Khatawat 2018

KFW Foto: Callum Francis Hugh, Goethe-Institut, 2015

Concours de courts-métrages autour du thème «Ma rue»

Initié en 2013 par le Goethe-Institut Tunis et l’Institut Français de Tunisie dans le cadre de l’amitié franco-allemande, le concours annuel de courts métrages pour les jeunes étudiants en cinéma et pour les cinéastes amateurs en Tunisie a contribué, pendant 5 ans, à la formation de plus de deux cents jeunes. Ce qui a permis à certains d’entre eux d’entamer une carrière cinématographique aussi bien en Tunisie qu’en Europe.
 


En 2015, le Centre National du Cinéma et de l’Image tunisien s’est associé à ce projet en tant que partenaire principal. Ceci a consolidé le fonctionnement du concours et a assuré sa continuité durant ces trois dernières années. Cette année, à l’occasion de sa sixième édition, ce concours de courts-métrages, rebaptisé Khatawat (CINÉ PAR’COURT), est passé sous l’égide d’une équipe tunisienne.
Le Centre National du Cinéma et de l’Image tunisien, avec le soutien du Goethe-Institut a organisé plusieurs workshops depuis le début de l’année afin d’enseigner aux participant(e)s tous les domaines de la production cinématographique. A la fin du concours chaque équipe présentera son court métrage sur le thème :
 
«Ma rue»
 
Le concours est réservé aux étudiant(e)s des écoles tunisiennes de cinéma, d’art et d’audiovisuel ainsi qu’aux jeunes cinéastes amateur(e)s âgé(e)s de moins de 25 ans. Cette année il y a sept groupes d’un minimum de cinq participant(e)s. Chaque équipe a reçu un budget pour la production du court métrage et la présence des participant(e)s sélectionné(e)s aux six ateliers de formation est obligatoire.
Dans la cadre de sa participation, le Goethe-Institut a invité deux formateurs de grande renommée pour les ateliers. Marie Noëlle Sehr a soutenu les participants en ligne et sur place dans le développement de leurs scénarios, personnages et dramaturgie. Marc Parisotto, gagnant du « Deutscher Filmpreis » (Prix du film allemand) dans la catégorie « Meilleur son » en 2006, fera un master class sur le montage son et dirigera un autre atelier en été.
Les courts métrages finis sont soumis à un jury tunisien composé de Majd Mastoura, acteur, Walid Mattar, réalisateur et Amna Guellali, directrice du bureau de Tunis de Human Rights Watch qui sélectionnera les films les plus prometteurs.
La soirée de remise des prix aura lieu le 12 octobre 2018 à la « Cite de la Culture ». Le prix consiste en la participation de l’équipe gagnante au Festival International « Interfilm » à Berlin.
 
Le règlement est à consulter sur la page Facebook : fb.me/khatawat2018
 

 

Majd Mastoura est un acteur tunisien dont le talent a été révélé en 2014  grâce au film Bidoun 2 de Jilani Saadi. En 2016, il a remporté l’Ours d’argent du meilleur acteur à la 66éme édition du Festival international du film de Berlin pour son interprétation dans Hedi de Mohamed Ben Attia. Il a également obtenu, pour le même rôle, le prix annuel du meilleur acteur « prix des critiques (Critic awards) », dans le cadre de la 70ème édition du festival de Cannes.
Il joue un rôle dans la dernière création du chorégraphe Radhouane Meddeb Face à la mer, pour que les larmes deviennent des éclats de rire présenté à la 71éme édition du Festival d’Avignon.
Il est l’un des initiateurs du mouvement de street poetry (Klem Cheraa). Il a traduit en dialecte tunisien « La chose publique ou l’invention de la politique » de Philippe Dujardin paru aux éditions Dar Al-Janoub (Sud éditions).
 
 
Walid Mattar est un réalisateur tunisien. Il a été formé au sein de la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs.
En 2003, son premier court métrage Le cuirassé Abdelkarim obtient le premier prix national au FIFAK.
En 2005, il réalise Fils de tortue. En 2006, il co-réalise, dans le cadre du projet « 10 Courts, 10 regards », le court métrage Sbeh El Khir  avec Leyla Bouzid. La même année, il réalise, en France, un court métrage documentaire Da Giorgio. 
En 2010, son cinquième court métrage Condamnations est sélectionné et primé à Cinemed Montpellier. Ont suivi Offrande en 2011, et Baba Noël en 2012.
En 2017, son premier long métrage Vent du nord remporte trois prix aux Journées Cinématographiques de Carthage : le TANIT D’OR Taher Cheriaa de la première œuvre, le prix du meilleur scenario et le prix du jury TV5 Monde.
 
Amna Guellali est la directice du bureau de Tunis de Human Rights Watch. Elle est responsable des recherches sur la Tunisie et sur l'Algérie, auprès de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de l'organisation. Avant de rejoindre Human Rights Watch, Amna Guellali a travaillé comme analyste au bureau du Procureur de la Cour pénale internationale à La Haye, en tant que chercheuse principale au département de droit international à l'Institut Asser, et comme conseillère juridique à la délégation régionale du Comité international de la Croix-Rouge à Tunis. Elle est également passionnée de cinéma et tient un blog qu’elle a appelé Cinémonde, en hommage à Serge Daney.
 
KFW_2015

CONCOURS COURTS-MÉTRAGES 2015

Dans des entretiens, les réalisateurs nous parlent du long chemin qui sépare la première idée du film fini et les difficultés à surmonter, et ils tirent un premier bilan de ce que le workshop leur a appris.