Latitude

Avec le magazine mondial en ligne « Latitude », le Goethe-Institut invite à échanger différents points de vue sur les relations de pouvoir coloniales, leurs conséquences et surtout leur dépassement. Dans des interviews, des essais et de nombreux autres formats, des sujets tels que la décolonisation, la préservation des cultures indigènes, le rôle des musées, la restitution et le traitement du patrimoine culturel sont abordés.
 
L'échange mondial sur les questions postcoloniales est essentiel pour comprendre les relations de pouvoir colonial, examiner de manière critique l'ordre mondial postcolonial et le rôle des musées, ainsi que leurs conséquences. Ce n'est que grâce à cet échange que l'on peut créer une base pour faire avancer la décolonisation, ce qui va de pair avec le dépassement des relations de pouvoir, la réflexion sur la restitution et le traitement du patrimoine culturel. Avec Latitude, le Goethe-Institut donne la parole à des protagonistes et des acteurs de différents pays pour raconter une histoire aussi polyphonique que complexe.

Le terme « Latitude »

« Latitude » désigne le concept cartographique d'une ligne de démarcation par rapport à l'équateur, qui s'accompagne d'une distinction entre les latitudes sud et nord. Par cette séparation, le terme désigne de façon associative l'inégalité en termes de rapports de force : l'imposition du pouvoir systématique de nombreux pays du Nord global sur les régions du Sud. Pour une connotation plus positive, le magazine en ligne souhaite associer le terme « latitude » au concept de liberté, en dehors de la division statique entre le Nord et le Sud. Au contraire, l'objectif est de promouvoir un échange global et « libre » afin de permettre une relation d'égalité entre tous les acteurs. Le magazine en ligne Latitude est un tel espace d'échange respectueux - culturel, politique, économique et esthétique.

S'appuyer sur les réseaux

Le magazine en ligne a été lancé en septembre 2019 et, en coopération avec des experts de la science, de la culture et de l'art, il regroupe un large éventail de discussions sur le sujet. Nous mettons régulièrement l'accent sur une thématique particulière. Des écrivain.e.s tels que Cidinha da Silva du Brésil et Philipp Khabo Koepsell d'Allemagne ont écrit des essais sur la « littérature noire » et son positionnement sur la scène littéraire mondiale. Le nombre croissant de témoignages sur Latitude est accessible via un index d'experts, ce qui rend les participant.e.s visibles et facilite la mise en réseau. De plus, les idées et les points de vue de nombreux projets du Goethe-Institut sur la décolonisation et les relations de pouvoir postcoloniales sont intégrés dans les récits du magazine.

Discours aux multiples perspectives

Les thèmes abordés sur le site Latitude vont de la restitution à leurs sociétés d'origine d'objets d'art acquis illégalement et de la décolonisation des musées à la redéfinition des relations de pouvoir entre l'Occident et le Sud global jusqu'à la réorientation de la coopération post-coloniale au développement. Par exemple, le traitement des objets d'art controversés provenant des anciennes colonies sera examiné sous différents angles, par des experts qui demandent un rapatriement inconditionnel ainsi que par les partisans d'un éventail plus large d'approches alternatives à la coopération entre les anciennes colonies et les puissances coloniales. Ces débats sont nécessaires - dans le sens d'un monde décolonisé et antiraciste.

L'équipe de la rédaction