WEconomy Miracle economique sur l’internet des objets

La WEconomy : Lorsque les consommateurs partagent au lieu d’acheter, et utilise au lieu de posséder.
La WEconomy : Lorsque les consommateurs partagent au lieu d’acheter, et utilise au lieu de posséder. | Photo (Détail) : © Adobe

Le néologisme WEconomy désigne une nouvelle économie durable à laquelle « nous » participons. Qu’en est-il ?

Longtemps, la croissance économique et la mondialisation ont été présentées comme des remèdes miracles : une économie florissante et une production à bas coût seraient synonymes de prospérité pour tous. Cependant, aujourd’hui, les faiblesses de notre système économique mondial deviennent de plus en plus évidentes. Ces dernières années, l’exploitation de la main-d’œuvre et des ressources, la surexploitation de l’environnement et les dégâts écologiques importants qui y sont liés sont tant de phénomènes qui ont poussé ceux qui plaident en faveur d’un système économique durable et responsable et de changements radicaux à faire entendre leur voix – avec plus de force qu’auparavant. Une position également défendue par les partisans de la WEconomy. Ils ne misent pas sur des solutions politiques ou des lois, mais ils sont convaincus que le changement viendra des entreprises. Le moment est venu de passer à un modèle commercial dans lequel la société prend ses responsabilités.

le « nous », l’élément central

sur les progrès technologiques et la créativité des entreprises. Presque une réponse à l’économie de gaspillage de ces dernières décennies, la WEconomy représente une économie dans laquelle la production et la consommation se font dans le respect des ressources, et le consommateur préfère partager à acheter, et utiliser plutôt que posséder.

Les représentants de cette théorie sont persuadés que ce revirement a déjà eu lieu, initié par des start-ups innovantes qui souhaitent améliorer la société grâce à leur modèle commercial. L’internet des objets (IdO) rend possible ce changement. En effet, souvent les start-ups dépendent des applis ou de communautés en ligne interactives.

Les experts s’accordent à dire que l’IdO est sur la bonne voie pour révolutionner notre quotidien. L’investisseur de la Silicon Valley Scott Weiss prédit un monde « dans lequel les portes s’ouvriront quand elles sentiront qu’on approche. »
 
Si cette vision de l’avenir donne la chair de poule à certains défenseurs de la protection de nos données, les partisans de la WEconomy par contre y voient le potentiel d’arriver à une approche plus efficace et durable. En se basant sur l’évolution de la connectivité dans notre quotidien, ils décrivent six tendances qui se sont déjà développées ces dernières années, et qui pourraient bien transformer complètement le système économique de demain. 

six étapes vers une meilleure économie

À la place d’un système de production qui nécessite un afflux en constante augmentation de ressources, la WEconomy aspire à une économie circulaire dans laquelle les produits peuvent être recyclés à l’infini. Nombreuses start-ups ont déjà partiellement intégré cette idée à leur modèle commercial, à l’instar des architectes de l’entreprise danoise 3Xn qui, à l’aide de robots, réutilisent de vieilles briques dans leurs nouvelles constructions. De cette manière, ils économisent 95 % d’énergie. Le principe du berceau au berceau (cradle to cradle en anglais) est une autre application de ce principe, il s’agit de transformer de manière écologiquement efficace les déchets en matière première.

La deuxième tendance, que l’on peut résumer par « économie fonctionnelle », consiste à remplacer de plus en plus les produits par des services. Les consommateurs ne paient plus pour un produit, mais pour sa fonction ou une prestation. Le meilleur exemple pour illustrer ce phénomène est la popularité des applis d’autopartage. Dans ce cas, les clients paient pour un trajet et non pour le véhicule en lui-même. Grâce à l’autopartage, moins de voitures seront nécessaires au sein de la société, ce qui signifie moins de coûts de production et d’entretien, et donc une diminution de la pollution environnementale.

La tendance numéro 3 de la WEconomy, la bioéconomie, concerne le potentiel que renferme les dernières découvertes en matière de sciences moléculaires. Les chercheurs développent de plus en plus de solutions biologiques pour remplacer les combustibles fossiles et autres produits chimiques. Des vernis biodégradables à base de microalgues aux pneus de voiture en caoutchouc à base de pissenlit, des exemples existent dans presque tous les secteurs. Ces produits respectent les ressources naturelles et polluent beaucoup moins l’environnement que les matériaux traditionnels.

La coopération (collaboration en anglais), une gestion commune, est un autre pilier de la WEconomy. Si plusieurs entreprises se réunissent afin d’atteindre un objectif commun qui profite à tous, alors la coopération s’inscrit pleinement dans la philosophie de la WEconomy. Un bon exemple – qui a remporté un franc succès – est la start-up allemande Too Good To Go. Au moyen d’une application, les restaurants peuvent vendre juste avant la fermeture les aliments qu’il leur reste à prix réduit. Grâce à cette action commune, les établissements produisent moins de déchets et enregistrent plus de revenus. Trois ans à peine après sa création en 2015, la start-up peut déjà se targuer d’avoir « sauvé » 4 millions de repas.
 
« L’économie collaborative » est la branche la plus connue de la WEconomy. En partageant ses biens, la population peut les utiliser de manière plus efficace. À titre d’exemple, AirBnB illustre parfaitement ce concept. Sur cette plateforme, les utilisateurs peuvent sous-louer leur logement à des voyageurs lorsqu’eux-mêmes sont en voyage. De cette manière, moins de logements sont inutilisés.

La dernière composante de la WEconomy est la tendance à produire soi-même. À l’ère de l’impression 3D et de l’open source, il est aujourd’hui possible de créer de plus en plus de produits depuis chez soi et de les produire sans investisseurs ou site de production industrielle. Dans l’économie 3D, le consommateur est également producteur, ce qui permet de réduire les émissions de CO2 produites par le transport de longue distance.

en route pour la WEconomy

À de nombreux égards, nous sommes déjà bien en marche vers la WEconomy. De plus en plus de start-ups développent des applis pour faciliter le partage et la coopération, les technologies 3D sont sans cesse améliorées et la bioéconomie explore et découvre de nouvelles pistes pour une production plus respectueuse de l’environnement. Cependant, selon une étude de l’entreprise de consultance PWC, un nombre croissant de personnes et d’entreprises recourent à ces nouvelles offres et possibilités. Cette évolution ne s’arrêtera pas là, notamment grâce aux progrès techniques sur l’IdO. Si toutes ces tendances continuent à se développer et à se renforcer, elles pourraient mener à une économie plus écologique.

Toutefois, l’exemple d’AirBnB montre également que rapidement, nouvelles idées riment avec nouvelles complications. Dans quelques villes, cette forme de partage de logement est devenue si lucrative qu’en période de vacances, des appartements entiers sont transformés en logements pour vacanciers ce qui provoque une pénurie de logements. AirBnB a donc engendré un nouveau problème social : les citadins les plus pauvres sont chassés dans les quartiers défavorisés excentrés.