Formation de danse en Allemagne Une promotion ciblée

Le monde de la danse est très animé en Allemagne et ceux qui s'intéressent à la danse disposent d'un grand choix d'écoles supérieures étatiques. Quels sont les facteurs ayant amené à une offre aussi vaste et quelles structures appuient la qualité et la continuité de la formation de danse en Allemagne?

Chez Jason Beechey, directeur de l'Ecole Supérieure Palucca à Dresde, le désir de danser remonte à l'enfance. Mais il ne s'est pas seulement adonné à la danse elle-même, mais s'est passionné plus encore pour l'enseignement de la danse. "J'ai beaucoup aimé danser moi-même, mais ma passion était d'aider d'autres personnes à découvrir leur potentiel" explique Beechey. Ceux qui en Allemagne sont animés par la passion de la danse, ont aujourd'hui un large choix de formations dans onze différentes écoles supérieures et techniques de la danse. Les professeurs, thérapeutes et pédagogues de danse, ainsi que les chorégraphes et même ceux qui étudient les sciences de la danse trouvent dans ce foisonnement la formation ou la filière universitaire qui leur convient.

Cette évolution, le monde de la danse la doit à la mise en place il y a quelques années d'une promotion ciblée en Allemagne. Entre 2005 et 2010, la fondation culturelle fédérale a investi environ 12,5 millions d'euro dans ce secteur. De prime abord, il s'agissait d'attirer l'attention sur l'art de la danse en Allemagne et de faire naître un intérêt culturel pour les manifestations autour de la danse. Un objectif particulier était par ailleurs de renforcer durablement et de façon innovante la danse en tant que forme d'art en Europe. Ainsi a vu le jour le "plan pour la danse" (Tanzplan) et avec lui l'association d'utilité publique de même nom. L'idée était de créer un programme systématique, reposant entre autres sur les piliers suivants : mise en réseau de structures, opérations de relations publiques à impact médiatique, ainsi que la promotion des formations et cursus universitaires.

Cinq années durant, les programmes de formation locaux et régionaux existants ont profité d'un appui financier ciblé à travers ce programme. L'un des aspects était par exemple la promotion de la jeune relève. Toutes les écoles supérieures techniques et écoles de danse étatiques ont été invitées à une conférence commune sur la formation de la danse (AKT). Sur la base de cette plateforme, il s'agissait de définir la formation de danse en Allemagne et de lui conférer un profil international.

Afin de donner une voix politique au secteur de la danse, la fédération allemande de la danse (Dachverband Tanz Deutschland) a été créée. Elle fédère les institutions, au delà des différences de style, de mode de production et des divers domaines professionnels. Le travail de la fédération consiste à élabore des documents de synthèse et des concepts de promotion. Elle lance et réalise par ailleurs des projets et des campagnes.

Au titre de mesure de promotion des publications, un premier ouvrage de références sur les techniques de la danse contemporaine a été édité. Différentes archives, réunies dans l'association allemande des archives de danse, ont en outre produit l'atlas numérique de la danse : il s'agit d'une base de données en ligne qui a pour objectif de documenter l'histoire de la danse en Allemagne depuis 1900, à travers des films, photographies, textes imprimés etc. et de promouvoir l'art de la danse comme objet de recherches.

Par ailleurs, la formation de danse biennale a suscité en 2014 un échange animé entre étudiants et enseignants sous forme d'ateliers, de forums et de représentations. Après avoir eu lieu d'abord à Berlin, Essen et Francfort, la quatrième formation de danse biennale a été organisée sous la direction de Jason Beechey à l'Ecole Supérieure Palucca de Dresde.

Cette école de danse, créée en 1925 par Gret Palucca, célèbre danseuse et professeur de danse, se démarque, car elle est la seule école supérieure de danse autonome en Allemagne, réunissant dans son programme aussi bien la danse contemporaine que classique, ainsi que l'improvisation et même la possibilité de suivre une formation de chorégraphe ou pédagogue de la danse. Dans le cadre d'un projet sur trois ans, l'Ecole Supérieure Palucca coopère depuis 2014 avec le Goethe-Institut Tunis pour préparer et planifier une institution académique de la danse en Tunisie.

Pour la mise en place d'une telle structure de formation, il faut, selon Jason Beechey, un plan d'affaire solide. Par ailleurs, il faut trouver des mécanismes de promotion concrets et à long terme. Une communauté qui repose sur le renforcement réciproque est aussi important que la prise de contact avec les spécialistes du domaine. Enfin, le plan nécessite également un bon leader et une équipe composée de personnes engagées et travaillant durement, prêts à relever ce défi.

L'Ecole Supérieure Palucca bénéficie elle même d'environ 3,5 million d'euro par année budgétaire de la part de la région de la Saxe. Ce budget doit également couvrir les frais de personnel, nous explique Eileen Mägel, la directrice du développement stratégique des écoles supérieures et de la communication. En revanche, l'école ne demande pas de frais de scolarité. "Si on prélevait des frais de scolarité, cela permettrait bien entendu de financer pas mal de choses, cependant, cela exclurait d'avance un important groupe de talents issus de couches moins favorisées" argumente Eileen Mägel.

Pour compléter, Jason Beechey détaille les critères selon lesquels les élèves sont sélectionnés lors du test d'aptitude à l'Ecole Supérieure Palucca. Ce sont avant tout la curiosité, la coordination, l'oreille musicale et l'aptitude physique au profil visé. Pour le corps enseignant de l'Ecole Supérieure Palucca, Beechey recherche de manière ciblée des enseignants qui possèdent un talent pédagogique marqué, une carrière professionnelle de danseur et l'esprit d'équipe. A la question, quel conseil il peut donner aux passionnés de la danse qui essaient d'établir une formation de danse, il répond : "Ne jamais perdre la foi! Il faut du temps, de l'endurance, du dur labeur et de l'énergie - mais si on le fait par passion et par amour de la danse, cela vaut la peine!"