Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Conférence en ligne « United for a New Future »
Sortir de la crise et regarder vers l’avenir

Alors que l’Allemagne va assurer la présidence du Conseil de l’UE jusqu’à la fin de l’année, le Goethe-Institut renforce son engagement pour l’Europe. Quelques jours avant le début de la présidence, lors de la conférence « United for a New Future », les créateurs de culture ont cherché des solutions pour sortir de la crise avec la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil de l’UE.

De Tanya Wittal-Düerkop et Benjamin Panten

Depuis le 1er juillet, la République fédérale d’Allemagne assume la présidence du Conseil de l’UE. À cette occasion, elle a ouvert un programme culturel européen axé sur la sphère publique et la solidarité européennes. La contribution du Goethe-Institut au programme culturel du gouvernement fédéral explore la question suivante : de quoi sera faite l’Europe de demain, et comment la cohésion européenne peut-elle l’emporter, y compris pendant la pandémie de coronavirus ? À travers le discours et l’art, les projets d’envergure européenne du Goethe-Institut sont consacrés à la diversité de l’Europe et à la création d’une sphère publique européenne commune. Johannes Ebert, secrétaire général du Goethe-Institut, souligne : « Précisément à l’heure où la Communauté européenne est durement touchée par les effets de la Covid-19 et où la pensée nationaliste prend de l’ampleur, nous axons nos projets sur le renforcement de la sphère publique européenne pour permettre la cohésion et la solidarité au niveau européen. »

Quelques jours avant le début de la présidence du Conseil de l’UE par l’Allemagne, Ebert a ouvert la conférence avec un appel urgent aux décideurs politiques. Il a annoncé percevoir la crise du coronavirus non seulement comme un élément perturbateur, mais aussi comme une lumière directrice pour aller de l’avant avec une nouvelle politique basée sur les valeurs, durable et innovante pour le secteur culturel et créatif dans l’Union européenne : « Ces derniers mois, des initiatives créatives et culturelles ont vu le jour au niveau international. Elles nous ont inspirés et ont créé de nouveaux espaces de liberté à un moment où la vie publique était à l’arrêt. Depuis le début de la crise, la Commission européenne et le Parlement européen ont développé des stratégies et ont rapidement débloqué des moyens financiers. J’espère que dans le nouveau cadre financier pluriannuel, l’écosystème culturel bénéficiera de ressources financières suffisantes pour booster l’innovation et la cohésion. Il en va de la survie de notre diversité culturelle. Il n’y a pas de meilleur moyen que de planifier et de concevoir ensemble. Et il n’y a pas de meilleur moment pour cela qu’actuellement. »

Une menace existentielle pour le secteur

L’industrie culturelle et créative fait partie des secteurs particulièrement touchés par la pandémie dans l’UE. Sur le plan financier, la crise du coronavirus constitue une menace existentielle pour le secteur. Les mesures de confinement ont été synonymes de destruction d’emplois et de perte de revenus, mais elles ont également mené à la sensibilisation du public et peut-être même à une plus grande considération. La conférence a donc listé les divers défis et difficultés auxquels les créateurs de culture sont actuellement confrontés.
Dans son discours d’ouverture, Mariya Gabriel, commissaire chargée de l’innovation, de la recherche, de la culture, de l’éducation et de la jeunesse a souligné l’importance de la plateforme « Creatives Unite ». Depuis mai 2020, cette dernière est coordonnée conjointement par le Goethe Institut et l’European Creative Hubs Network (ECHN) dans le cadre du projet « Creative FLIP », financé par l’UE. La plateforme rassemble une grande variété d’initiatives et d’informations actualisées relatives aux effets de la pandémie sur les acteurs du secteur culturel au sein et en dehors de l’UE. « Grâce à sa force d’innovation, sa créativité et sa diversité, le secteur culturel et créatif en particulier est capable de faire front à la crise », poursuit Mariya Gabriel. « Trouver des solutions ensemble pour sortir de la crise, continuer à renforcer le secteur et mettre à disposition des instruments pérennes, voilà en quoi consiste ma mission. »

La ministre de la Culture croate Nina Obuljen-Koržinek a souligné l’importance de la conférence et de la plateforme d’échange : « Pour les décideurs politiques que nous sommes, il est essentiel d’écouter, d’accompagner les idées des créateurs de culture et de développer des mesures appropriées aux échelons national et européen. »

Veelvuldige uitwisselingen ondanks de contactbeperkingen Veelvuldige uitwisselingen ondanks de contactbeperkingen | Foto: Wanda Poitschke

Développer des modèles de financement durables pour le secteur

Sabine Verheyen, présidente de la Commission de la culture et de l’éducation au Parlement européen, a vivement critiqué les récentes coupes de la Commission européenne au niveau des programmes éducatifs et culturels dans la proposition révisée du budget de l’UE 2021-2027. Elle a noté que les moyens financiers devaient être augmentés pour la scène culturelle et créative – l’une des plus durement touchées –, comme cela a déjà été négocié pour d’autres programmes. Après tout, avec près de 4 % du produit intérieur brut, le secteur participe activement à la performance économique globale dans l’UE.

Johannes Ebert est également opposé aux coupes budgétaires : « Nous nous trouvons à un moment crucial des négociations sur le futur cadre financier pluriannuel (CFP), une occasion unique de mettre en place un plan pour aider le secteur culturel et créatif à se remettre de la crise. Le Goethe-Institut intercède pour que les besoins du secteur soient pris en compte dans la nouvelle génération de programmes de l’UE et partage les préoccupations exprimées par le secteur au sujet de la récente proposition de coupes budgétaires pour les programmes "Creative Europe", "Solidarity Corps" et "Erasmus +". »

Generalsekretär Johannes Ebert
Goethe-Institut e.V.

Perspectives pour la scène culturelle et créative européenne

Christian Ehler, membre du Parlement européen, appelle à un changement structurel fondamental de l’économie dans son ensemble après la pandémie de coronavirus. Pour l’industrie culturelle et créative en particulier, il souhaiterait un programme de relance économique équivalent à celui des autres branches de l’industrie, et pas seulement des versements de compensations ou des apports en liquidités. Pour lui, c’est le seul moyen de vraiment renforcer le secteur, de préserver les emplois et même d’en créer de nouveaux. Les acteurs du secteur ne doivent pas se voir uniquement attribuer le rôle de victime, au contraire, ils doivent être considérés comme faisant partie de la solution et de la réponse à la crise, a déclaré l’eurodéputé. Cela nécessite deux choses de la part des décideurs politiques : offrir une sécurité en matière de planification et de véritables perspectives à la scène culturelle et créative européenne.