Un roman jeunesse à succès « Tschick » arrive maintenant au cinéma

Maik et Tschick explorent l’Allemagne dans une Lada volée
Maik et Tschick explorent l’Allemagne dans une Lada volée | Photo (détail) : © Reiner Bajo

Tschick, traduit par Goodbye Berlin en français, le roman jeunesse de Wolfgang Herrndorf, existe déjà en livre audio, roman illustré et pièce de théâtre. Le cinéaste Fatih Akin l’adapte à présent au cinéma – les attentes sont élevées.
 

Depuis la publication de Tschick (traduit en français par Isabelle Enderlein sous le titre de Goddbye Berlin aux éditions Thierry Magnier) de Wolfgang Herrndorf en septembre 2010, le succès de ce roman jeunesse ne se dément pas. Cette équipée estivale racontée par Maik, un jeune marginal, a été traduite en plus de 20 langues, récompensée plusieurs fois et vendue dans le monde entier à plus de deux millions d‘exemplaires. L’œuvre fait depuis longtemps partie des lectures scolaires et a été adaptée en pièce radiophonique, en pièce de théâtre et débarque à présent aussi au cinéma.

Presque six ans jour pour jour après sa parution, le livre d’Herrndorf se retrouve à nouveau sous le feu des projecteurs à l’occasion du lancement du film adapté par Fatih Akin, réalisateur maintes fois récompensé (Head-On, Soul Kitchen). Les rôles principaux sont tenus par Tristan Göbel, qui joue Maik, et Anand Batbileg, qui joue Tschick. Wolfgang Herrndorf a parlé de l’importance qu’a eue pour lui Tschick dans son blog autobiographique « Arbeit und Struktur » (travail et structure) : « Je me plonge dans l’histoire que j’écris comme je me plongeais dans les livres que je lisais à douze ans ». L’auteur, mort en 2013, n’a pas eu le temps de vivre toute l’étendue du succès de Tschick.

Une adaptation pour l’opéra sera créée en 2017

La force du matériau littéraire a incité de nombreux artistes à se confronter à Tschick. L’adaptation théâtrale de Robert Koall, créée en 2011 au Staatsschauspiel de Dresde, a été jouée dans plus de 50 théâtres au cours des dernières années. Le théâtre d’Hagen a prévu d’accueillir l’adaptation de Tschick pour l’opéra en mars 2017.

Pour ses illustrations de « Tschick », Laura Olschok a reçu le Gestalterpreis (prix de la création) de la Büchergilde Pour ses illustrations de « Tschick », Laura Olschok a reçu le Gestalterpreis (prix de la création) de la Büchergilde | Photo : © Martin Mascheski/Edition Büchergilde

En juin 2016, une excellente édition illustrée de Tschick a également été publiée aux éditions Büchergilde. La jeune illustratrice Laura Olschok a reçu le prix Gestalterpreis (prix de la création) 2016 de la Büchergilde. « Je ne connaissais pas le roman, seul le titre m’était familier », se rappelle-t-elle. Et pourtant, dès la couverture, le style affirmé et minimaliste d’Olschok convainc. Sur un fond noir se détache une carte avec des routes, des arbres et des maisons. La Lada bleu clair volée, avec laquelle Maik et Tschick explorent la province allemande une semaine durant, apparait à plusieurs endroits. « L’histoire de Tschick est si expressive que chaque scène faisait naître en moi une image », confie Olschok.

« Après les avoir lues, je savais que je voulais en faire un film »

Il existe également plusieurs versions de Tschick à écouter. Le livre audio publié chez Argon est lu par le comédien Hanno Koffler dans un style vivant et spontané. Chez Rowohlt sont également prévus plusieurs livres et livres numériques d'après le roman à succès et son auteur à l’occasion de la sortie du film. Wann hat es ‚Tschick‘ gemacht? (quand est-ce que ça a fait ‚Tschick‘) rassemble pour la toute première fois tous les entretiens conservés par écrit de Wolfgang Herrndorf. Tschick – Das Drehbuch (Tschick – le scénario) de Lars Hubrich contient le scénario complet ainsi qu'une contribution de Fatih Akin, le tout disponible depuis septembre 2016.

Tschick – Das Buch zum Film (Tschick – le livre du film) contient, en plus du roman, des documents et des photos se rapportant au film, un essai du spécialiste de cinéma Michael Töteberg, directeur de l’agence Rowohlt pour les droits médiatiques. On y trouve également un entretien de Töteberg avec Fatih Akin : « il y a deux ou trois scènes clé dans le roman, après les avoir lues, je savais que je voulais en faire un film », nous confie Akin. Et aussi : « Après avoir lu Arbeit und Struktur [le blog de Wolfgang Herrndorf, N.D.L.R.], j’ai compris le sens aigu de Wolfgang Herrndorf pour le cinéma. »

Se libérer du modèle littéraire

Le tournage a eu lieu à la fin de l’été 2015 à Berlin, dans le Brandebourg et ailleurs. On y retrouve Maik à presque chaque plan, de courtes scènes sont même consacrées à ses rêves éveillés. On entend parfois sa voix hors champ. « Dans la salle de montage, on a fait des essais pour ajouter sa voix hors champ à des endroits très précis, précise Akin au sujet de cette technique. Après ça, j’étais convaincu moi aussi : le film est à présent terminé, il a une âme maintenant. »

La Bayerischer Rundfunk est responsable du contenu éditorial de la coproduction de plusieurs télédiffuseurs publics. « Tschick est l’un des plus grands événements littéraires de ces dix dernières années, d'affirmer Cornelius Conrad et Cornelia Ackers de la rédaction de Kinderfilm. Pour l’ARD également, son adaptation au cinéma constitue un projet passionnant. C’est en raison de la singularité du matériau que nous voulions faire le film avec Fatih Akin, un réalisateur unique et l’un des rares cinéastes allemands à bénéficier d’une renommée internationale. »

L’idéal de Wolfgang Herrndorf en matière d’adaptation de la littérature au cinéma consistait à se libérer du modèle. Quant à savoir si c’est le cas, les spectateurs pourront eux-mêmes se faire un avis à sa sortie en France.

Au Festival du cinéma allemand

Tschick sera projeté au cinéma L'Arlequin dans le 6e arrondissement parisien les :

  • Dimanche 9 octobre à 14h
  • Mardi 11 octobre à 19h