Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Groupe du mois
June Cocó

Femme avec un béret regardant en biais, le menton reposant sur la main.
June Cocó | © Marcus Engler

„I'm diving deep and leave all doubts behind me. On the ground I hear a distant melody…”
("Je plonge en profondeur et laisse tous les doutes derrière moi. Dans le fond, j'entends une mélodie lointaine...")

(Neptune’s Daughter)

S'immerger, oublier et savourer. Lorsque June Cocó entonne les premières notes, on s'abandonne facilement au monde qu'elle crée avec sa voix aux multiples facettes et ses chansons magiques. Les soucis de la vie n'ont plus lieu d'être et la lourdeur de la vie quotidienne semble devenir légère et éphémère. La musicienne, chanteuse et auteure-compositrice originaire de Leipzig séduit par son éblouissante intemporalité.
 

De Lisa Ehrenburg

Décrite comme une "ravissante revenante allemande de Florence & The Machine [avec un] soupçon de Tori Amos et Kate Bush" (Müller Magazin), June puise dans un spectre de sons divers sans s’arrêter sur un style précis. Sur scène, June est enveloppée d'une aura mystérieuse et en personne, elle enchante également par ses manières engageantes.

Une artiste musicienne caméléon  

Son premier album The Road sort en 2015. On y retrouve à la fois des éléments de country mais aussi de trip-hop - le tout dans une ambiance de blues inspirée des Black Keys qui rappelle un peu l'album Little Broken Hearts de Norah Jones. L’album suscite un grand intérêt, ainsi que de nombreuses invitations, par exemple sur la chaîne de télévision ZDF (avec l'émission Morgenmagazin). On retrouve plusieurs chansons de June dans la bande originale du film Leif in Concert, comme Amoureux Éperdus.

Son deuxième album Fantasies & Fine Lines (2019), sorti sur son propre label Flashback Records, prend une direction musicale légèrement différente. Si The Road est un album de groupe, avec son deuxième album, elle se concentre de nouveau sur ses racines musicales - le piano et sa voix. Dans Fantasies & Fine Lines, des arrangements épars et tachetés d'arrangements de cordes, d'éléments électroniques et de sons de la nature attirent l'attention sur cette voix pétillante, forte – et pourtant vulnérable, de June. Dans les textes de ses chansons, on peut voir son sens du détail, son habileté à mettre en valeur les petites choses et à les utiliser pour dessiner un monde parallèle qui vous emmène au pays des merveilles aux éléments absurdes et fantastiques. „You are captivating / I walk in fields of gold / I’m illuminated / you elevate my soul / your eyes are like diamonds an overwhelming glow / we are slowly dancing / in circles of our own.“ ("Tu es captivant·e / je marche dans des champs d'or / je suis illuminée / tu élèves mon âme / tes yeux sont comme des diamants avec un éclat bouleversant / nous dansons lentement / dans nos propres tourbillons.“) (Circles)

Les chansons sont des hymnes à la décélération, l'amour de soi, la recherche de soi, l'ancrage - tels sont les thèmes centraux de son album. Pour Fantasies & Fine Lines, elle travaille, entre autres, avec Gordon Raphael, le producteur de Regina Spektor (pour la chanson Heroine) et Carolina Eyck, l'une des plus célèbres joueuses de thérémine et compositrices du monde classique (pour la chanson Circles). Mark Zuckerberg partage la piste cachée de l'album Happy Song sur sa timeline Facebook le jour de son anniversaire. Celle-ci sert de bande-son à une campagne publicitaire de Facebook.

À la sortie de son album, elle entreprend une tournée européenne et est par ailleurs la seule artiste allemande à se produire au plus important festival de showcase de France, le MaMa Festival à Paris. Si, à cause de la pandémie de Coronavirus, certains de ses projets sont annulés, comme par exemple un voyage au Japon au moment de la floraison des cerisiers, cette période particulière lui permet de saisir d'autres belles opportunités... 

Métamorphoses et autres rêves

La rencontre au festival MaMa avec Ravages, un duo français d'électro-pop façon années 80, donne naissance à son nouvel album intitulé Métamorphoses, pendant le confinement. June tombe immédiatement sous le charme de la chanson Métamorphoses du groupe Ravages, et reprend la chanson aux sonorités années 80 sous forme d’une ballade élégiaque au piano. Le groupe est ravi et lui envoie à son tour sa propre version de la chanson de June, Heavy Heart. Ainsi naissent les deux premières chansons de l'album Métamorphoses. Le concept de l'album : utiliser les chansons de Fantasies & Fine Lines à travers d’autres perceptions musicales de différents artistes et de les transformer. L'album est donc un "album de reprise" kaléidoscopique, créé en coopération avec, par exemple, Arden, Max Ashner, Phonique ou encore Jake Nicks. Les remixes et les remaniements avec des éléments allant du folk à l'électro en passant par le néo-classique créent une symbiose passionnante avec l'essence musicale des chansons de June.

June travaille actuellement sur son prochain album, qui s’éloigne du thème de la décélération de Fantasies & Fine Lines et se tourne vers l’euphorie et le renouveau. Les chansons sont plus urbaines, elles redeviennent un peu plus pop et les arrangements plus opulents. Pour les clips des deux prochains singles, nous pouvons nous attendre à un concept particulier - mais chut, June ne révèle pas encore de quoi il s'agit exactement.

Tout comme sa musique qui est en constante évolution, June ne manque pas d'idées de projets. En septembre 2021, elle organise le festival Lovers and Dreamers le temps d'une seule journée à Leipzig. Emma Elisabeth, Asia Imbiss, Max Ashner et elle-même y montent sur scène. Dans le cadre d’un mini-projet parallèle, elle souhaite enregistrer ses chansons en langue allemande à la fin de l’année : peut-être que sa toute première chanson y apparaitra - celle qu'elle a écrite pour son teckel à l'âge de sept ans. À Berlin, où elle vit actuellement, elle installe son home studio, élargit ses compétences de productrice et rencontre d'autres artistes pour coécrire – si elle ne se produit pas sur scène, comme récemment au Nürnberg Pop Festival ou à la fin de cette année à Dubaï.

"Il existe des chansons "magiques", je le sens dès que je les écris."

June est une artiste exceptionnelle alliant musicalité remarquable et dévouement passionné. Parfois, elle compose ses chansons dans ses rêves et, à son réveil, se met tout de suite au piano pour les retenir…

"Ça me rend tellement heureuse lorsque j’arrive à faire plus qu'un simple tube avec mes chansons. Je pense que la musique a un pouvoir spécial. Il y a des chansons "magiques", je le sens dès que je les écris. Et aussi lorsque je les joue en live sur scène pour les autres. On peut envoyer quelque chose, une certaine énergie. Je crois profondément que la musique peut guérir. Quand les gens me disent être profondément touché·e·s et ému·e·s, ou ce qu’un des mes concerts ou une de mes chansons signifient pour eux."
 

Discographie :

Albums :
Métamorphoses (2021)
Fantasies & Fine Lines (2019)
The Road (2015)

Singles/EP :
Amoureux éperdus (2021)
If Only (2021)
979 (2020)
Lovers and Losers (2018)
Paperskin (2018)

Groupe du mois sur Spotify

Mains et guitare © Colourbox.com, ldutko Chaque mois, nous vous présentons un groupe ou un·e chanteur·se venant d’un pays germanophone – sans limites de genres musicaux. Découvrez la musique de ces artistes grâce à notre playlist.

  •