Un jeu pour notre place

Un jeu de plateau grandeur nature est pratiqué sur les places publiques, créant un moment d’expérimentation des alternatives possibles​ au quotidien des femmes. En tant que jeu sur les places d’Alger, il ouvre un autre regard sur l’importance des espaces urbains et de leurs règles. Le Goethe-Institut souhaite ainsi renforcer le rôle des femmes dans l’espace public grâce au projet « Un jeu pour notre place ».
 

  • Un jeu pour notre place © Judite Ferreira

  • Un jeu pour notre place © Judite Ferreira

  • Un jeu pour notre place © Judite Ferreira

  •  © Judite Ferreira

Percevoir sa ville comme un jeu de plateau – quelle importance cela peut-il avoir pour les femmes dans leur vie quotidienne? Depuis 2019, l’Algérie traverse des changements sociaux et politiques et l’espace public en particulier y a joué un rôle de tout premier plan : il constitue une scène déterminante d’une évolution sociale. La participation publique des femmes est cependant toujours négligée, ainsi, les associations et comités de voisinage sont encore aujourd’hui majoritairement dominés par les hommes. L'observation des espaces urbains en Algérie le montre clairement : pendant la journée, les femmes privilégient l’utilisation de lieux où se trouvent déjà des femmes. Le soir, ceux-ci sont alors de nouveau occupés par les hommes. On constate cependant depuis un certain temps un renforcement de la participation des femmes à différentes organisations publiques. Les manifestations du vendredi en particulier ont montré un désir croissant des femmes de contribuer à l’évolution des espaces publics.

percevoir de manière ludique son environnement

Le Goethe-Institut souhaite donner aux femmes algériennes l'opportunité de percevoir et de réfléchir sur leur propre situation et leur environnement de manière ludique. L'artiste allemande Pia Lanzinger a développé un jeu pour cela et le proposera avec la responsable culturelle algérienne Ikram Hamdi Mansour dans des lieux adaptés à Alger. Le jeu performatif invite les femmes à utiliser l’espace public à leur façon et en fonction de leurs représentations, à y passer du temps et contribuer à déterminer son aménagement et son utilisation. Elles peuvent ainsi apporter leurs idées, expériences et capacités et contribuer de façon créative. Les structures sociales bloquées sont discutées publiquement dans des lieux adaptés à Alger, avec un terrain de jeu dessiné sur le sol pour ramasser et analyser les situations de conflit possibles. Les joueuses peuvent alors utiliser de grands dés pour chercher des idées et des solutions coup après coup. Les conditions de vie imposées tout spécialement aux femmes dans cette ville, ainsi que l’importance de leur impact sur leur quotidien et leurs perspectives d’avenir, peuvent être ainsi transformées de façon ludique en possibilités d’action.
 
« Un jeu pour notre place » concrétise ainsi une stratégie artistique qui associe recherche, émancipation et participation et peut ainsi influer sur le quotidien des femmes. Différentes volontés se retrouvent et les actrices sont incitées, motivées et encouragées à tester et réfléchir ensemble à des possibilités d’action alternatives.

Visitez le site du projet : www.un-jeu-pour-notre-place.net/fr

Un projet du Goethe-Institut, subventionné par le Ministère des Affaires étrangères allemand.

Lancement du projet

Dans le premier Workshop „Femmes et espaces publics“, les participantes ont discuté du sens des espaces publics, de leurs expériences et de leurs rôles dans ces espaces. Elles ont en outre parlé de leurs visions pour l´aménagement des espaces publics d´Alger. A cet effet, la Casbah, la médina d'Alger, fut visitée, des petits groupes de travail ont été formés et dans lesquels les femmes ont échangé leurs idées. De ces activités, des schémas représentant les vœux et les idées des femmes pour les espaces publics ont été conçus. Ici tu peux avoir un aperçu sur les activités:

  • Un jeu pour notre place - Workshop Photo: Khadidja Markemal © Goethe-Institut

  • Un jeu pour notre place - Workshop Photo: Khadidja Markemal © Goethe-Institut

  • Un jeu pour notre place - Workshop Photo: Khadidja Markemal © Goethe-Institut

  • Un jeu pour notre place - Workshop Foto: Khadidja Markemal © Goethe-Institut

  • Un jeu pour notre place - Workshop Photo: Khadidja Markemal © Goethe-Institut