Groupe TUNI-PECHE L’audace et la perspicacité de trois amis !

Ils sont trois investisseurs, deux frères et leur ami. Les deux frères ont repris et développer l’entreprise familiale de textile puis, ils ont découvert qu’ils avaient la "fibre aquaculture". Le déclic s’est produit en 2004 quand ils ont décidé de créer la société TUNI-PECHE, spécialisée dans l’élevage de poissons. 

« Ils », ce sont Sami et Selim Driss, deux ingénieurs informaticiens et leur ami, Sami Khanfir, ingénieur informaticien lui aussi. Leur association-partenariat est intervenue en 2009. Mais, très vite, l’idée de créer deux entités complémentaires a vu le jour. Ce sera TUNI-PECHE Aquafeed et TUNI-PECHE Aquatrade.

Dès lors, il a fallu repenser toute la stratégie de développement de la société : définition et mise en place d’un nouveau business plan de 5 ans, introduction et élevage de poissons qui n’existaient pas en Tunisie, recrutement de cadres supérieurs et même, création d’un centre de recherches.

Grâce à leur persévérance, en 2010 les trois associés commencent à récolter les fruits de leurs efforts. Puis en 2011, il y a eu la révolution. Mais, malgré un contexte incertain, le trio persiste et apprend à se réorganiser et à s’adapter.

Élevage du Tilapia thaïlandais en Tunisie

Afin de trouver des idées pour développer l’entreprise, les trois associés entreprennent des voyages à l’étranger. «C’est à partir de là que nous avons décidé de changer notre stratégie et d’opter pour le développement des espèces qui n’existaient pas en Tunisie jusqu’à ce jour », expliquent-ils.

C’est ainsi qu’ils ont eu l’idée de l’élevage du Tilapia rouge en Tunisie, d’où son appellation Hamraya de Djerba. « C’est une espèce de poisson exotique que nous avons ramenée nous-mêmes de la Thaïlande (leader dans le domaine de l’aquaculture et de la pisciculture de qualité…)». TUNI-PECHE a alors mis en place tout un programme de marketing pour le lancement de la Hamraya de Djerba sur le marché. D’ailleurs, le Salon international de l’agriculture du Kram (qui aura lieu cette année du 28 octobre au 1er novembre) représente pour les trois associés un rendez-vous très important.

Après la Tunisie, la conquête de l’Afrique

L’ambition de TUNI-PECHE est de devenir le leader du secteur de l’élevage de poissons aussi bien en Tunisie qu’en Afrique subsaharienne. Car, « comme beaucoup le disent, l’Afrique est à l’orée d’une grande révolution économique, technologique et sociale ». « Nous voulons donc nous placer en première ligne de cette démarche », affirme le trio.

D’ailleurs, plusieurs délégations africaines, celles du Niger, Benin, Togo, Burkina Faso, Tchad, et même du Maroc, ont pris contact avec l’entreprise ces dernières années. Et s’il en est ainsi, c’est parce que TUNI-PECHE a su développer en parallèle, une technique et un savoir-faire dans la gestion et la distribution de l’eau en matière d’élevage de poissons. Cette technique permet d’économiser au maximum l’eau. Il n’y a pratiquement aucune perte. Comment ? « A travers la création de projets intégrés comme celui du recyclage des eaux usées pour l’irrigation des arbres fruitiers, du riz, etc. Il faut savoir que ces eaux usées sont bien plus efficaces que tous les autres fertilisants. Nous avons déjà réalisé cette expérience en Tunisie. Elle marche à merveille », affirment les partenaires de TUNI-PECHE.

Avec cette technique, TUNI-PECHE ambitionne de rendre l’Afrique plus autonomie en matière d’agriculture en général et d’élevage de poissons en particulier. « L’objectif ultime, c’est de développer et de pousser le plus loin possible la coopération sud-sud dans ce domaine ».

En ce qui concerne la gestion de l’entreprise, toutes les décisions, de la plus petite à la plus stratégique, se prennent à l’unanimité entre les trois associés, après discussion et approbation. Ainsi, chacun peut gérer l’entreprise en l’absence des autres.

De plus, TUNI-PECHE est financièrement indépendante. Elle ne bénéficie d’aucun crédit bancaire ni d’aucun apport externe.

Par ailleurs, l’entreprise emploie 18 personnes, dont 3 ingénieurs et deux techniciens supérieurs.

Un marketing ciblé…

TUNI-PECHE a besoin d’être visible, de faire connaître ses produits (le Tilapia rouge et Tilapia noir), les aliments pour poissons qu’elle fabrique sur mesure ainsi que la technique qu’elle a réussie à mettre en place même si elle doit supporter des coûts de transports importants. En effet, la société est située sur l’île de Djerba, plus précisément à Ajim, une région rattachée au continent par un seul pont et pratiquement démunie en termes de logistique et de transport. Par conséquent, faire parvenir les produits de TUNI-PECHE sur le contient coûte souvent cher à l’entreprise, d’autant plus qu’il faut parcourir une centaine de kilomètres avant d’atteindre le pont qui relie l’île au continent.

Néanmoins, TUNI-PECHE, entreprise spécialisée dans la pisciculture, a de belles perspectives de développement. C’est aussi une entreprise socialement intégrée dans la région de Djerba et les trois cogérants nourrissent de grandes ambitions pour la Tunisie et pour l’Afrique.