, de vivre "Ces moments - là", de ne plus remettre au lendemain ce qu’on peut faire maintenant.
Vivre au jour le jour, écrire au jour le jour, partager comme elle l’a si brillamment fait avec son roman qui, pour rappel a obtenu le Prix Aminata Sow Fall pour la Créativité en 2017.
 


[1] Ndèye Fatou Fall Dieng signe aussi sous le nom de Falia. Elle est l’auteur du Sanctuaire violé édité aux Editions Kusoma
[2] In https://www.pflutece.com/etapes-du-deuil