European Angst

  • European Angst © Sandra Kastl
  • Herta Müller © Goethe-Institut Foto: Caroline Lessire
  • European Angst BOZAR © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • Shermin Langhoff-Klaus-Dieter Lehmann © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • Béatrice Délvaux-Didier Eribon © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • European Angst 1er jour © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • Paul-Scheffer-Firas-Alshater-Isolde-Charim © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • Slavoj-Zizek-Elif-Shafak-Martin-Ehl © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • Sonia-Mikich-Lukasz-Warzecha-Beppe-Severgnigni © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • Johannes Ebert © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire
  • Etudiants © Goethe-Institut Photo: Caroline Lessire

CONFERENCE SUR LE POPULISME, L'EXTREMISME ET L'EUROSCEPTICISME DANS LES SOCIETES EUROPEENNES ACTUELLES

L’Europe est envahie par la rancune, la colère et la peur. Plus les institutions politiques et culturelles établies sont désemparées, plus les partis et mouvements populistes et nationalistes gagnent du terrain. A partir du moment où la rhétorique populiste s’installe dans le discours public, il n’est plus possible d’en prévoir les conséquences, comme le prouvent les résultats du référendum sur la sortie de l’U.E. de la Grande-Bretagne. Pourquoi cela arrive-t-il maintenant ? Et comment y faire face ? La conférence European Angst aborde ces questions sans éviter la controverse. Elle réunit des auteurs, des scientifiques, des intellectuels et des journalistes renommés aux points de vue et aux modes d’explication très différents. L’objectif est d’accéder à une meilleure compréhension des phénomènes actuels à
travers les divers débats.

La conférence a eu lieu:
Mar, 06.12.2016, 15:30-20:30
Mer, 07.12.2016, 08:30-17:30

Bozar
, Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles


Plus de vidéos

MANIFESTE European Angst (EN)

Reportage „European Angst“ (DE)

Programme European Angst

European Angst dossier de presse

Revue de presse

European Angst est une initiative du Goethe-Institut en collaboration avec quatre membres de EUNIC et BOZAR, avec l’aimable soutien de European Movement International. Partenaire média: EU Observer
 

Articles

Participants

Herta Müller Photo: Stephanie von Becker

Herta Müller

« C’est irresponsable d’instrumentaliser la peur à des fins politiques. Après tout, la liberté implique toujours de prendre des risques, sans quoi nous ne serions plus capables de bouger – que ce soit du point de vue de l’esprit ou au sens littéral. »

Herta Müller pendant un entretien à l’occasion de la Fête de la poésie d’Erlangen, Nürnberger Zeitung, 30/08/2016

Slavoj Žižek Photo: Tomaž Gregorič

Slavoj Žižek

« Je trouve beaucoup plus inquiétant qu’au milieu d’une crise qui menace notre survie, nous nous empêtrions dans des pseudo-conflits : le oui face au non au Brexit en Grande-Bretagne, le gouvernement militaire face à Erdogan en Turquie, ou encore les nouveaux intégristes baltes, polonais et ukrainiens face à Poutine en Europe de l’Est. »

Réponse de Žižek à la question « De quoi avez-vous vraiment peur? », FAS, 18/09/2016

Elif Shafak Photo: Zeynel Abidin

Elif Shafak

« À mes yeux, l’Europe incarne des valeurs, des droits fondamentaux, la liberté, les droits des femmes. […] Les droits de l’homme et la liberté d’expression sont des thèmes centraux et urgents, qui ne sont pas négociables. »

Shafak dans une interview pour le Spiegel, 05/12/2015

Didier Eribon © Goethe-Institut Brüssel Photo: Caroline Lessire

Didier Eribon

« Comment est-il possible que le quotidien politique ignore autant de gens ? En Europe, les élites ne savent même pas qu’il existe une réelle pauvreté dans leur propre pays. »

Eribon dans une interview pour le Zeit, 04/07/2016

Béatrice Delvaux © Le Soir

Béatrice Delvaux

« L’Union européenne est incapable de relever les défis et de défendre sa propre démocratie, qui ressemble de plus en plus à l’Organisation des Nations Unies, observatrice éternellement impuissante face aux génocides, comme celui à l’œuvre en Syrie. La démocratie européenne n’est plus seulement en danger. Elle sombre déjà. Resterons-nous les bras ballants ? » 

Delvaux, octobre 2016

Klaus-Dieter Lehmann Photo: Goethe-Institut/Bettina Siegwart

Klaus-Dieter Lehmann

« La "peur européenne" qui prévaut est mauvaise conseillère pour les Européens. En effet, l’intégration européenne ne peut se faire qu’à travers une participation active, et non en fuyant les responsabilités. C’est faire preuve de lâcheté que de s’en aller simplement. En tant que personnalités culturelles, nous devons nous opposer massivement à cette idée. »

Lehmann, octobre 2016
 

Sonia Seymour Mikich © WDR

Sonia Seymour Mikich

« Je refuse de pleurer à tout moment la perte de nos valeurs, de notre Europe. Je veux que nous, les enfants des Lumières, nous ayons le dernier mot, au lieu de devoir tirer la dernière salve. »

Seymour Mikich dans un commentaire à la télévision formulé juste après les attentats de Paris, ARD, 14/11/2015

Paul Scheffer Photo: Peter-Andreas Hassiepen

Paul Scheffer

« Les sociétés sont d’autant plus pacifiques qu’elles parlent ouvertement de leurs problèmes. Cela concerne les deux côtés : celui de la majorité, qui désavantage les minorités, et celui des membres des minorités, qui s’isolent eux-mêmes à cause de leurs préjugés. Quand ces conflits font irruption dans le débat, ce n’est pas le signe d’un échec de l’intégration, mais plutôt d’une société vivante. »

Scheffer dans un entretien pour le SZ, 31/01/2016

Isolde Charim Photo: Daniel Novotny

Isolde Charim

« L’identité est le terrain sur lequel l’histoire de la démocratie devrait se dérouler dans un avenir proche. »

Extrait d’une intervention sur le populisme, taz, 23/02/2016

Łukasz Warzecha Photo: Damian Burzykowski/Newspix.pl

Łukasz Warzecha

“Continuer ainsi, même sans prendre en compte le nouveau paradigme qui détermine la vision des affaires étrangères par le gouvernement polonais actuel, serait le témoignage d’une hypocrise sans nom car la réalité a donné douleureusement tort à toutes les déclarations europhiles, tandis que les politiciens et les commentateurs qui les énoncent donnent l’impression d’être en orbite quelque part près de Jupiter.”

Warzecha in Rzeczpospolita, 31/01/2016

Beppe Severgnini Photo: Daniela Zedda

Beppe Severgnini

« En Europe, le pouvoir d’interprétation a été accaparé par ses ennemis, qui sont nombreux. La critique de l’Europe est un exercice dont les hommes politiques raffolent. Un passe-temps dangereux. »

Severgnini, octobre 2016

Sascha Lehnartz Photo: Martin Lengemann

Sascha Lehnartz

« Sur le continent européen aussi se font de plus en plus entendre les voix de ceux qui sont prêts à abandonner un paradigme qui, il y a peu encore, semblait intangible : l’idée qu’une Europe unie est une condition nécessaire pour assurer le maintien de la paix. »

Lehnartz dans un texte publié dans le Welt am Sonntag, 14/08/2016

Martin Ehl Photo: Martin Ehl

Martin Ehl

« L’Europe centrale n’est pas la seule région qui connaît aujourd’hui une montée des populismes. Cependant, il est évident qu’en l’absence d’institutions stables, d’un système judiciaire efficace et indépendant et d’une administration publique professionnelle, il peut être particulièrement difficile de raisonner les électeurs qui s’égarent parfois en votant pour des candidats improbables, qui leur font des promesses déconcertantes. »

Ehl dans Op-Ed Metropole Vienna, 01/03/2016

Shermin Langhoff © Ute Langkafel MAIFOTO

Shermin Langhoff

« Pour l’avenir de l’Europe, je voudrais retrouver le courage qui a façonné ce continent en 1989 : le courage d’abattre nos propres murs. Nous devons aujourd’hui faire tomber de nouveaux murs, nous devons prendre le risque de nous ouvrir à notre âme, au lieu de suivre les sirènes nationales. »

Shermin Langhoff dans une intervention dans la série Europas Zukunft de la ZDF, 22/12/2015

Vladimíra Dvořáková Photo: Vladimíra Dvořáková

Vladimíra Dvořáková

« Les relations en Europe ou dans d’autres systèmes d’intégration font émerger des intérêts radicalement différents. Les politologues parlent de relations de collaboration et d’opposition. Cependant, la coopération est une condition indispensable au bon fonctionnement d’une telle organisation – ce qui n’empêche toutefois pas de défendre ses propres intérêts. » 

Dvořáková, octobre 2016

Firas Alshater © Okayfactor GmbH/Cristian Zamora - ZUKAR.org

Firas Alshater

« Lorsque les gens disent qu’ils ont peur des réfugiés et qu’ils ne veulent pas qu’ils viennent dans leurs pays, ils devraient peut-être arrêter d’envoyer des armes en Syrie. (Le Royaume Uni le fait aussi bien que l’Allemagne, les Etats-Unis, la Russie et la France). Tant que l’on vend des armes, on aura une part de la responsabilité. »

Alshater in The Guardian, 20/03/2016

PARTICIPANTS