De plus en plus d’artistes prennent la direction des habitations privées
Cocooning avec art

105 Besme
©105 Besme

L’idée d’organiser des concerts, des représentations théâtrales ou des expositions dans des habitations privées ne date pas d’hier. Mais en cette ère des médias sociaux et de l’économie collaborative, du couchsurfing et d’Airbnb, le concept semble tout d’un coup prendre son essor.

L’art a investi la sphère privée il y a bien longtemps. Pensez par exemple à Hamlet, qui utilise une troupe de comédiens itinérants en visite au château de Kronborg à Elseneur pour démasquer son oncle Claudius, qu’il soupçonne d’avoir tué son père. Mais inviter des poètes, des musiciens ou des acteurs dans son salon a longtemps été le privilège de la haute société. Aujourd’hui, le principe s’est démocratisé et connaît un succès croissant. Il est difficile de retracer l’origine de cette tendance, mais revenons à l’une des premières fois où l’art est entré dans le salon du citoyen belge lambda. C’était en 1986, lorsque Jan Hoet (1936-2014) – le célèbre commissaire puis directeur de musée du SMAK de Gand et du MARTa Herford – a organisé le parcours d’exposition Chambres d'Amis à Gand. Il avait invité 51 artistes internationaux à créer une œuvre inédite pour quelques habitations privées dans la ville. Chambres d'Amis s’est vite imposée comme l’exposition européenne de l’année et reste toujours un modèle. L’artiste belge Sarah Vanhee y a par exemple encore fait référence, il y a quelques années, lorsqu’elle a proposé à des gens ordinaires de présenter et d’expliquer leur « collection artistique », chez eux, à Gand, Louvain et Francfort, dans le cadre de son projet Untitled.
Aujourd’hui, exposer de l’art visuel contemporain dans des habitations privées n’est plus une exception. Allez par exemple jeter un œil au 105Besme. Cet espace dynamique du circuit artistique bruxellois, qui expose les œuvres d’artistes émergents et de grands noms de la scène internationale, n’est pas une galerie, mais simplement l’appartement privé de la commissaire Tania Nasielski. En Allemagne aussi, les collections artistiques privées se portent très bien. Selon le BMW Art Guide by Independent Collectors – le premier guide qui répertorie les collections privées d’environ quarante pays –, l’Allemagne compterait même le plus grand nombre de collections privées et celles-ci seraient aussi de plus en plus accessibles au public depuis les années 90.
 

Live dans le living

Konzert im Wohnzimmer: Salon Bombardon © Hylke Gryseels Autre phénomène très en vogue pour le moment : les concerts de salon. Des initiatives comme Living Room Music Festival, Live in your Living Room, Living Piano, Rent a pianist – ou Bedroomdisco et Live in the living en Allemagne – donnent une nouvelle dimension au concept de musique de chambre. Des concerts de salon classiques existent aussi, mais, dans cette niche, c’est surtout le mariage entre la musique populaire et les médias sociaux qui rencontre un grand succès. Des espaces privés sont mis à disposition, les coûts sont partagés et, en plus de l’expérience artistique, l’aspect[I1]  social et le contact direct avec les artistes jouent un rôle tout aussi important. Inspirée par les exemples américain de Gigit, britannique de Sofar (Songs from a room) et français de Concert en Appart, la Belgique a maintenant aussi une sorte d’Airbnb pour les concerts de salon. Living Concerts est une plateforme numérique qui permet aux amateurs de musique disposant d’un grand salon et aux artistes à la recherche d’endroits où jouer de se rencontrer, sans l’intervention d’un label discographique, d’un promoteur ou d’une salle de concert.   Plus de 200 hôtes ont déjà enregistré leur salon et quelques 150 artistes se sont inscrits. Pour les amateurs de musique, le caractère intime et exclusif de ces concerts est très différent de l’ambiance des grands stades et des festivals. En plus d’avoir un endroit où se produire, les musiciens bénéficient aussi d’un public plus attentif que lors d’un café-concert. Certains groupes considèrent les concerts de salon comme une bonne préparation aux véritables tournées en salle. En 2012, les légendaires Toten Hosen ont même réalisé une tournée de concerts de salon à travers toute l’Allemagne.
 

Théâtre d’appartement

Begeistertes Publikum | Salon Bombardon © Hylke Gryseels N’oublions pas non plus le théâtre. Les jeunes metteurs en scène échangent de plus en plus le velours des grands théâtres classiques pour ce qui se déroule en dehors de leurs murs et entrent donc aussi dans la sphère privée. En Belgique francophone, on trouve différentes petites compagnies, comme Lézart-sur-Senne ou 2 ou 3 petites choses, qui s’adonnent exclusivement au « Tupperwaretheater » ou « théâtre d’appartement ». À Schaerbeek, une commune bruxelloise, le festival Salon Bombardon permet au public d’admirer des artistes de scène de différentes disciplines à un prix démocratique dans des habitations de différents quartiers de la commune – ce qui a aussi pour effet de renforcer le lien social et communautaire. En Allemagne, ce phénomène est bien sûr aussi connu. Theater@home, à Bonn, adapte les classiques du théâtre pour des plus petites troupes et change, sur demande, les noms des personnages en ceux des spectateurs. Quant au festival Flurstücke, à Münster, il fait jouer des compagnies internationales dans des salons.
 

Expérimentation

Pour être complets, nous nous devons aussi d’aborder les initiatives dans lesquelles l’expérimentation est centrale – des phénomènes comme Dichters in huis, Sofa Cinema ou encore les concerts dans les prisons, que nous n’avons pas encore mentionnés ici. De telles expérimentations ont leur place et les artistes ne reculent pas devant elles. Certaines initiatives disparaissent aussi après un certain temps, parce que le modèle de revenus ne convient pas, parce que le public n’aime pas la formule ou encore parce que l’expertise des commissaires, des programmateurs de concerts ou des directeurs de théâtre fait défaut. Mais il semble tout de même que l’art ait définitivement trouvé sa place dans les salons.
 

VISITE A DOMICILE - UN ARTISTE DANS VOTRE SALON

Avez-vous déjà rêvé de transformer votre salon en scène ouverte ? D’inviter un artiste à la maison ? D’écouter le doux ronronnement d’un projecteur 16mm en regardant un vieux film en pellicule ? C’est possible aujourd’hui! Le vibraphoniste, compositeur et théoricien Christopher Dell, le contrebassiste Sebastian Gramss et la danseuse Anna Senognoeva, l’auteur de romans et de pièces de théâtre Jakob Hein, l’artiste Nadim Vardag et enfin le collectif de théâtre Rimini Protokoll cherchent en effet des lieux pour se produire, et plus particulièrement des lieux privés. Invitez 15 amis ou connaissances à un événement hors du commun dans votre salon, votre atelier ou votre grenier.

Visite a domicile


21.-22.10.2015 : Sebastian Gramss & Anna Senognoeva | Musique, danse

29.-30.10.2015 : Christopher Dell | Discussion, musique

05.-06.11.2015 : Nadim Vardag | Film, discussion

19.-20.11.2015 : Jakob Hein | Discussion, cuisine

02.-05.12.2015 : 16 mm | Film

19.-20.12.2015 : Rimini Protokoll | Performance théâtrale