Discours artistique Façonner le passé

Décolonisation – Joel Garcia, boursier de Monument Lab (Los Angeles) : l’artiste, qui vit dans le sud de la Californie (USA), vient d’une famille appartenant au peuple indigène mexicain des Huichol qui a souffert de l’expulsion massive des premiers habitants d’Amérique. Il n’a cessé de travailler de manière créative à l’exploration et à l’analyse de la suprématie blanche ainsi qu’aux expériences qui vont de pair avec elle.
Joel Garcia, boursier de Monument Lab (Los Angeles) : l’artiste, qui vit dans le sud de la Californie (USA), vient d’une famille appartenant au peuple indigène mexicain des Huichol qui a souffert de l’expulsion massive des premiers habitants d’Amérique. Il n’a cessé de travailler de manière créative à l’exploration et à l’analyse de la suprématie blanche ainsi qu’aux expériences qui vont de pair avec elle. | © CJ Willis
  • 01. janvier 2020 — 31. décembre 2021

  • Culture de la mémoire, Production artistique postcoloniale, La réconciliation avec le passé colonial

  • Philadelphia (Etats-Unis); Berlin (Allemagne); Washington (Etats-Unis)

« Gestaltung der Vergangenheit » (Façonner le passé) incite à une confrontation artistique avec les monuments racistes et colonialistes qui font partie de la mémoire collective, en Amérique du Nord comme en Allemagne. Ce projet interdisciplinaire encourage les échanges transnationaux entre artistes, commissaires d’exposition et historien-nes dans le but de concevoir autrement les monuments.

Les lieux de mémoire que sont les monuments, les statues, les parcs et les noms de rue forment une perception collective de la société. Ils exercent une influence importante sur ce qui est perçu, effacé ou nié. Les personnes qui effectuent ce travail de mémoire mettent en lumière la visibilité (ou l’invisibilité) et le potentiel des diverses interprétations du passé dans l’espace public. Le projet Gestaltung der Vergangenheit (Façonner le passé) rassemble des personnes, venant de plusieurs villes d’Amérique et d’Allemagne, qui travaillent sur la mémoire, en empruntant des chemins innovants pour construire et réhabiliter des monuments dans leur contexte local.

18 artistes venant des USA, du Mexique, du Canada et d’Allemagne sont encouragés, dans le cadre d’un programme de bourses, à développer de nouvelles approches créatives pour l’art public, l’histoire et la mémoire. En outre, Gestaltung der Vergangenheit prévoit également en 2020 une conférence en ligne et différentes conférences non conventionnelles (« unconferences ») dans des villes nord-américaines et allemandes. Le projet débouchera en 2021 sur une exposition et une publication des projets réalisés par les bénéficiaires des bourses afin d’apporter une contribution majeure à l’ensemble des monuments existants et à leur renouvellement.

Gestaltung der Vergangenheit est une coopération entre le Goethe-Institut, le Monument Lab, un atelier indépendant basé à Philadelphie /USA, dédié à l’art dans l’espace public et à l’histoire, et qui s’intéresse au discours critique sur le passé, le présent et le futur des monuments, et le Centre fédéral pour l’éducation politique en Allemagne (bpb : Bundeszentrale für politische Bildung).