Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Le morceau de sucre
De rond à carré

Monument pour un morceau de sucre : ce socle de granit, sur lequel est posé un cube blanc en équilibre, se trouve dans la ville tchèque de Dačice.
Monument pour un morceau de sucre : ce socle de granit, sur lequel est posé un cube blanc en équilibre, se trouve dans la ville tchèque de Dačice. | Photo (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice

À Dačice, en République tchèque, il y a un monument représentant un morceau de sucre. Pourquoi ? Parce que c’est ici que Jacob Christoph Rad l’a inventé. Plus tard, un Français, puis un Belge ont perfectionné son idée - une idée née d’une simple coïncidence à l’époque. Ou plutôt, d’un accident.

De Lucie Pantazopoulou Drahoňovská

Avec ou sans sucre ? Cette question divise les buveurs de café et de thé en deux camps. Ceux qui préfèrent leur boisson avec du sucre le consomment généralement sous toutes ses formes : brun ou blanc, en poudre dans le sucrier, en sachet - ou tout simplement en morceau. Le morceau de sucre a même son monument : un socle en granit sur lequel un cube blanc tient en équilibre sur un seul coin. Il se trouve à Dačice (Datschitz), une ville située à l’extrémité sud des hautes terres de Bohême-Moravie. Une exposition au musée local nous rappelle que le morceau de sucre a vu le jour ici même.

Au commencement était … la blessure

Comme pour beaucoup d’autres inventions, le hasard – ou plutôt l’accident – a joué un rôle déterminant. Un jour d’août 1841, Juliana Rad se blessait au doigt en coupant un morceau de pain de sucre. Pas étonnant, quand on sait que les pains de sucre étaient très durs et mesuraient près d’un mètre et demi de haut ! Pour couper un morceau de sucre, il fallait s’aider d’un marteau, d’une pince et d’un pied-de-biche. Contrariée, Juliana demande à son mari de trouver un moyen plus simple et moins dangereux de se procurer un morceau de sucre. Et étant donné que son mari n’est autre que Jacob Christoph Rad, directeur autrichien de la raffinerie de sucre locale - et inventeur enthousiaste – plus rien ne s’oppose à l’invention du morceau de sucre.
  • Portrait de Juliana Rad Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Juliana demande à son mari de trouver un moyen plus simple et moins dangereux que « l’attaque » du pain de sucre pour se procurer un morceau de sucre
  • Jacob Christoph Rad Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Aussitôt dit, aussitôt fait : pour son épouse, Juliana, Jacob Christoph Rad invente le sucre en morceaux. Un portrait de l’inventeur
  • Werkzeuge zum Zerschlagen von Zuckerhüten Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Pas très rassurant : autrefois, il fallait utiliser ce type d’outils pour casser le pain de sucre en petits morceaux.
  • Der Zuckerwüffelpresser von Jacob Rad Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Rad fabriquait le sucre en morceaux à l’aide d’une presse tout droit sortie de son imagination, en remplissant de poudre de sucre tamisée les trous de plaques de laiton. L’image témoigne de cette invention.
  • Die Ausstellung im Stadtmuseum Dačice zeigt eine Konditorei um das Jahr 1900 Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Le sucre sous toutes ses formes, en morceaux, mais aussi dans les gâteaux, les muffins et les bonbons : l’exposition du Musée de Dačice montre une pâtisserie du début du 20ème siècle.
Trois mois plus tard, Jacob Rad surprend sa femme en lui présentant une petite boîte contenant 350 dés de sucre de betterave blancs et roses bien disposés. L’inventeur les a fabriqués à l’aide d’une presse tout droit sortie de son imagination, en remplissant des plaques de laiton dotées de 400 trous de forme carrée de poudre de sucre tamisée obtenue à partir de pains de sucre humides. Les morceaux de sucre ont ensuite passé environ une demi-journée dans une chambre de séchage. A cette époque, ils étaient produits en deux tailles : avec une longueur de trois cinquièmes de pouce (soit environ deux centimètres) ou un demi-pouce (soit environ 1,2 centimètre). Aujourd’hui, les dimensions sont de 1,6 x 1,6 x 1,1 cm. Ainsi, le morceau de sucre est à proprement parler un parallélépipède. Outre les formes classiques, on trouve également des formes spécifiques comme les sucres représentant les symboles des cartes à jouer, pique, carreau, cœur et trèfle. Des variantes de morceaux de sucre multicolores sont également disponibles.

Une reconnaissance difficile

On ne sait pas si l’invention de son mari a plu à Juliana. Ce qui est certain, c’est que Rad a rapidement demandé à la Chambre de la Cour de Vienne, fin 1842, de lui accorder des droits spéciaux pour la production de morceaux de sucre à Dačice pour une période de cinq ans. Il reçoit finalement le brevet impérial le 23 janvier 1843. La même année, la nouveauté apparaît pour la première fois sur le marché sous le nom de « sucre à thé » ou « cube de sucre viennois » et rencontre immédiatement un vif succès. Le paquet de sucre est vendu 50 kreuzer et chaque paquet de 500 grammes est décoré d’une photo de la raffinerie de Dačice. La nouvelle forme de sucre se répand en Moravie occidentale, en Moravie orientale, en Bohême méridionale et enfin, au-delà de la frontière autrichienne.
  • Des morceaux de sucre dans une vitrine : le Musée de la ville tchèque de Dačice consacre une exposition entière à la naissance et à l’évolution du sucre en morceaux. Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Des morceaux de sucre dans une vitrine : le Musée de la ville tchèque de Dačice consacre une exposition entière à la naissance et à l’évolution du sucre en morceaux.
  • L’étiquette du premier emballage de sucre en morceaux Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    « Production de sucre en cubes » : l’étiquette du premier emballage de sucre en morceaux
  • Le Musée de Dačice Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Une exposition nous rappelle que le sucre en morceaux est né dans cette ville : le Musée de Dačice
  • Du sucre en morceaux provenant de République tchèque Photo (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Du sucre en morceaux provenant de République tchèque
  • Le couple Rad dans sa cuisine. Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice
    Juliana et Jacob : l’exposition du Musée de Dačice montre le couple Rad dans sa cuisine.
La demande croissante nécessite de nouveaux entrepôts à Brno, Pest, Vienne et Lemberg. Rad vend son brevet à la Saxe, à la Bavière, à la Prusse, à la Suisse et à l’Angleterre, puis à une sucrerie de Zbraslav près de Prague. Mais un peu avant le milieu du 19ème siècle, l’entreprise de Dačice fait faillite. Rad retourne à Vienne à l’automne 1846 ; peu de temps après, la production cesse. Le nom de Rad tombe dans l’oubli et son invention est attribuée à quelqu’un d’autre. Ce n’est que par le biais d’une étude scientifique dans les années 1930 que Jacob Christoph Rad retrouve sa place dans l’histoire de l’industrie sucrière européenne. Enfin, il est publiquement reconnu que c’est lui qui a inventé les premiers carrés de sucre au monde. La femme de Rad aurait certainement été heureuse de savoir que son nom orne encore aujourd’hui un paquet de sucre.

Jusqu’en Belgique en passant par la France

Même si les machines se sont définitivement tues en 1852 à Dačice, le sucre en morceaux se fraye un chemin à travers l’Europe, poursuivant sa folle progression. Un demi-siècle plus tard, l’industriel parisien Eugène François s’appuie sur l’héritage de Rad : il imagine une machine conçue pour couper et casser mécaniquement le sucre, la méthode traditionnelle de broyage du sucre lui paraissant peu hygiénique. Il continue à perfectionner son invention et la fait breveter 20 ans plus tard.

L’histoire du domino du sucre se poursuit en Belgique au début du 20ème siècle lorsque Théophile Adant, partenaire de la raffinerie de sucre flamande Tirlemontoise, invente une turbine pour la production de plaques de sucre. Avant la cristallisation, il verse le sucre en fusion dans la turbine et la masse de sucre solide et séchée est ensuite découpée mécaniquement en barres plus petites et pratiques, puis en cubes symétriques. Un procédé alternatif de production de morceaux de sucre moulés, stockés dans des boîtes en carton préfabriquées pouvant contenir jusqu’à 25 kilos, est utilisé jusqu’en 1940 sous le nom de « méthode Adant ». En 1949, l’ingénieur mécanicien et entrepreneur français Louis Chambon trouve un moyen de produire des morceaux de sucre réguliers à l’aide de machines rotatives en pressant du sucre moulu et humidifié dans la forme désirée. La méthode de compression du sucre fin cristallisé de Chambon est encore utilisée aujourd’hui dans la production de sucre en morceaux. 1840 : la fabrique de sucre de Dačice que Jacob Christoph Rad dirigeait 1840 : la fabrique de sucre de Dačice que Jacob Christoph Rad dirigeait | Foto (détail): Marie Kučerová © Stadtmuseum Dačice  
Küche und Kulinarisches

Ein Beitrag aus Tschechien

mit Bezug zu Frankreich,
Belgien