Elixir De la dévotion pour stimuler la culture Bio

C'est comme une mobilisation générale... Une forêt, des cultures maraîchères, des produits céréaliers, des eaux florales, des plantes aromatiques et médicinales, un groupe Facebook, une tente-resto de dégustation où ils accueillent de petits producteurs, un Déjeuner, une Pause, un Marché... Le tout sous le triple label Bio/Nature/Terroir.

Du jamais vu en Tunisie, où les tentatives d'introduire la culture Bio font légion, car "Elixir" s'est très singulièrement dévouer à ne laisser nul espace Bio sans le défricher.

Ils sont deux aux commandes d'Elixir : Afif Chiboub, un juriste de profession, et Sarra S'hili, ingénieur en industrie agroalimentaire polyvalente, diplômée de l'Institut national d'agronomie de Tunisie. Ce qu'ils ont en commun, c'est une passion déclarée pour la culture Bio.

Sarra S'hili, qui gère les choses au jour le jour, a suivi un parcours autodidacte après son diplôme d'ingénieur pour comprendre les méandres de ce domaine : "Si je n'ai pas eu de formation Bio, j'ai rapidement développé mes connaissances en lisant des livres spécialisés et en m'informant sur des sites Internet dédiés. De plus, le Centre technique de l'agriculture biologique de Chott Meriem nous a beaucoup aidé en matière d'assistance technique, surtout Houssem Nabli , expert en la matière."

Le Bio est très conseillé dans les états cancéreux

"Au départ, nous avions une ferme de 100ha à Oudhna où nous produisions essentiellement des olives de table et des amandes de façon traditionnelle. Et, c'est depuis octobre 2013 que nous nous sommes convertis à l'agriculture Bio parce que nous souhaitions valoriser la ferme par le respect de l'environnement et que nous étions contre l'usage des pesticides et des autres produits chimiques dans le cycle de la production. De plus, nous savions que le Bio est très conseillé dans les états cancéreux. Nous avons donc commencé par convertir les oliviers et les amandiers en mode Bio et aujourd'hui nous avons une forêt certifiée Bio par l'organise de certification italien IMC, sur 9ha. Le reste est en période de conversion et l'année prochaine, 3 ans après le début de l’aventure, nous serons entièrement Bio", atteste Sarra S'hili, co-gérante d'Elixir.

Sa source d'orgueil est une petite parcelle de 1ha où aucun pesticide n'a jamais été utilisé. Cette parcelle est ainsi certifiée aux normes Bio et Sarrah y cultive des cultures maraîchères : piment, tomate, pastèque, persil, épinard, radis... Car la règle en Bio est la rotation des cultures.

Accueil d'artisans en 'oula', fromagerie, confiture, miel...

Elixir utilise également des moyens de lutte biologique. Par exemple en bordure des parcelles, on cultive menthe, lavande... et autres plantes aromatiques car elles sont très efficaces dans la lutte contre certains insectes. On réalise aussi du purin d'ortie comme insecticide (après macération dans l'eau et fermentation). On utilise aussi l'association de plantes dont le voisinage est bénéfique (ail et tomate...). Une ligne de production qui a démarré en mai 2014 sur 2000 m2 pour atteindre aujourd'hui 1 ha et 9ha dans l'avenir.

Au début, Elixir travaillait sur commandes avec quelques clients particuliers et seulement 14 employés dont 3 cadres. Puis, Sarra a eu l'idée de créer un groupe Facebook pour lancer la consommation Bio (15 680 membres) et une vingtaine de clients sont venus s’ajouter à la liste. Malgré des débuts difficiles, les créateurs d’Elixir ont tenu bon et ont lancé, en février 2015, le marché "Bio, nature et terroir" visant des particuliers. Ils comptent aujourd’hui un point de vente "Vi-Bio et Nature", une boutique à la Marsa, un "Bio Market" à Sousse... sans oublier le point point de vente "Elixir" à Tunis (bio, naturel et terroir) qui accueille aussi la production des autres : céréales, eaux florales, confitures, plantes aromatiques et médicinales, épices...

Il y a également le marché sous tente où des artisans ('oula', fromagerie, confiture, miel...) sont accueillis.

Malgré les difficultés, Elixir ne manque pas de projets. Elle ambitionne de reprendre le resto sous une nouvelle forme de plats à emporter salades, une ferme pédagogique (en cours de réalisation), des ateliers pour enfants et seniors (ateliers fromagerie, jardinage, salaison...), des parcours sportifs, des tables et des chambres d'hôte, une gamme complète de produits transformés ('oula', confiture, harissa, tomates séchées, olive, huile d'olive...) avec en prime la création de nouveaux emplois.