Particulièrement... post-humain
comment la technologie nous aide en temps de crise

it article
© Goethe-Institut

Alors que la pandémie de COVID-19, qui a commencé en Chine, se propage à travers le monde, les gouvernements, les entreprises et les particuliers peinent tous à faire face à des perturbations majeures dans leur vie quotidienne. En janvier et février 2020, le gouvernement chinois a restreint la liberté de circulation de 100 à 500 millions de personnes. Les entreprises et les écoles ont été en grande partie fermées pendant six à sept semaines. À une époque où le contact humain représente un risque, les technologies de l’information ont contribué à atténuer les effets négatifs de cette crise inattendue.

ALIMENTATION ET HYGIÈNE PENDANT LA QUARANTAINE

Le plus grand défi pour les personnes qui doivent rester à la maison pendant un confinement ou une quarantaine est de couvrir leurs besoins quotidiens en nourriture et en articles d’hygiène. En Chine, les services de livraison et le commerce en ligne très développé sont devenus la bouée de sauvetage de nombreux ménages. À certains endroits, le tri automatisé des colis, les véhicules autonomes, les drones et les relais de livraison (une sorte de boîte aux lettres pour colis) ont contribué à réduire au minimum les contacts humains.

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AU SERVICE DU DIAGNOSTIC

La pénurie de ressources médicales lors d’une pandémie est un autre défi. En Chine, les hôpitaux ont manqué de capacité dès la première phase de l’épidémie de COVID-19. De nombreux malades n’ont pas pu se faire dépister ou traiter pour le virus. Un certain nombre de sociétés Internet et d’autorités locales ont rapidement mis en place des plateformes virtuelles de consultation médicale. En consultant leur médecin en ligne au lieu de se rendre à l’hôpital, les personnes non infectées ont pu éviter de contracter le virus dans les cabinets médicaux ou les hôpitaux. Des sociétés chinoises ont développé des services d’intelligence artificielle (IA) permettant aux gouvernements locaux d’anticiper les foyers au niveau régional. D’autres services d’IA ont été déployés dans les hôpitaux pour diagnostiquer les patient(e)s suspectés d’être infectés par le coronavirus. Ces technologies ont considérablement réduit la surcharge dans les hôpitaux surpeuplés. L’utilisation de ressources médicales limitées a été maximisée pour relever le défi posé par le nouveau virus.

ÉDUCATION NUMÉRIQUE

Les logiciels de streaming et d’enseignement en ligne ont aidé les enseignants et les élèves coincés à la maison à poursuivre leur apprentissage presque normalement. Les enseignants ont progressivement trouvé des moyens d’enseigner non seulement des matières abstraites comme les mathématiques et les langues, mais aussi des cours pratiques comme l’art, la musique et l’éducation physique dans un environnement d’apprentissage virtuel. De quoi parfois agacer les voisins lorsqu’un enfant sautillait avec son prof d’éducation physique virtuel à l’étage du dessus. Mais dans des moments comme celui-ci, la tolérance et la compréhension sont de mise.

TÉLÉTRAVAIL : UNE OPTION SÉDUISANTE

Les entreprises qui ne peuvent pas travailler en ligne, comme les sites de production ou les organisateurs d’événements, sont gravement touchées par les conséquences de la pandémie. Mais les entreprises qui ont régulièrement recours au numérique constatent actuellement que le télétravail peut aussi bien fonctionner en cas d’urgence. Grâce aux systèmes de conférence en ligne, aux logiciels de chat, ou encore aux services de partage de fichiers, les grandes entreprises parviennent à maintenir un fonctionnement assez fluide. Seule différence : les « bureaux » ont été déplacés au domicile des salariés. Ces derniers travaillent dur, sans avoir la perspective de rentrer à la maison le soir pour décompresser, puisqu’ils y sont déjà. Pour la première fois, beaucoup de personnes se rendent compte combien leur bureau leur manque.

RESTONS HUMAINS !

Avant que des médicaments efficaces ou une vaccination contre le COVID-19 ne soient mis au point, ce qui pourrait prendre un an ou deux, ces nouvelles formes d’organisation et ces nouveaux modes de vie deviendront probablement le quotidien de nombreuses régions du globe. Mais la chose la plus importante que la technologie de l’information nous ait donnée, ce n’est pas la nourriture, l’éducation ou les revenus, mais la capacité de maintenir des liens émotionnels. Et ils sont aussi fondamentaux que n’importe quoi d’autre.