Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Groupe du mois
Microphone Mafia

Kutlu Yurtseven (Microphone Mafia) lors d'un concert avec Esther et Joram Bejarano, Avril 2015
Bejarano & Microphone Mafia | Photo : Jwh. CC BY-SA 3.0 lu

L'histoire de Microphone Mafia n'est pas seulement l'histoire de l'émergence de la scène hip-hop en Allemagne, mais aussi l'histoire de la vie des travailleur·se·s immigré·e·s et de leurs enfants à Cologne dans les années 1980 et 1990. Les expériences personnelles de Kutlu Yurtseven et Rosario Pennino, les membres fondateurs de Microphone Mafia, à l'époque adolescents du quartier de Flittard à Cologne, sont donc indissociables de leur musique. Aujourd'hui, la Microphone Mafia est considérée comme l'une des plus anciennes crews de hip-hop encore en activité en Allemagne.

De Nicolas Garay Lukas

Thérapie contre l'hostilité

Microphone Mafia a été fondé en 1989 sous le nom de TCA the Microphone Mafia par quatre amis d'école dans le quartier de Cologne-Flittard. TCA signifiait "Therapy Contra Animosity" ("Thérapie contre l´hostilité"). En 1991, le groupe se présente officiellement pour la première fois en formation classique avec les trois rappeurs Dennis "Dio" Morel, Kutlu "Little Asia" Yurtseven, "Segnore" Rossi Pennino et le DJ Önder Bardakci. À ses débuts, la principale caractéristique du groupe était l'utilisation de plusieurs langues : allemand, italien, napolitain, turc et anglais. Le groupe a cherché et trouvé sa libération artistique et politique dans le hip-hop, en suivant ses modèles, les rappeurs des États-Unis.

La percée underground

Dans les années 90, le groupe se politise de plus en plus, notamment en réaction aux émeutes d'extrême droite de Rostock-Lichtenhagen. L'année suivante, Microphone Mafia participe avec d'autres rappeurs de la scène allemande à l'album Hip Hop Hurra! Rap gegen Rechts (Rap contre l'extrême droite), pour envoyer un signal fort contre la montée des mouvements d´extrême droite en Allemagne.

Avec ses deux premiers singles No! et Hand in Hand (Main dans la main), le groupe est officiellement devenu un représentant de la tolérance et du multiculturalisme. Le titre Hand in Hand a même fait l'objet d'une campagne contre l'extrême droite sur la chaîne musicale VIVA.

Main dans la main, nous nous battons main dans la main / avec le cœur et l'esprit pour un monde meilleur.
 
Cependant, déjà à cette époque, Kutlu "Asia" Yurtseven a critiqué le fait que le groupe ait été instrumentalisé dans les médias pour des campagnes contre l'extrême droite en raison de ses membres issus de l'immigration, alors que leurs compétences artistiques n'ont pratiquement pas été prises en compte. Pendant un certain temps, ils ont réussi à vivre de leur musique, mais la percée ne s'est pas concrétisée malgré un contrat avec une grande maison de disques. Néanmoins, le groupe ne s'est pas laissé détourner de ses valeurs fondamentales, en restant politiquement et socialement engagé - et underground.

Ainsi, le premier album Vendetta est sorti en 1996, il contenait de la musique en trois langues, et a également été vendu en Turquie. Cependant, l'album n'a pas été diffusé sur les radios allemandes, et après cet échec, le groupe a décidé de travailler uniquement en allemand. Leur deuxième album Microphonia est sorti, et comporte des arrangements plus orchestraux et des paroles plus « hard ». Le rappeur Morel a quitté le groupe après le troisième album, Infernalia. Par la suite, Önder Bardakci, Yurtseven et Pennino ont continué à former un trio.
 

Collaboration avec Esther Bejarano

"Avec vous, je touche la jeunesse", aurait dit un jour Esther Bejarano aux rappeurs.

Kutlu Yurtseven se souvient très bien de son premier contact avec Esther Bejarano. Lorsque la survivante d'Auschwitz a répondu au téléphone, le rappeur s'est présenté poliment : "Bonjour, c'est Kutlu de Microphone Mafia." Il y a eu une longue pause gênante. "Je commençais à penser qu'elle avait raccroché", se souvient Yurtseven, "puis elle a crié dans le combiné : "Dites, pourquoi la mafia m'appelle-t-elle ?"".

C'était en 2007 et le début d'une collaboration étonnamment fructueuse entre la chanteuse et militante Bejarano et le groupe de rap de Cologne. "Nous ne devions faire que six chansons ensemble, mais ces six chansons se sont transformées en trois albums", dit Yurtseven. "Nous ne devions jouer que quelques concerts, mais ces quelques concerts se sont transformés en près de trois cents concerts rien qu'au cours des trois dernières années, avant que Corona ne nous arrête."

L'histoire que raconte Esther Bejarano au début du spectacle est toujours poignante : de l'orchestre de filles à Auschwitz au moment de la libération du fascisme. Sur scène se succèdent un mélange de musique juive et de rap germano-turco-napolitain.

Le groupe nouvellement formé a repris des chansons du mouvement ouvrier comme Bella Ciao, mais aussi la Ballade de Marie Sanders, putain à juifs de Bertolt Brecht et des chansons populaires juives et les a retravaillées avec des paroles contemporaines.
 

La suite

Sur les quatre membres fondateurs de l'équipe, seuls Kutlu Yurtseven et Rossi Pennino forment encore un duo après une bonne trentaine d'années. Mais le plus souvent, seul Kutlu représente la mafia.

L'histoire de Microphone Mafia, leur pratique artistique et leurs positions politiques sont plus importantes aujourd'hui que jamais. En conclusion, on ne peut vraiment que remercier la Mafia. Non seulement pour nous avoir laissé tant de chansons réussies, mais aussi pour avoir été présents en tant qu'artistes et observateurs critiques au cours des trois dernières décennies.

Le groupe souhaite se produire à nouveau cette année et prévoit déjà des concerts dans toute l'Allemagne, en compagnie d'Esther Bejarano.
 

Discographie :

Albums :
1996    Vendetta
1999    Microphonia
2002    Infernalia
2003    Lotta Continua (Kompilation)
2006    Testa Nera
2009    Per la Vita
2013    La Vita Continua
 

Groupe du mois sur Spotify

Mains et guitare © Colourbox.com, ldutko Chaque mois, nous vous présentons un groupe ou un·e chanteur·se venant d’un pays germanophone – sans limites de genres musicaux. Découvrez la musique de ces artistes grâce à notre playlist .