L'Allemagne vote
Chère Allemagne, je te souhaite...

Fin septembre 2017, les Allemands iront voter. Que souhaite-t-on aux Allemands lorsqu’on est dans et en dehors de la République fédérale ? Des journalistes, militants pour les droits civiques, germanophiles et bien d’autres personnes engagées donnent leur avis.

Corinne-Rey © Goethe-Institut Frankreich

Sens de l'humour

La caricaturiste française Corinne Rey, alias Coco, travaille pour l’édition allemande de Charlie Hebdo. Avant tout, ce qu’elle souhaite à l’Allemagne, c’est l’humour.

Les vœux des Français

Lise Jolly © Goethe-Institut

Moins d'égoÏsme, plus d'enthousiasme

Lise Jolly est rédactrice en chef de « ParisBerlin » et journaliste pour « France Info ». La Française souhaite à l’Allemagne moins d’égoïsme et plus d’enthousiasme pour un nouveau projet européen.
 

Olivier-Mannoni © Goethe-Institut

Plus de conscience pour le rôle de l'art et de la culture

Olivier Mannoni traduit Peter Sloterdijk, Stefan Zweig, Uwe Tellkamp et d’autres auteurs germanophones. Il souhaite à l’Allemagne de donner plus d’importance au rôle de la culture et de ses artistes.

Aurélien Condomines Goethe-Institut Frankreich

Se tourner vers l'avenir

Aurélien Condomines est co-fondateur du mouvement Pulse of Europe en France. L’avocat souhaite à l’Allemagne de prendre davantage en considération l’avenir.

Oscar Coop-Phane © Goethe-Institut

Une capitale à la hauteur

L’auteur français Oscar Coop-Phane ne se contente pas de parler de Berlin dans ses livres, il y a également vécu quelque temps. Il souhaite à l’Allemagne une capitale qui réponde à ses souvenirs.

Les vœux venant d’autres pays

Dr. Thi Minh Tam Ta photo de tournage : Kirsten Weingarten

Plus d'intégration et de participation

Dr. Thi Minh Tam Ta est médecin chef et directrice des soins psychiatriques ambulatoires de la Charité à Berlin. La Vietnamienne souhaite à l’Allemagne davantage d’intégration et de participation.

Tomáš Sedláček République tchèque : Jádu

Des élections ennuyeuses

Tomáš Sedláček est l’économiste en chef de la plus grande banque thèque ČSOB. Il enseigne l’histoire de l’économie et de la philo à l’université Charles de Prague. Il est l’auteur du best-seller « L’économie du bien et du mal ».

Un pays sans énergie nucléaire

Eva Cossee est la fondatrice des éditions Cossee à Amsterdam. Elle souhaite à l’Allemagne qu’elle sorte de l’énergie nucléaire comme prévu.

Jaroslav Ostrčilík Photo du tournage : Jádu

Être un exemple pour l'Europe

Jaroslav Ostrčilík est journaliste indépendant et à l’initiative de la marche de la réconciliation rendant hommage aux Allemands des Sudètes ayant vécu la marche de la mort de Brno à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Sergei Loznitsa Photo du tournage : Kirsten Weingarten

Éthique au lieu de pragmatisme

Sergei Loznitsa est un réalisateur et scénariste ukrainien. Il souhaite à l’Allemagne de préférer l’éthique au pragmatisme.

Arata Hasegawa Photo du tournage : Sho Fuji

Du Temps pour réfléchir

Arata Hasegawa travaille comme commissaire d’exposition indépendant dans tout le Japon. Il écrit régulièrement des critiques pour des magazines d’art et a publié 3 livres. En juin 2017, il visite la documenta 14 dans le cadre d’un programme de visite du Goethe-Institut d’Asie de l’Est.

Korrespondent der Tageszeitung De Telegraaf. Photo du tournage : Kirsten Weingarten

Moins de cris Pegida, davantage d’enfants

Rob Savelberg est journaliste et correspondant au quotidien « De Telegraaf ». Il souhaite à l’Allemagne moins de cris de la part de Pegida et davantage d’enfants.

Kensuke Harada Photo du tournage : Sho Fuji

Intégration des jeunes

Kensuke Harada crée Youth Create en 2012. L’ONG veut motiver les jeunes à s’investir en politique et dans la société. Elle souhaite créer des mécanismes établissant les jeunes comme acteurs de la société.

Plus de responsabilité

Yoeri Albrecht est directeur du centre culturel De Balie à Amsterdam. Il souhaite à l’Allemagne qu’elle prenne ses responsabilités dans le cadre de la politique internationale.

Theresia Töglhofer est auteure et experte en relations internationales. Photo du tournage : Kirsten Weingarten

Le partenariat au lieu du paternaliste.

L’Autrichienne Theresia Töglhofer est auteure et experte en relations internationales. Elle souhaite à l’Allemagne le partenariat plutôt que le paternaliste.

Irwin Collier Photo du tournage : Kirsten Weingarten

Une stabilité politique

Irwin Collier est économiste et professeur à la Freie Universität de Berlin. L’Etasunien souhaite à l’Allemagne un centre politique puissant et large et une stabilité politique.

Adéla Jurečková © Goethe-Institut

Un débat ouvert

Adéla Jurečková a étudié les sciences politiques et la sociologie en Allemagne. Elle travaille pour le programme de migration de l’O.N.G. tchèque Člověk v tísni (People in need).

Tomáš Lindner Photo du tournage : Jádu

Du calme et un long souffle

Tomáš Lindner est rédacteur pour l’hebdomadaire thèque « Respekt ». Il a reçu de nombreux prix pour ses textes centrés sur l’Allemagne, l’Afrique et la politique de développement.

Plus d’éducation

Christoph Buchwald est éditeur aux éditions Cossee à Amsterdam. Il souhaite à l’Allemagne qu’elle s’investisse davantage dans l’éducation.

Marek Hilšer Photo du tournage : Jádu

Stabilité et les valeurs européennes

Marek Hilšer est médecin, économiste, pédagogue en école supérieure et activiste politique. Il souhaite devenir le président tchèque en 2018 et rassemble actuellement les 50 000 signatures nécessaires à sa candidature.

Mariko Mori Photo du tournage : Sho Fuji

Un échange de points de vue

Mariko Mori travaille comme directrice exécutive pour la fondation nipponne Diversity in the Arts pour le festival International Performing Arts 2020 à Tokyo.

Plus de liberté individuelle

Christof Schläger est artiste sonore. Il vit entre les Pays-Bas et la Ruhr. Il souhaite à l’Allemagne davantage d’espace pour la créativité individuelle.

Autres contributions sur le sujet

Au cœur de la campagne électorale, dans la rue
Tournesols, glaces et espions

Aucune campagne électorale ne peut se passer d'affiches ni de stands d'information dans la zone piétonne. Dans la campagne électorale de rue, on discute, on débat, on argumente, on distribue des dépliants d’information – l’investissement de nombreux de nombreux bénévoles est considérable. Qu'est-ce qui les anime? Et comment gagnent-ils la faveur des électeurs? Un coup d'œil dans les coulisses de la campagne électorale de rue en Bavière et à Berlin.