Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Enter Africa présent à A MAZE Berlin
La coopération rend tout possible

Enter Africa auf der A MAZE. Berlin
© Evelia Gadegbeku Essenam

Pour la première fois, Enter Africa a eu l'occasion de se présenter sur la scène européenne du jeu. Du 10 au 13 avril 2019, les membres des équipes d'Enter Africa ont présenté leurs 15 jeux, qui seront bientôt terminés, ainsi que le processus et le motif derrière Enter Africa

La semaine a commencé par un atelier intensif pour préparer la présentation scénique et a été accompagnée d'une visite de Berlin, la première "Currywurst" et - qui l'aurait cru - la première neige pour certains des participants.

La Foire aux jeux a été officiellement ouverte le mercredi 10 avril en soirée. Déjà pendant la construction du stand, il était clair que le projet avait attiré beaucoup d'attention. En tant que l'un des plus grands stands, non seulement le personnel de A-MAZE, mais aussi d'autres exposants et plus tard les visiteurs étaient curieux et voulaient en savoir plus sur Enter Africa.

Dans son discours d'ouverture, le directeur du festival, Thorsten Wiedemann, a souhaité la bienvenue à Enter Africa et a exprimé sa gratitude et son enthousiasme pour avoir reçu les jeunes développeurs de jeux de 15 pays africains rendant ainsi le festival plus international, plus coloré et plus excitant. Une ouverture étonnante de A MAZE.

Jeudi, Enter Africa s'est présenté sur la scène au public intéressé. Pendant 90 minutes, des collègues du Goethe-Institut Addis Abeba, de Dagmawi Bedilu et de Bethlehem Anteneh ont parcouru les différents lieux d'Afrique, tandis que les membres des équipes respectives ont présenté l'histoire et le développement de leurs jeux au nom de leurs équipes. Le salon était rempli de visiteurs, participants activement aux discussions avec les membres d'Enter Africa.
Présentations au A MAZE © Andy Katambwe «La présentation a été une expérience merveilleuse pour moi, parce que je n'ai pas vraiment l'habitude de parler en public ... J'adorais devoir faire ça. Au début, je pensais que c'était une présentation très formelle, mais après avoir vu Thorsten lors du discours d'ouverture de A MAZE, j'ai réalisé que je ne devais pas m'inquiéter autant de ce à quoi je ressemble sur scène.» Matthew Hansen, Enter Africa Accra

Les jours suivants ont été remplis d'échanges, de réseautage et, bien sûr, de jeux. De nombreux exposants et visiteurs ont engagé des discussions avec les membres d'Enter Africa sur leurs idées derrière les différents jeux, leurs aspects techniques ou sur ce qui représente le «caractère africain» des histoires africaines. Il est vite devenu évident que l’on manque de connaissances sur l’Afrique - qu’il s’agisse de la politique, de la culture ou des industries africaines - et que les préjugés et les stéréotypes prédominent encore dans les médias, les récits et façonnent l'image du continent. Cependant, les deux parties souhaitent de plus en plus changer ces perceptions.

«Les gens veulent vraiment en savoir plus sur l'Afrique et je veux dire qu'ils veulent en savoir plus sur les histoires africaines, les contes africains, etc. Ils sont vraiment impatients de voir ce projet réussir, ils veulent que l'Afrique prenne sa place dans l'industrie du jeu. Et malheureusement, leur connaissance de l'Afrique en tant que continent est vraiment limitée à ce qui est montré par les médias, ils ont une très mauvaise représentation du continent.» Abdou Aziz Sall, Entrer en Afrique Dakar

«Le reste du monde ne sait pas grand-chose de l'Afrique et de ses pays, il ne s’appuye que sur  les stéréotypes. J'ai rencontré deux étudiantes, créatrices de jeu qui travaille sur un jeu basé sur une Afrique futuriste, qui n'ont jamais quitté l'Allemagne auparavant. Je vais certainement vérifier ça.» Laurean Ntaate, Enter Africa Kampala

«La plupart d'entre eux, sinon tous, ont vraiment apprécié le concept d'Entrer en Afrique et ce que nous voulons réaliser. Ils ont vraiment aimé le fait que nous voulions raconter l'histoire de l'Afrique à la manière africaine, autant que nous voulons le faire en jouant et en résolvant les problèmes sociaux.» Matthew Hansen, Enter Africa Accra

«Nous partageons tous des expériences similaires, voire identiques, mais isolées les unes des autres. La colonisation a affecté le monde entier et pas seulement l'Afrique. Nous pouvons tous apprendre beaucoup les uns des autres et mettre en œuvre les solutions existant dans notre environnement, en particulier en Afrique.» Thabo Tsolo, Enter Africa Johannesburg
Activités sur le stand © Nina Fink
Ces discussions, ainsi que d’autres, ont été approfondies au cours des ateliers Enter Africa proposés dans les zones d’échange du festival A MAZE. Zone d'échange. Les sujets abordés allaient du dialogue basé sur le partenariat et les futures opportunités de coopération («Enter Africa and the World»), les opportunités et les défis d'un développeur de jeux indépendants en Afrique («Being an Indie Game Developer in Africa») au storytelling africain («Storytelling in African Games»). Des questions ont été posées sur la mythologie africaine, sur la relation entre le développement du jeu, la propriété et l'appropriation culturelle («Mythologie africaine»), et enfin sur la façon dont les personnages africains sont représentés dans les jeux, comment combattre les stéréotypes et comment créer ses propres personnages pour ramener les histoires africaines sur le continent («Video Game Character Design»).
 
«Beaucoup de participants aux ateliers avaient de bonnes idées en fonction du sujet. Nous avons beaucoup parlé des préjugés et de la façon d'y faire face dans le processus de développement. Dans l'atelier de Character Design, par exemple, nous avons eu quelques suggestions et avons trouvé de bons designers talentueux.» Cédric Minlo, Enter Africa Yaoundé

«Je pense que l'un des moments forts de A Maze a été la fin de l'atelier sur le métier de joueur indépendant en Afrique. Les gens se sont ensuite rassemblés pour continuer à poser des questions, à partager des contacts, à me faire part de leurs points de vue sur le scène indépendante et en tant que développeur de jeux vidéo indépendant, j'étais vraiment heureux d'éclairer tous ces gens sur la scène du jeu en Afrique.» Abdou Aziz Sall, Enter Africa Dakar

Enter Africa a été abordé non seulement par les visiteurs intéressés et d'autres exposants, mais aussi par d'importants acteurs de l'industrie européenne du jeu. Les universités, les sociétés de gestion de jeux et d'autres organisations ont exprimé leur intérêt pour une coopération à long terme avec le réseau.

«Comment pouvons-nous travailler avec Enter Africa ? C'est ce que tout le monde m'a demandé.» Thabo Tsolo, Enter Africa Johannesburg
Ateliers à A MAZE © Cedric Minlo and Evelia Essenam Gadegbeku
Dans le même temps, la participation à A MAZE a montré qu'Enter Africa a encore un long chemin à parcourir, tant en ce qui concerne sa présentation à Gamescom en août 2019 que l'avenir du réseau dans son ensemble. D'abord et avant tout, la plupart des gens n'avaient pas les jeux auxquels ils pouvaient jouer.

«J'ai eu l'impression qu'il nous restait encore beaucoup de chemin à parcourir pour répondre à leurs attentes, mais qu'il y avait beaucoup de personnes et d'organisations intéressées à travailler ensemble et à nous soutenir. (....) nous sommes divisés sur la façon dont nous voyons l'avenir d'Enter Africa, et (....) nous devons en parler davantage.» Mihret Redda, Enter Africa Addis-Abeba

Néanmoins, le grand potentiel d'Enter Africa était visible pour tous.

«Enter Africa a réuni un petit groupe d'esprits magiques et peut faire la même chose à plus grande échelle. Nous devons continuer, parce que c'est ce que nous aspirons tous, une plateforme où toutes les histoires et expériences africaines peuvent être racontées.» Laurean Ntaate, Enter Africa Kampala

Dans l'ensemble, A MAZE a été une expérience importante pour Enter Africa. Il a offert aux membres l'occasion de se présenter à un large public et aux acteurs concernés de la scène internationale du jeu (indépendant) et d'élargir leurs expériences et leurs compétences individuelles. AMAZE a été une première plate-forme pour le développement de futurs partenariats et opportunités de coopération et donc un pas décisif vers le développement durable et autodéterminé du réseau Enter Africa lui-même.

«L'Allemagne est vraiment froide et il y a tellement d'opportunités dans le monde. Je peux littéralement être n'importe qui dans le monde à condition de travailler d'arrache-pied et d'avoir toujours une attitude positive dans tout ce que je fais.»Thabo Tsolo, Enter Africa Johannesburg

«A MAZE représentait beaucoup pour moi. Cela signifiait m'emmener sur le marché mondial. C'est sortir de ma coquille en parlant à un public sur scène. Cela signifiait rencontrer de nouvelles personnes d'horizons différents et établir des liens avec elles.» Matthew Hansen, Enter Africa Accra

«Réaliser qu'en tant qu'Africain, je devrais passer moins de temps à régresser et à me plaindre du passé ou des effets de notre passé sur le présent et à regarder vers l'avenir en trouvant des alternatives ou même en proposant de nouveaux systèmes que le monde entier pourrait suivre et nous amener à nous impliquer dans le monde en tant que communauté. J'ai appris ça grâce aux ateliers et aux conversations avec les gens sur le stand et à l'événement.»Thabo Tsolo, Enter Africa Johannesburg
 
«Exécuter et vendre une grande vision vous mènera au plus haut niveau. Les partenariats sont le plus grand atout d’aujourd’hui. Enter Africa peut être le portail de la vraie Afrique. Rien ne vaut une bonne équipe.» Laurean Ntaate, Enter Africa Kampala
 
En fin de compte, l'expérience à A MAZE a véhiculé un message simple :

«La coopération rend tout possible.» Frank John Magulyati, Enter Africa Dar es Salaam

Photo avec le directeur du festival Thorsten Wiedemann© Evelia Gadegbeku Essenam