Littérature contemporaine

Scène littéraire contemporaine © Goethe-Institut │Photo : Loredana La Rocca

Quoi de neuf sur la scène littéraire germanophone ? Notre lettre d’information vous présente les grands évènements littéraires, les auteurs à découvrir, les nouvelles parutions et les dernières traductions en français.

Chaque année depuis 2005, le prix du Salon du Livre de Leipzig récompense des livres essentiels parus récemment en Allemagne. Cette année, le jury a choisi parmi une sélection encore une fois très éclectique : un roman noir de l’étoile montante de la littérature suisse Lukas Bärfuss (Hagard), le dernier roman d’Anne Weber, cette écrivaine presque française qui écrit tous ses livres dans les deux langues (Kirio), un recueil de poèmes d’un jeune poète inconnu, Steffen Popp (118), un roman d’amour de la très renommée Brigitte Kronauer (Der Scheik von Aachen) et, pour finir, un livre à la lisière des genres, Sie kam aus Mariupol, de Natascha Wodin. Ce dernier a rencontré la préférence du jury qui a salué un livre au genre indéfinissable et d’une grande puissance littéraire : « Ce livre n’est volontairement pas désigné comme roman. Et c’est sur cette frontière entre fiction et non-fiction que le récit autobiographique peut se déployer, avec une grande part d’autoréflexion et une écriture romanesque basée sur les journaux intimes de Lidia [la tante de l’auteure ; ndlr]. Ce mélange des genres est résolument contemporain. Le travail de mémoire comme résistance à son propre écroulement : Natascha Wodin n’y trouve pas le salut espéré. Mais le courage avec lequel elle défie et conjure ses démons, a quelque chose d’extrêmement exaltant. Les lecteurs pourront s’en convaincre par eux-mêmes ».
 
Cette infolettre vous propose de découvrir la lauréate mais aussi les autres finalistes du Prix, quelques nouveautés et une sélection d’ouvrages traduits récemment en français.

Actualité : Prix de la Foire du Livre de Leipzig 2017

  • Wodin Natascha © Susanne Schleyer - autorenarchiv.de
    Wodin Natascha
  • Sie kam aus Mariupol © Rowohlt Verlag
    Sie kam aus Mariupol
  • Natascha Wodin © Jens Ulrich
    Natascha Wodin

Natascha Wodin

Natascha Wodin est née en 1945 à Fürth, près de Nuremberg. Ses parents avaient été déportés d’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a donc grandi dans un camp pour travailleurs forcés avant d’être recueillie dans un établissement catholique pour jeunes filles à la mort précoce de sa mère. Après des études de langue, elle a travaillé comme traductrice du russe et vécu en partie à Moscou. Son premier roman, Die gläserne Stadt, paraît en 1983. Suivront de nombreuses publications, parmi lesquelles Einmal lebt ich (1989), Die Ehe (1997), Nachtgeschwister (2009), et Alter, fremdes Land (2014). Avant d’être distinguée à Leipzig, Natascha Wodin avait reçu, pour ce qui n’était alors que le manuscrit de Sie kam aus Mariupol, le Prix Alfred-Döblin 2015. Elle vit aujourd’hui à Berlin et dans le Mecklembourg.
 
Ses livres ne sont pas traduits en français.

Natascha Wodin sur Literaturport

Sie kam aus Mariupol

Rowohlt Verlag, février 2017

« Si tu avais vu ce que j’ai vu » répétait toujours la mère de Natascha Wodin avant d’emporter ce mystère dans la tombe. Sa fille avait alors dix ans et une seule certitude : elle appartenait à une espère humaine déliquescente, semblable à un tas de déchets laissé par la guerre. Pourquoi vivaient-ils dans un camp pour personnes déplacées ? D’où venait sa mère et qu’avait-elle vécu ? Ce n’est que des décennies plus tard qu’elle entrouvre la boîte noire de ses origines, pour finalement s’y engouffrer complètement. Ce livre inclassable est une véritable enquête et nous livre un témoignage bouleversant du destin méconnu de millions de gens : c’est aussi en cela qu’il est un grand évènement littéraire.

Prix de la Foire du livre de Leipzig
Rowohlt Verlag
Emprunter le livre électronique dans le « Onleihe »

Nouveautés

Hagard © Wallenstein Verlag

Hagard

Lukas Bärfuss, Wallstein Verlag, février 2017
 
Un homme décide, sans raison explicite, de suivre une jeune femme dans la rue. Très vite, cette poursuite tourne à l’obsession et se transforme en une odyssée urbaine inquiétante et haletante. L’auteur suisse nous montre une fois de plus qu’il excelle dans tous les genres, en l’occurrence le roman noir.
 

Der Scheik von Aachen © Klett-Cotta Verlag

Der Scheik von Aachen

Brigitte Kronauer, Klett-Cotta Verlag, mars 2017
 
Pour Mario, Anita quitte tout et retourne vivre dans sa ville natale. Mais lorsque sa tante et confidente Emmi lui déclare un jour « Tu n’aimes pas Mario », ses certitudes sont mises en branle. Qu’est qui nous anime vraiment quand nous aimons ou haïssons ? Un roman subtil, écrit dans une langue brillante.
 

118 © Kookbooks

118

Steffen Popp, Kookbooks, février 2017
 
Le monde, dans toute sa complexité et sa diversité, n’est composé que de 118 éléments chimiques. Partant de ce constat, Steffen Popp crée 118 poèmes, merveilleux petits tableaux drôles et originaux, acoustiques et rythmés, créant à son tour une nomenclature, poétique cette fois.
 

Kirio © S. Fischer Verlag

Kirio

Anne Weber, S. Fischer Verlag, février 2017
 
Qui est Kirio ? Un fou, un saint, un marginal ? Kirio aime marcher sur les mains et se plaît à renverser les perspectives. Il joue de la flûte et parle avec les pierres. Surtout, il accomplit des miracles sans s’en apercevoir. Ce roman est aussi bien une vie de saint moderne qu’un conte philosophique.
 

Kraft © S. Fischer Verlag

Kraft

Jonas Lüscher, C.H. Beck Verlag, mars 2017
 
Richard Kraft, professeur de rhétorique malheureux dans son couple et financièrement coincé, saisit sa chance lorsqu’il est invité à participer à une joute scientifique promettant la fortune au gagnant. Un roman grinçant sur un homme qui tente de se reconstruire et sur une élite prête à briser tous les tabous.

Die stillen Trabanten © S. Fischer Verlag

Die stillen Trabanten

Clemens Meyer, S. Fischer Verlag, mars 2017
 
Depuis longtemps, l’auteur est passé maître dans l’art de la nouvelle. Il le démontre une fois de plus dans ce recueil où il raconte des combats perdus et des rêves bouleversants : des histoires de notre temps, aussi ambivalentes que nos vies, aussi sombres que notre monde, aussi belles que nos espérances.
 

Die große Heimkehr © Suhrkamp Verlag

Die große Heimkehr

Anna Kim, Suhrkamp Verlag, janvier 2017
 
Séoul, 1960 : trois Coréens fuient devant les troupes du gouvernement sud-coréen, prêt à s’effondrer, et trouvent refuge au Japon. Mais ils sont bientôt rattrapés par leur passé. À la fois histoire d’espionnage et roman politique et historique, ce livre montre l’impossibilité de mener sa vie sous une dictature.
 

Die Freiheit der Emma Herwegh © Carl Hanser Verlag

Die Freiheit der Emma Herwegh

Dirk Kurbjuweit, Carl Hanser Verlag, janvier 2017
 
La femme du poète Georg Herwegh fut l‘objet de bien des scandales : fille de banquier exilée à Paris, elle est la seule femme à rejoindre la troupe armée en 1848 et son projet d’exporter la révolution en Allemagne. Le portrait d’une femme qui lutte pour la liberté et contre tous les préjugés de son époque.

Traductions

Bêtes féroces, bêtes farouches © Actes Sud

Bêtes féroces, bêtes farouches

Karen Köhler, Actes Sud, avril 2017
– trad. Isabelle Liber
 
Journal, cartes postales et récit séquencé, le premier recueil de Karen Köhler respire la liberté. Pris dans la tourmente des épreuves de la vie, face à l’amour, la maladie, la mort, l’exclusion, des hommes et des femmes cherchent leur chemin pour vivre et survivre.

3000 € © Métailié

3000 €

Thomas Melle, mars 2017
– trad. Mathilde Sobottke
 
D’un coté, Antonin qui vit dans l’attente du procès qu’ont intenté, contre lui, les banques pour une dette de 3000 euros. De l’autre, Denise qui après avoir tourné dans un porno, attend maintenant le cachet de 3000 euros. Les deux individus se rencontrent à la caisse d’un supermarché, se rapprochent mais comprennent vite que les dénouements heureux n’arrivent que dans les rệves...

Greenland © Carnets Nord

Greenland

Heinrich Steinfest, Carnets Nord, mars 2017
– trad. Corinna Gepner
 
Rien ici n’était comme dans un conte de fées. C’était la réalité de Greenland. Tout a changé pour Théo la nuit où est apparu devant la fenệtre de sa chambre d’enfant un store vert. À sa surface, un paysage sous-marin et des hommes aux jumelles qui semblent l’épier.

La huitième vie (pour Brilka) © Piranha

La huitième vie (pour Brilka)

Nino Haratischwili, Piranha, janvier 2017
– trad. Barbara Fontaine et Monique Rival
 
La jeune auteure d’origine géorgienne revient avec une puissante saga romanesque : de Londres à Berlin, de Vienne à Tbilissi, de Saint-Pétersbourg à Moscou, elle raconte le destin romanesque et parfois tragique des membres d’une famille géorgienne qui s’enchevêtre étroitement à l’histoire du sombre XXe siècle.

Koala © Zoé

Koala

Lukas Bärfuss, Zoé, février 2017
– trad. Lionel Felchlin
 
Lukas Bärfuss revient dans sa ville natale suite au suicide de son frère. En se souvenant du surnom que ce dernier avait à l’adolescence, Lukas part à la découverte du koala et de l’histoire tragique de l’Australie, comme si un nom pouvait influencer un destin.

L’île aux paons © Grasset

L’île aux paons

Thomas Hettche, Grasset, février 2017
– trad. Barbara Fontaine
 
Au milieu de la Havel, cette rivière qui coule à l’ouest de Berlin, se dresse l’île de Paons. C’est là que les visiteurs qui décident de fouler cette terre pleine de mystères peuvent croiser Marie et son frère Christian – deux nains vivant au rythme des événements qui touchent le royaume de la Prusse.