Projets

Table ronde « Langue – Langue officielle – dialecte » (Serbie)

Des interviews d’interlocuteurs originaires de Suisse allemande sont, à la télévision allemande, souvent sous-titrés, car beaucoup d’Allemands, sans cela, ne les comprendraient pas. La linguistique parle de l’allemand comme d’une langue pluricentrique, mais on pourrait tout à fait considérer l’autrichien et le suisse allemand comme des langues autonomes. Qu’est-ce qui distingue alors langue et dialecte et comment (ou peut-être devrait-on demander : pourquoi) une langue devient-elle langue nationale ?

L’évocation de ces questions à l’exemple de la/des langue/s allemande/s éclaire d’un jour intéressant le traitement de la question linguistique dans la région dont la langue était qualifiée autrefois de serbo-croate. Avec la participation du professeur Ulrich Ammon (Allemagne), du professeur Rudolf de Cillia (Autriche), du professeur Georges Lüdi (Suisse), du professeur Ivan Klajn (Serbien) et de Daniel Grabic (Allemagne).

En collaboration avec le Forum culturel autrichien et l’ambassade de Suisse.

Intervenants participants :

Prof. Dr. Ulrich Ammon est professeur de linguistique allemande avec comme point fort la sociolinguistique à l’université de Duisburg-Essen. Il a été professeur invité dans des universités entre autres aux États-Unis, en Australie, au Japon et en Autriche. Parmi ses publications les plus importantes (au total 14 monographies et environ 250 articles) comptent : « Dialecte, inégalité sociale et école », 1972 ; « La position internationale de la langue allemande », 1991; « La langue allemande en Allemagne, en Autriche et en Suisse », 1995 ; « L’allemand – est-ce encore une langue internationale des sciences ? », 1998, et, avec Hans Bickel, Jakob Ebner et al., « Dictionnaire des variantes de la langue allemande. La langue allemande en Autriche, en Suisse et en Allemagne ainsi qu’au Liechtenstein, au Luxembourg, à l’Est de la Belgique et au Sud-Tyrol », 2004. Ces dernières années, il s’est consacré davantage aux questions de la politique des langues, par exemple dans le volume « Promotion des langues. La clé de la politique culturelle étrangère », 2000.

Prof. Dr. Rudolf de Cillia a fait des études de germanistique, romanistique et linguistique. Il est professeur de linguistique appliquée et d’enseignement des langues étrangères à l’institut de linguistique de l’université de Vienne. Son travail scientifique et éditorial est consacré à la didactique des langues étrangères et à l’enseignement des langues étrangères, à la politique des langues, aux minorités linguistiques, à la recherche sur l’immigration, à la thématique langue et politique, à l’analyse critique du discours et à la recherche scientifique linguistique sur les préjugés.
Prof. Dr. Ivan Klajn (* 1937) a fait des études de langue et littérature italienne à la faculté philologique de Belgrade. Dans son mémoire de maîtrise, il a traita le sujet « Mots d’origine étrangère en Italie d’après-guerre », dans sa thèse, il se consacra à « L’influence de la langue anglaise sur l’italien ». En tant que professeur titulaire à l’université, il enseigna la langue italienne contemporaine, la grammaire historique de la langue espagnole ainsi que la grammaire comparative des langues romanes. Depuis octobre 2002, il est professeur honoraire. En 2000, il a été élu membre correspondant et en 2003 membre actif de l’Académie serbe des sciences. Ivan Klajn est membre de la Commission pour la standardisation de la langue serbe depuis son fondement en 1997 et depuis 2000, il en est le président. Dans la « Matica srpska » (l'institution scientifique et culturelle la plus ancienne de Serbie) il est depuis la parution du premier numéro rédacteur en chef de la revue Sprache heute. Depuis 1974, Ivan Klajn écrit des articles hebdomadaires dans les journaux et revues Borba, Ilustrovana Politika et Politika et depuis quinze ans également dans NIN.


Prof. Dr. Georges Lüdi (* 1943) est directeur de l’Institut de langue et de littérature françaises à l’université de Bâle. Il a fait des études de romanistique et linguistique à Zurich, Madrid et Montpellier. En 1971, il a passé son doctorat à l’université de Zurich et s’est qualifié en 1976 pour l’enseignement supérieur en linguistique française et espagnol. Depuis 1982, il est titulaire de la chaire de professeur de linguistique française à l’université de Bâle. 1994-1995 : doyen de la faculté de philologie et d’histoire 1996-2002 : président de la commission de planification de l’université de Bâle Depuis 1985 : président de la Fondation pour le FEW (Dictionnaire étymologique de la langue française) Depuis 1994 : membre du Conseil politico-scientifique pour les sciences sociales de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales 1998 : président du groupe d’experts pour une conception universelle des langues pour l’enseignement primaire de la CDIP (Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique) Depuis 1997 : conseiller scientifique du Conseil européen pour les questions politico-linguistiques.

Daniel Grabic (*1979) a grandi à Mönchengladbach où il obtint son baccalauréat en 1999. En 2005, il a obtenu le titre de « Maîtrise » à la fin de ses études de management international de l’information à l’Institut de sciences linguistiques et informatiques appliquées de l’université de Hildesheim. Dans le cadre de ses études, il s’est intéressé entre autres aux aspects politico-linguistiques des origines, du développement et de la fin de la « communauté linguistique serbo-croate ». Depuis octobre 2005, il travaille dans le cadre de son doctorat sous la direction du professeur Stefan Troebst au centre de hautes études à l’université de Leipzig. Daniel Grabic étudie dans son travail le discours identitaire de l’élite pro-monténégrine en s’appuyant sur une analyse quantitative et qualitative du contenu du magazine monténégrin Monitor de 1990 à 2007.


Programme:

17 heures Accueil

17 h 15 Ulrich Ammon, professeur à l’université de Düsseldorf: « L’allemand comme langue avec plusieurs centres – les relations linguistiques entre l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse (allemande) »

17 h 40 Rudolf de Cillia, professeur à l’université de Vienne : « Langue/s – Langue d’État – Dialectes en Autriche »

18 heures Georges Lüdi, professeur à l’Université de Bâle : « La Suisse – Paysage linguistique »

18 h 30 Pause café

18 h 45 Daniel Grabic, université de Leipzig: « Le monténégrin comme une partie du discours identitaire au Monténégro aujourd’hui »

19 h 15 Ivan Klajn, professeur à l’Académie serbe des sciences à Belgrade : « Purisme et anti-purisme dans la langue serbe »

19 h 45 Discussion ouverte avec le public

Présentation : Jutta Gehrig
Sur le même thème

mehrsprachICH

Le vote est terminé! Notre ambassadeur du multilinguisme est …

11 Questions on Multilingualism

© colourbox.com
Successful Lithuanians and Germans tell about learning languages, language in daily life and multilingualism in Lithuania and Germany.

LE PARRAIN

copyright: Europäische Kommission
Leonard Orban, membre de la Commission européenne chargé du multilinguisme