La police secrète portugaise pendant la période coloniale au Mozambique La mémoire a plusieurs chapitres

Interview d’Inadelso Cossa
Interview d’Inadelso Cossa | © Goethe-Institut

En 2016, le réalisateur mozambicain Inadelso Cossa a tourné un documentaire sur les victimes et les bourreaux de la PIDE, la police politique portugaise qui sévit pendant la période coloniale au Mozambique. « Uma memória em três atos » (Un souvenir en trois actes) est, comme il l’appelle, un travail de mémoire postcolonial.

De Teresa Althen

Le film part du fait que cette partie de l’histoire du Mozambique n’est pas enseignée à la jeune génération du pays. En débutant ses recherches, Inadelso Cossa a aussi découvert toute la difficulté d’accéder aux archives sur ce sujet. Pour le réalisateur, ces deux constats sont révélateurs de la manière dont le pays aborde son passé : rien n’est fait pour encourager un regard critique sur la période coloniale et les archives ne sont simplement pas accessibles au public. L’enseignement scolaire se borne au récit classique du grand combat pour l’indépendance du pays. « Quand on devient adulte, on se rend compte qu'il existe plusieurs versions historiques qui ne correspondent pas à la réalité enseignée. Il faut beaucoup creuser et se battre pour connaitre la vraie histoire. » Le documentaire d’Inadelso Cossa se base ainsi largement sur les déclarations de personnes qui l'ont vécue et doit son intensité à la tradition du témoignage oral.
 
Pour le réalisateur, travailler sur l’histoire de son pays est à la fois un défi et une responsabilité : Comment réveiller la mémoire à partir d’archives qui étaient à l’époque destinées à la propagande ? Comment un réalisateur peut-il utiliser ces supports pour raconter l’histoire de tout un pays, de toute une génération ? Avec Uma Memória em Três Atos, Inadelso Cossa veut construire des ponts et panser des blessures. Il espère que beaucoup d’autres films sur le passé verront le jour dans son pays.
 
 
Des archives vidéo (dé)coloniales

La plupart des ressources vidéo produites dans le contexte colonial est conservée dans les archives européennes. Seule une infime partie de ces contenus a été filmée de la perspective des colonisés. À qui appartiennent ces archives ? Comment et à qui les rendre accessibles ? Pourquoi certaines de ces archives tombent dans l’oubli et que faire pour empêcher cela ? Les opinions et expériences de plusieurs experts sont à découvrir dans les interviews suivantes.