Arts plastiques

Le peintre Jörg Immendorff

Le peintre Jörg Immendorff est l’un des plus célèbres artistes contemporains allemands – et l’un des plus politisés. Dès le milieu des années soixante, incité par son professeur Joseph Beuys, Immendorff a pris une part active à la politique de la République Fédérale d’Allemagne.
Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, il réalise sa série de tableaux « Café Deutschland », illustrations de la réalité des deux états allemands. Dans la série suivante, « Café de Flore », Immendorff fait référence à ses modèles et à ses amis.


Sie benötigen den Flashplayer , um dieses Video zu sehen

Auteur: Michael Kluth
Download SymbolTexte du film (PDF, 23 KB)

Le peintre Jörg Immendorff a été l’étudiant de Joseph Beuys à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf. Toute son œuvre est traversée par la question de la fonction de l’art dans le champ des tensions sociales. Immendorff n’a jamais cessé de s’impliquer socialement et de s’en prendre aux normes figées et aux traditions établies.

Cet engagement a commencé au début des années soixante avec ses actions LIDL. LIDL était un terme imaginaire qui recouvrait diverses tentatives de bousculer l’atmosphère confinée de la RFA. LIDL était aussi un concept de discussion. L’art devait avoir sa place dans la révolte des années 68. Pour Immendorff, les rêves des hommes devraient maintenant devenir réalité. Deux de ses slogans proclament : « Servir le peuple » et « Où est ta place, collègue, avec ton art ? » C’est la naissance de l’agit-prop artistique. Quel est l’impact social de l’action artistique, quelle signification a la peinture dans son histoire récente ? L’art en tant qu’idée et action. À l’instar de Brecht dans son poème, « Questions que se pose un ouvrier qui lit », Immendorff transpose la parole dans la peinture.

En 1976, il crée l’« Alliance d’action RFA-RDA », avec le peintre d’Allemagne de l’Est A. R. Penck. C’est l’époque où il peint sa célèbre série « Café Deutsch-land », confrontation avec le présent de la RFA et de la RDA, analyse picturale de la double histoire allemande. En 1980, Jörg Immendorff renonce à son poste d’enseignant dans une école secondaire de Düsseldorf. Il peint alors la série de tableaux « Café de Flore » ; il témoigne un intérêt croissant pour ses modèles de référence, en matière d’art, et pour les grandes figures contemporaines. Son champ de réflexion artistique s’élargit, l’histoire gagne en importance.

Si les rêves ne peuvent transformer sur-le-champ la pénible réalité, comme Immendorff l’avait revendiqué dans les années soixante et soixante-dix, du moins conservent-ils leur puissant pouvoir visionnaire. Immendorff continue de voir dans son art une possibilité de toucher et de transformer la conscience des hommes. Découvrir « l’image derrière les images », comme il le dit, est un processus sensible, qui se déroule au niveau individuel. La vieille conviction de l’ancien élève de Beuys est encore valable aujourd’hui : l’art est aussi un slogan, un moyen de confrontation politique et de création artistique.
Goethe-Institut e. V. 2006
Sur le même thème

Dossier: Art numérique en Allemagne

Histoire, tendances, noms et institutions