EM’KAL EYONGAKPA REÇOIT LE PRIX HENRIKE GROHS POUR LES ARTISTES AFRICAINS 2018

Em'kal Eyongakpa - Lauréat du prix Henrike Grohs 2018
Photo: © Em’kal Eyongakpa

Em'kal Eyongakpa (né en 1981 à Mamfe au Cameroun) est le premier lauréat du prix d’art Henrike Grohs, conçu par le Goethe-Institut et la famille Grohs. Il recevra un prix en espèces de 20 000 € le 13 mars 2018 à Abidjan.

« Le jury décerne à l'unanimité le premier prix d'art Henrike Grohs à Em'kal Eyongakpa pour son approche poétique, subtile et subjective. Son travail exprime des préoccupations universelles de l'humanité. La position multidisciplinaire de sa pratique, qui comprend des connaissances issues de la science, de l'ethnobotanique, du réalisme magique, de l'expérimentation et de l'utopie, répond bien aux valeurs fondamentales du prix d’art Henrike Grohs », ont déclaré les membres du jury Koyo Kouoh (directeur artistique, Raw Material, Dakar), Laurence Bonvin (artiste et représentante de la famille Grohs, Berlin), Raphael Chikukwa (conservateur en chef, Galerie Nationale du Zimbabwe, Harare) et Simon Njami (conservateur, Paris).
 



Em'kal Eyongakpa (né en 1981 à Mamfe, Cameroun) est un artiste multidisciplinaire qui aborde les histoires vécues, inconnues et collectives à travers une utilisation rituelle de la répétition et de la transformation. Ses idées récentes s’inspirent de plus en plus des systèmes de connaissances et de l'esthétique indigène, de l'ethnobotanique, la mycologie appliquée ainsi que la technologie dans ses explorations du personnel et de l'universel. Eyongakpa est également connu pour ses projets de recherche autoorganisés et ses hubs artistiques autonomes comme KHaL! SHRINE à Yaoundé (2007- 2012) et les projets qu’il a récemment lancé comme la plate-forme musicale, artistique et sonore, ɛfúkúyú. Il est diplômé en biologie végétale et en écologie de l'Université de Yaoundé et était résident à la Rijksakademie d'Amsterdam.

Le travail d'Eyongakpa a récemment été exposé à : la Biennale de Jakarta (2017), la 13ème Biennale de Sharjah (2017), La Biennale de Montréal (2016), la 32ème Biennale de São Paulo (2016), les 9ème et 10ème Rencontres de Bamako (2011, 2015), la 10e Biennale de l'Art Africain Contemporain, Dak'art (2012) et dans plusieurs espaces d'art et musées internationaux à travers le monde.



Klaus-Dieter Lehmann, le président du Goethe-Institut déclarait: « En perdant Henrike Grohs, nous ne perdions pas seulement qu’une collègue très estimée et aimée, mais nous perdions aussi une personne qui, de par ses croyances et ses actions était porteuse d’espoir dans le monde. C’est pourquoi, il est particulièrement important que la mémoire de Henrike Grohs soit liée à une perspective qui reflète son travail et sa volonté. Le prix en est l’illustration parfaite d’autant plus qu’il perpétue la volonté de Henrike Grohs : Soutenir les créateurs africains et contribuer au dialogue international. Je tiens à féliciter le premier lauréat Em’kal Eyongakpa, qui est un excellent choix fait par le jury après un processus minutieux de sélection. »
 
Plus d’information sur Em’kal Eyongakpa:
https://emkaleyongakpa.blog/2018/01/09/untitled-thirty-seven-so-batu-intercepted-messages/