Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Rapport
Megagame-Workshop

Megagame-Workshop
© Kirsten Juchem

«Bienvenue dans l’avenir de l’Afrique» sont les mots qui ont souhaité la bienvenue aux participants de 15 pays africains à un atelier organisé au Goethe-Institut à Addis Ababa. L'objectif ambitieux de la semaine: développer un jeu ensemble. L'atelier fait partie de «Enter Africa», un projet de deux ans visant à promouvoir le développement de jeux analogiques et digitaux en Afrique subsaharienne. 15 Goethe-Instituts permettent ainsi aux jeunes d’anticiper activement la transformation des mégapoles africaines dans le contexte de la mondialisation et de la numérisation, ainsi que les conséquences de ce développement sur les identités et les cultures. 

L'atelier représente une étape importante et le point de départ de la deuxième phase du projet «Enter Africa». Après que chacune des équipes ait créé une application de  jeu basé sur la localisation portant sur un défi spécifique de leur ville - appuyées par les deux concepteurs expérimentés Bethlehem Anteneh, Dagmawi Bedilu et Christoph Deeg, expert allemand dans le domaine des jeux qui participe au projet depuis un an, - elles se sont réunies pour la première fois pour intégrer leurs visions et leurs idées dans un jeu.

Les échanges interculturels et la recherche de thèmes communs ont été particulièrement importants lors de l'atelier. Une soirée internationale, au cours de laquelle le groupe Enter Africa, nouvellement fondé, a interprété des chansons de toutes les parties du continent africain, a illustré la diversité et les points communs des pays participants. Les objets que les participants ont apportés pour présenter leurs pays constituent un autre exemple aussi: Dans ce contexte, les différentes variantes d'un jeu de haricots sont venues du Ghana, du Rwanda et de l'Ouganda. Des chevauchements existent également entre les thèmes des jeux basés sur la localisation: ils abordent des défis tels que la pollution et la gestion des ressources, les transports et les infrastructures, les questions d'identité et culturelles, mais aussi la capacité d'innovation et la créativité des jeunes citadins africains.
Megagame-Workshop © Bemnet Fekadu Trouver des éléments de raccord et un terrain d’entente entre eux grâce à un processus démocratique et participatif a été une étape cruciale dans la création du mégagame. Ce processus a été animé par les responsables du projet, Julia Sattler du Goethe-Institut d’Addis Abeba et Stefanie Kastner du Goethe-Institut de Johannesburg. En même temps, les participants étaient en contact avec leurs équipes chez eux pour les impliquer dans les décisions.
Ce qui est devenu évident est que les participants ressentaient réellement le besoin de parler des problèmes de l’Afrique et de les aborder de manière positive - quelle approche conviendrait mieux à cela qu’un jeu qui implique des citoyens de tant de pays africains dans le processus de développement? La communauté transnationale qui a déjà été créée à travers «Enter Africa» perçoit ce projet à grande échelle comme étant le sien et s’engage à prendre en main d’autres thèmes à l’avenir. Cette coopération culturelle a été rendue possible grâce au réseau du Goethe-Institut.

Vers la fin de l'atelier, la structure narrative du mégagame est devenue de plus en plus tangible: des royaumes fictifs commercent avec leurs ressources. Ils ouvrent ou renforcent leurs frontières et utilisent leurs pouvoirs spécifiques pour construire des cultures fortes. Les joueurs peuvent ainsi découvrir quelles formes de coopération peuvent mener à une société vivable et prospère. Des apports importants sur les mécaniques des jeux ont été apportés par Christoph Deeg, Bethlehem Anteneh et Dagmawi Bedilu. Que représente le hasard, quel choix stratégique pour les joueurs? Quelles sont les incitations à la collaboration ou à la compétition - voire au sabotage? Les idées ont été transférées dans un premier prototype avec l'aide de Steven Tu venu de l'Afrique du Sud, qui a été choisi comme concepteur du mégagame et qui a rapidement créé une première version du plateau et des cartes.
Megagame-Workshop © Bemnet Fekadu Désormais, outre les jeux basés sur la localisation, le mégagame sera développé de manière à pouvoir être lancé au Festival A Maze à Berlin ainsi qu'au Gamescom à Cologne en 2019. En outre, le mégagame et les quinze jeux basés sur la localisation seront présentés à différentes occasions sur le continent africain au cours de l’année prochaine. Au-delà, le réseau «Enter Africa» se développera  à l'avenir. «Je ne me suis jamais senti aussi africain», a déclaré l'un des participants à l'atelier - résumant ce que les initiateurs du projet souhaitaient en matière d'appropriation et de participation.

 
Les instituts participants comprennent:
Accra / Ghana, Addis Abeba / Éthiopie, Kampala / Ouganda, Daressalam / Tanzanie, Kigali / Rwanda, Windhoek / Namibie, Johannesburg / Afrique du Sud, Nairobi / Kenya, Ouagadougou / Burkina Faso, Kinshasa / RDC, Lomé / Togo, Abidjan / Côte d'Ivoire, Dakar / Sénégal, Yaoundé / Cameroun, Lagos / Nigeria

Retour