Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Groupe du mois
Martin Kohlstedt

portrait homme
© Peter Runkewitz, Warner Music Group

Le premier album "TAG" de Martin Kohlstedt sort en 2012, c'est l'élément fondateur de sa carrière. Le compositeur allemand commence tôt à développer et à nourrir sa passion pour la musique. À l'âge de 18 ans, il obtient ce que l'on appelle un "diplôme de piano de niveau lycée". L'école finie, le piano reste toujours très présent dans sa vie.

De Sophie Schmeide

Jour

Le premier album "TAG" de Martin Kohlstedt sort en 2012, c'est l'élément fondateur de sa carrière. Le compositeur allemand commence tôt à développer et à nourrir sa passion pour la musique. À l'âge de 18 ans, il obtient ce que l'on appelle un "diplôme de piano de niveau lycée". L'école finie, le piano reste toujours très présent dans sa vie. Lors de ses études à Weimar, Martin fonde sa propre maison de production "Mamaro". Grâce à celle-ci, il peut créer sa musique de façon libre et indépendante. Martin Kohlstedt parle ainsi de ses morceaux : "C'est de la musique instrumentale, c'est donc très différent de quelqu'un·e qui chante la vie et l'amour, on peut aimer les paroles et s'y identifier. Dans ma musique, les gens entrent en contact avec eux-mêmes. Ils l'utilisent comme un miroir".

Certains de ses titres sont simplement composés d'un alignement arbitraire de majuscules et font partie de sa marque de fabrique (par ex. : AMS, 2019). Les morceaux de piano purs reflètent le vécu de Martin Kohlstedt sans qu'il l'ait pour autant complètement assimilé. Il veut attirer l'attention sur le fait que les gens oublient souvent de se concentrer sur eux-mêmes en raison du rythme effréné de la vie quotidienne.
 

Nuit

Avec son deuxième album "NACHT", sorti en 2014, Martin Kohlstedt continue à produire sa musique pour piano. Son intérêt : sa musique incite à rêver. Les rythmes différents, les changements entre mineur et majeur ainsi que les sons répétitifs donnent à l'album une touche plutôt classique. Selon la philosophie de Martin Kohlstedt, c'est seulement pendant la nuit que l'on laisse libre cours à ses pensées. De plus, grâce au "codage" de ses morceaux, il peut les arranger comme des modules dans n'importe quel ordre les uns derrière les autres.
 

STROM und STRÖME (COURANT et COURANTS)

Lors de ses concerts, il assemble ces modules comme des blocs de construction afin de créer un édifice sonore. C'était le cas lors de son concert de 2017 à la Philharmonie de l'Elbe à Hambourg, où il apparait que les deux albums "Strom" ("Courant", 2017) et "Ströme" ("Courants", 2019) sonnent différemment par rapport aux albums précédents. Martin Kohlstedt a continué à faire évoluer sa musique.
En plus du son du piano classique, on y entend aussi de la musique électronique. Grâce à cette nouvelle musique instrumentale, Martin Kohlstedt se produit non seulement dans les salles de concert classiques, mais aussi dans différents clubs. Par ailleurs, dans son dernier album, on trouve des voix de la chorale du Gewandhaus de Leipzig. Aucun mot n'est chanté, mais des sons. Ces morceaux sont censés refléter le processus complexe des interactions interpersonnelles, les mélodies vacillant entre tristesse et joie. Mais au final, ce que chacun·e éprouve en écoutant cette musique dépend de chacun·e.
 

Flur (Couloir)

Le dernier album de Martin à ce jour est sorti en 2020. Le temps dont on dispose pendant la pandémie du Covid 19 est devenu un peu trop long : un problème jusqu'alors inconnu mais pourtant présent. Martin Kohlstedt a mis cette période à profit pour s'écouter en pleine conscience. Même si les morceaux sont nettement plus calmes et rappellent son premier album solo, "FLUR" ("COULOIR") n'est en aucun cas un retour en arrière. Bien au contraire : Martin Kohlstedt a créé quelque chose de nouveau et même s'il n'est pas encore sûr de la direction que prendra le voyage, il dit de son dernier album : "C'est le début de quelque chose pour moi".


Le pouvoir de la musique sans paroles  

La musique sans paroles a le pouvoir de nous extraire du quotidien pour un bref instant. Les pensées voyagent et l'imagination s'envole. Selon la mélodie, les états émotionnels les plus divers s'intensifient. Parfois, des sentiments qui n'étaient auparavant pas présents, surgissent du subconscient. Après quelques minutes d'écoute, on commence à se sentir détendu·e, voire même léger·e. Martin Kohlstedt est en train de réaliser ce qu'il s'était fixé comme objectif. Ses compositions ont un impact et sont expressives. Ce jeune homme de 33 ans est encore au début de sa carrière et a encore beaucoup de projets à réaliser.
 

Discographie :

2012 – Tag
2014 – Nacht
2017 – Strom
2019 – Ströme
2020 – Flur
 

Groupe du mois sur Spotify

Mains et guitare © Colourbox.com, ldutko Chaque mois, nous vous présentons un groupe ou un·e chanteur·se venant d’un pays germanophone – sans limites de genres musicaux. Découvrez la musique de ces artistes grâce à notre playlist .